Semaine du 4 au 10 octobre 2017 - Numéro 1194
Les Européens et le maréchal
Al-Ahram Hebdo04-10-2017
 
 

Le maréchal Khalifa Haftar se pose de plus en plus comme un acteur incontournable sur la scène libyenne. Le chef de l’armée nationale libyenne, qui contrôle l’est de la Libye, était cette semaine en Italie et en France, où il a rencontré respec­tivement la ministre italienne de la Défense, Roberta Pinnoti, et le ministre français des Affaires étran­gères, Jean-Yves Le Drian. A Rome comme à Paris, il fut surtout ques­tion de la crise migratoire, mais aussi de la lutte contre le terrorisme et des efforts visant à rétablir la paix et la stabilité en Libye. Car les Européens s’inquiètent face à la vague migratoire au sud de la Méditerranée, et veulent limiter drastiquement le nombre de migrants au départ de la Libye.

Rome a toujours soutenu le gou­vernement d’entente nationale de Fayez Al-Sarraj, rival de M. Haftar, voyant en ce gouvernement un interlocuteur viable. Mais visible­ment frustrée par la faiblesse de ce gouvernement, l’Italie a trouvé nécessaire d’établir des liens directs avec le maréchal Haftar. Le gouver­nement d’Al-Sarraj avait autorisé les navires italiens à opérer sur les côtes libyennes pour juguler la vague migratoire, mais ces derniers se sont retrouvés sous la menace des forces de M. Haftar. D’où la décision de l’Italie d’ouvrir un dialogue direct avec le chef de l’armée nationale libyenne. Rome veut aussi et surtout assurer la sécurité du groupe éner­gétique italien, ENI, implanté dans l’Est libyen.

Idem pour la France qui a compris qu’une solution de la crise libyenne ne pouvait avoir lieu sans le maré­chal Haftar. Paris a fait preuve de pragmatisme en reconnaissant le rôle du maréchal. Elle avait lancé fin juillet une initiative visant à réconci­lier Al-Sarraj et Haftar, mais les divergences entre les deux hommes n’ont pas tardé à resurgir. Haftar a de son côté demandé des armes et des équipements. « Pour contrôler le sud de la Méditerranée nous fournis­sons le personnel, mais vous Européens devez nous envoyer de l’aide : des drones, des hélicoptères, des équipe­ments de vision nocturne et des véhi­cules », a déclaré le maréchal à la revue italienne Corriere della Sera.

Soutenu par la communauté inter­nationale, le gouvernement d’unité nationale de Fayez Al-Sarraj basé à Tripoli peine à établir son autorité sur la Libye. Celle-ci est contestée par le gouvernement rival de Tobrouk à l’est et par le maréchal Khalifa Haftar. La visite de M. Haftar en Italie et en France intervient au moment où le médiateur de l’Onu, Ghassan Salamé, a lancé à Tunis une session de pourparlers visant à mettre en oeuvre la première étape de son plan d’action. Il avait soumis la semaine dernière à l’Onu sa feuille de route pour la Libye, qui consiste à rassembler les parties rivales autour d’un cadre institutionnel.

Les visites répétées du maréchal dans les grandes capitales euro­péennes renforcent certes son sta­tut d’interlocuteur indispensable pour résoudre le casse-tête libyen, source d’inquiétudes pour les pays européens en première ligne face à la crise migratoire et la menace ter­roriste.



Mots clés:

Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire