Semaine du 13 au 19 septembre 2017 - Numéro 1191
Mohamed Shaaban (Mido) : Mon premier sentiment n’était pas la joie, mais plutôt la responsabilité
  Mohamed Shaaban (Mido), membre au conseil d’administration de la Fédération égyptienne de taekwondo et vice-président du comité technique de la Fédération mondiale, a été nommé président du comité des jeux à la Fédération mondiale de taekwondo (World Taekwondo). Entretien.
Mohamed Shaaban
« Mido » devient le premier Africain et Arabe président d’un comité à la World Taekwondo.
Doaa Badr13-09-2017

Al-Ahram Hebdo : A 39 ans, vous êtes nommé président du comité des jeux à la Fédération mondiale de taekwondo (World Taekwondo, WT). Quelles sont vos impressions ? Vous attendiez-vous à cette nomination ?

Mohamad Shaaban : Je suis très heureux, la joie me comble d’être le président du comité des jeux à la Fédération mondiale de taekwondo. C’est un grand honneur d’être le premier Africain et Arabe président d’un comité à la WT, et encore le plus jeune président d’un comité. J’étais candidat à ce poste parmi plusieurs autres candidats. J’ai longtemps espéré occuper ce poste et j’étais très heureux d’être parmi les candidats. Mais être nommé président du comité des jeux par le président de la WT, Chungwon Choue, est une grande fierté. De plus, ce qui me comble de joie c’est la réaction des gens. Je ne m’attendais pas à ce grand nombre de félicitations et de joie de tout le monde.

— Quel était votre première réaction après votre désignation ?

— Le comité des jeux est l’un des plus importants à la WT. Ce comité a un grand rôle dans la bonne présentation du taekwondo. De plus, je remplace le Français Philippe Bouedo qui était président de ce comité depuis 2008 et qui a réalisé des grands progrès pour le taekwondo mondial durant les dernières années. Voilà pourquoi mon premier sentiment n’était pas la joie, mais plutôt la responsabilité. Je suis président du comité des jeux, donc je n’ai pas de temps à perdre. Je dois organiser mes idées et mettre en oeuvre ma stratégie ainsi que le plan de travail avec les autres comités et avec mes collègues.

Et de quoi s’agit-il exactement ?

Je vais travailler sur 3 axes. Premièrement, attirer les fans qui ne pratiquent pas le taekwondo pour assister aux compétitions. Deuxièmement, développer le taekwondo pour devenir un jeu plus spectaculaire et plus attirant. Troisièmement, organiser de nouvelles compétitions d’un niveau beaucoup plus élevé. En tant que vice-président du comité technique, je dois avoir des idées pour le développement des deux comités.

— Quels sont les difficultés et les défis auxquels vous risquez de faire face ?

Depuis 2015, je travaille au sein de la WT en tant que vice-président du comité technique. Il faut savoir que le taekwondo a réalisé de grands progrès durant les dernières années. Les anciens présidents des différents comités ont réalisé un excellent travail. En intégrant le système électronique, le taekwondo devient beaucoup plus fair-play. Et en appliquant de nouvelles lois, la discipline devient plus vivante et plus attirante. Donc prendre la relève derrière des excellents experts sera une mission difficile. Mais je suis ambitieux et j’ai beaucoup d’idées à réaliser. Mes défis seront : comment attirer les fans, comment changer le jeu pour que la discipline devienne plus attirante et comment intégrer la technologie dans tous les pays.

— Avez-vous commencé votre travail ?

— Officiellement, je suis le président du comité des jeux, mais mon premier travail sur terrain débutera le 22 septembre prochain au cours du Grand Prix de Rabat au Maroc. Cette saison comporte plusieurs autres compétitions. Une nouvelle compétition sera organisée, à savoir le Grand Schelem, qui regroupe les premiers athlètes aux Jeux olympiques, aux Mondiaux et au Grand Prix. Le Grand Schelem est une compétition dotée d’un million de dollars et le prix de la médaille d’or sera 70 000 dollars. Cette compétition a pour but d’attirer les fans.

— En tant que superviseur général de la sélection nationale, vous avez réalisé des exploits pour l’Egypte dont une médaille olympique. Poursuivrez-vous votre travail avec la sélection égyptienne ?

— Depuis 2012, je suis superviseur général de la sélection nationale sous la direction de trois différents présidents de la Fédération égyptienne, dont Ahmad Fouli, Farag Al-Emari et Mohamad Ali Abou-Zeid. Durant ces cinq années, l’Egypte a remporté 200 médailles, dont 73 médailles d’or, 60 médailles d’argent et 67 médailles de bronze. Ces médailles ont été obtenues dans des différentes compétitions, dont les Championnats d’Afrique, les Jeux africains, les Jeux méditerranéens, les Grands Prix, les Mondiaux, les Jeux olympiques et autres tournois internationaux. Il est vrai qu’il n’existe aucune contrariété entre mon poste de président du comité des jeux et celui de superviseur général. Mais après ce long trajet avec la sélection nationale, je pense que le temps est venu pour qu’un autre superviseur moins occupé assume la responsabilité.

Focus

Mohamed Shaaban « Mido »

Né le : 2/10/1978.

1992 : Commence à pratiquer le taekwondo au club Al-Zohour.

De 1994 jusqu’à 2004 : Membre de la sélection nationale de taekwondo. Il a participé à la Coupe du monde de taekwondo en Allemagne en 1998, en France en 2000, au Vietnam en 2001 et au Japon en 2002. Il a participé aux Championnats du monde d’Edmenton en 1999.

De 2004 jusqu’au 2012 : Directeur financier dans deux des grandes sociétés internationales.

De 2012 jusqu’à maintenant : Retour au taekwondo, membre au conseil d’administration de la Fédération égyptienne de taekwondo, superviseur général de la sélection nationale.

De 2015 jusqu’à maintenant : Vice-président du comité technique de la Fédération mondiale de taekwondo (World Taekwondo).

2017 : Président du comité des jeux de la Fédération mondiale de taekwondo.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire