Semaine du 6 au 12 septembre 2017 - Numéro 1190
Au fil des pages
06-09-2017
 
 

Al-Qahéra, Chawarie Wa Hékayat (Le Caire, des rues et des histoires), de Hamdy Abou-Golayel, GEBO, 2008.

L’écrivain et journaliste Hamdy Abou-Golayel est allé dessiner le portrait des rues du Caire, détecter l’âme des lieux à travers les diffé­rentes phases historiques. Il part du présent de chaque rue, pour remon­ter à son histoire lointaine, celle de la personne à qui l’on a donné le nom de la rue et le récit des habi­tants renommés qui y ont vécu. Il répertorie son ouvrage en quatre chapitres : Le Caire fatimide, khédi­vial, Masr Al-Qadima et les exten­sions.

The Coptic Encyclopedia (l’en­cyclopédie copte), Macmillan Publishing, 1991.

L’ouvrage se compose de 8 volumes en 2 372 pages. L’Encyclopédie copte est un travail couvrant l’histoire, la théologie, la langue, l’art, l’architecture, l’ar­chéologie et l’hagiographie de l’Egypte copte. Le rédacteur en chef était le chroniqueur égyptien Aziz Sorial Atiya, décédé trois ans avant la publication, en 1988. Plus de 250 historiens et spécialistes de l’Egypte et de l’Occident ont contribué à cette oeuvre. Des photos et des cartes expliquent les sujets relatifs à l’ar­chitecture et à l’art. Un chapitre est consacré aux rues et aux places du Caire khédivial.

La Mémoire photographique du Caire, de Khaled Azab et Chaïmaa El-Sayeh, traduction en français de Nadia El-Wakil, éditions Bibliotheca Alexandrina, 2009.

C’est un livre illustré qui retrace en 170 pages l’histoire de la capitale égyptienne, Le Caire, durant la seconde moitié du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle. Cet ouvrage est réparti en 11 chapitres. Les quartiers, les places, les rues, les palais, les ponts et les jardins en sont les plus importants. De petits textes précèdent chaque chapitre pour expliquer l’historique des photos, les raisons des nominations et leurs modifications. La place de Maléka Farida a été intitulée Al-Ataba Al-Khadra. Actuellement, cette place est connue sous le nom de place Ataba seulement. Ce livre représente encore certains bâtiments qui n’existent plus aujourd’hui. Le palais de Qasr Al-Nil, qui est actuel­lement remplacé par le Ritz Hilton et le siège de la Ligue arabe, en est l’exemple par excellence.

Le Caire, André Raymond, édi­tions Fayard, 1993.

On l’appelle Le Caire ou « la triomphante ». Fondée en 641, la ville du Caire étale l’incroyable diversité des arts abbasside, fati­mide, ayyoubide, mamelouk, otto­man et contemporain. Cette métro­pole foisonnante au tohu-bohu per­manent et à l’incessante marée humaine est tout aussi arabe que méditerranéenne et africaine. Trois civilisations (antique, chrétienne et islamique) s’y interfèrent. De la ville primitive aux nouveaux modèles urbains, Le Caire n’a cessé de mettre en avant ses ardeurs archi­tecturales. Des origines au XXe siècle, les auteurs dressent l’imposant tableau de cette ville multiforme. On trouvera en annexe des cartes, une chronologie, un glos­saire, une bibliographie et un index.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire