Semaine du 23 au 29 août 2017 - Numéro 1189
Boxe : Maigres ambitions
  L’Egypte participe au 19e Championnat du monde de boxe qui se tient du 25 août au 3 septembre à Hambourg, en Allemagne. Mais avec peu d’espoir de rééditer l’exploit de la dernière édition.
Boxe : Maigres ambitions
Médaillé de bronze aux Mondiaux de 2015, Hossam Bakr aura une mission difficile en Allemagne.
Mirande Youssef23-08-2017

279 meilleurs boxeurs du monde, représentant 85 nations, seront au rendez-vous à Hambourg en Allemagne, ce 25 août, à l’occasion du 19e Championnat du monde de boxe. Cuba, le Kazakhstan, l’Azerbaïdjan, les Etats-Unis et la Russie sont les grands favoris de cette édition. Quant à l’Egypte, elle est présente avec une petite délégation de 4 boxeurs : Islam Al-Guindi (64 kg), Walid Saïd (69 kg), Hossam Bakr (75 kg) et Yousri Rizq (91 kg). Ces 4 boxeurs ont composté leur billet aux Mondiaux à travers les Championnats d’Afrique lors desquels les deux boxeurs Islam Al-Guindi et Hossam Bakr ont raflé une médaille d’argent, ainsi que deux médailles de bronze par Walid Saïd et Yousri Rizq. Pourtant, le staff technique a placé la barre très bas en espérant pas plus qu’une médaille.

Si les boxeurs égyptiens participent sans grand espoir de rééditer l’exploit des derniers Mondiaux de Doha où Hossam Bakr a raflé une médaille de bronze, c’est parce que la préparation de la sélec­tion a été très médiocre. « La boxe, comme toutes les autres disciplines en Egypte, a été affectée par l’arrêt de toutes les activités sportives. Aucun stage à l’étranger n’a été effectué. Sans compter que le regroupement de l’équipe n’a commencé qu’en avril. Ce qui est trop tard pour être en bonne forme avant une compétition aussi impor­tante. La sélection n’a effectué qu’un stage fermé au Centre olympique de Maadi, un mois avant les Mondiaux », explique Hassanein Morsi, directeur exécutif de la Fédération égyptienne de boxe.

Une blessure et une absence

Qui plus est, Hossam Bakr, star de la sélection et seul favori pour une médaille, souffre depuis le mois de mai des conséquences d’une blessure à la jambe, une blessure qu’il a eue lors d’une séance d’entraînement avant les Jeux de la soli­darité islamique tenus en mai dernier. Hossam n’a pas bien préparé ces Mondiaux car il n’a eu la chance de participer à aucun tournoi interna­tional. « Par exemple, en 2014 et avant les Mondiaux de Doha 2015, il avait participé à la Ligue professionnelle de boxe (APB). C’est une série de matchs de très haut niveau. Une expé­rience qui l’avait aidé à développer son niveau. Mais, cette année, Hossam n’a disputé aucun tournoi international », ajoute Morsi. A noter que ce boxeur a un niveau excellent. Il a un pal­marès riche en succès. En 2014, il avait été choisi par la Fédération internationale de boxe pour disputer la Ligue professionnelle de boxe (APB) en raison de son bon classement mondial. En 2015, il avait pu rafler une médaille de bronze aux Mondiaux de Qatar. Aux JO de Rio 2016, il avait été classé 7e.

Autre facteur, l’absence de la grande star Abdel-Rahmane Orabi (81 kg), qui aurait pu être aussi le favori pour une bonne performance à ces Mondiaux. En fait, ce boxeur est très talentueux. Il a raflé l’or et le titre du meilleur boxeur en 2016 dans le cadre du tournoi des Gants d’Or qui regroupe les meilleurs boxeurs de chaque catégorie.

Pourtant, même si une médaille s’avère difficile à cause de la forte compétition et la faible prépa­ration, la sélection comprend des athlètes talen­tueux à même de réaliser un bon classement et de faire la surprise. Par exemple, Islam Al-Guindi est un boxeur qui possède un bon niveau et a raflé plusieurs médailles internationales. En 2013, il a obtenu sa première médaille internationale au Championnat international d’Algérie. En 2015, il a décroché une médaille d’or des ceintures d’or de Roumanie.

A noter que l’Egypte, au début des années 2000, comptait parmi les meilleures nations du monde dans cette discipline, avec Cuba et la Russie. C’était l’âge d’or de la boxe, et la sélec­tion nationale avait réalisé un exploit aux JO d’Athènes 2004, avec 3 médailles olympiques, une d’argent et 2 de bronze.

Impossible aujourd’hui de revivre cet âge d’or, à moins que la fédération ne s’engage à créer une nouvelle génération capable de prendre la relève. « L’encadrement technique travaille actuellement pour constituer une nouvelle équipe qui sera prête dans quelques années à rééditer l’exploit de la boxe. Mais vu la jeunesse de ces nouveaux boxeurs et leur manque d’expérience, ils ne sont pas encore à la hauteur », conclut Morsi.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire