Semaine 5 au 11 juillet 2017 - Numéro 1182
Ligue d’Afrique : Ahli et Zamalek dans l’impasse
  Après avoir encaissé un nul et une défaite, Ahli et Zamalek se doivent de gagner face au Coton Sport camerounais et à l’Ahli Tripoli libyen, ce week-end à domicile, s’ils veulent se qualifier aux quarts de finale de la Ligue d’Afrique.
Ligue d’Afrique : Ahli et Zamalek dans l’impasse
La défaite de Zamalek face à Caps United a mis en péril l'avenir de l'entraîneur Augusto Inacio. (Photo : Essam Choukri)
Karim Farouk05-07-2017

Embauché en avril dernier, le directeur technique de Zamalek, Augusto Inacio, est déjà sur la sellette. Certains parlent déjà de départ. La défaite des Blancs 3-1 face aux Zimbabwéens de CAPS United, dimanche dernier à Harare, a mis une énorme pression sur le technicien portugais (62 ans) et a déclenché une vive réaction au siège du club. D’après certaines rumeurs, le président du club, Mortada Mansour, aurait remercié Inacio juste après le match, mais la décision aurait été suspendue. « Nous n’avons pas encore pris de décision quant au limogeage de notre entraîneur. Il y a eu beaucoup d’erreurs techniques pendant ce match et nous avons de nombreuses questions à lui poser. Nous allons réunir notre conseil d’administration et ensuite nous déciderons de l’avenir d’Inacio », a déclaré le vice-président du club, Ahmad Galal Ibrahim, dimanche soir.

La défaite a fait chuter l’équipe à la dernière place du groupe, 3 points derrière les co-leaders du groupe l’USM d’Alger et Ahli Tripoli, qui comptent 8 points chacun, et le CAPS United avec 6 points après 5 journées de cette phase de poule. Le quintuple champion d’Afrique n’est plus maître du jeu ; bien au contraire, il est dans l’obliga­tion de battre l’Ahli Tripoli dimanche prochain à domicile et espérer que l’USM d’Alger ne s’inclinera pas face au CAPS United pour se qualifier aux quarts de finale. Une jour­née décisive pour le club et son entraîneur, même s’il semble que ses heures à la barre de Zamalek soient d’ores et déjà comptées.

Ahli espère encore

Pour Ahli, la situation n’est pas meilleure, mais l’atmos­phère est plus calme. Le nul concédé aux Zambiens de Zanaco à Lusaka n’a pas amélioré les chances de qualification aux quarts de finale de l’équipe qui est toujours à la troisième place du groupe, avec 8 points derrière le leader zambien qui compte 11 points et le Wydad de Casablanca qui en compte 9. « Je suis satisfait de la performance de mes joueurs, ils ont bien joué mais nous n’avons pas eu de chance », a déclaré l’entraîneur Hossam Al-Badri suite au match. Les Rouges ont dominé le match de bout à bout et ont menacé les buts adverses à de nombreuses reprises, et si ce n’était pas à cause du poteau et du manque d’imagination des atta­quants, ils seraient rentrés vainqueurs. Pourtant, Al-Badri croit fortement en une prochaine qualification. « La der­nière journée sera très difficile, surtout qu’il y a trois équipes en lice pour la qualification. Mais je suis sûr que nous allons gagner et atteindre les quarts de finale », ajoute-t-il. Un excès d’optimisme ? Peut-être pas. Les hommes d’Al-Badri vont affronter samedi à domicile un Coton Sport camerounais qui a encaissé cinq défaites consécutives. La mission ne semble donc pas hors de portée du champion égyptien.

En Coupe de la confédération, Smouha espère le miracle pour continuer son aventure africaine. Après un nul à domicile vendredi dernier face aux Zambiens de Zesco United, le club alexandrin est quasiment éliminé de cette phase de poule, n’ayant accumulé que 5 points en autant de matchs pour se trouver en dernière position du groupe. Pour sa dernière sortie face au Recreativo do Libolo (Angola) samedi prochain, il n’a d’autre choix que la victoire en espérant que le leader soudanais, le Hilal d’Obayed (10 points), battra Zesco (7 points) à Ndola en Zambie. « Nos chances sont plus faibles main­tenant et les joueurs sont un peu démotivés, mais on doit s’accrocher jusqu’au bout », a déclaré l’entraîneur Moëmen Soliman. Ce dernier est aussi sur la sellette en raison de résul­tats insuffisants. Il est d’ailleurs peu probable qu’il puisse arriver à bout de son contrat qui se prolonge normalement jusqu’en juin 2018.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire