Semaine du 17 au 23 mai 2017 - Numéro 1176
Le face-à-face Macron-gouvernement
Mohamed Salmawy17-05-2017
 
 

La victoire d’Emmanuel Macron aux élections présidentielles françaises est peut-être l’événement politique le plus important de cette année. Il semble que cet événement ait des répercussions sur le climat politique en Europe, et peut-être dans le monde entier.

Si la victoire de Macron est l’événement le plus important de cette année, ceci ne signifie pas qu’il faut négliger l’importance de la victoire du populiste Donald Trump aux Etats-Unis. En réalité, c’est la victoire de Trump qui octroie à celle de Macron son importance. Si Macron était devenu président de la France il y a 5 ans, ce n’aurait pas été aussi important. Car la victoire de Macron est une réponse tranchante aux inquiétudes de voir la politique en Occident dominée par la droite extrémiste, surtout après que la popularité de la candidate de la droite en France, Marie Le Pen, eut connu une hausse considérable. Et si Le Pen avait remporté les élections en France, ceci aurait clairement eu des répercussions sur les élections du Bundestag en Allemagne prévues en fin de septembre prochain.

Au cours de ces dernières années, l’Occident a connu une ascension considérable de la droite extrémiste aux tendances xénophobes, et ce, pour nombreuses raisons, dont certainement la montée de l’extrémisme islamiste et le grand nombre d’attentats terroristes commis au nom de l’islam. Ceci a collaboré à faire hausser la tendance extrémiste ancrée en Occident depuis l’époque des Croisades et qui a refait son apparition en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que les aspects de la civilisation occidentale avaient réussi à dompter cette tendance et même à la culpabiliser.

Macron a réussi à vaincre cette laide tendance qui a férocement refait son apparition dans la majorité des pays occidentaux, une tendance qui a gagné dans le cas de Trump et a perdu dans le cas de Le Pen, ou autrement dit une tendance qui a gagné aux Etats-Unis et a perdu en France. Le candidat qui a remporté les élections françaises n’est pas un candidat isolé qui n’appartient à aucun parti. Ce sont plutôt les valeurs de la Ve République, fondée par De Gaulle en 1958, qui ont gagné des valeurs qui retirent leurs assises à partir des principes nobles de la civilisation humaine tout au long de l’histoire.

Malheureusement, ce n’est pas la fin de l’histoire, dans environ un mois, auront lieu les élections législatives françaises dans lesquelles s’engageront tous les partis politiques qui ont perdu aux présidentielles. Et alors que Marine Le Pen revient sur la scène avec son parti d’extrême droite, Macron revient avec son parti naissant auquel il a donné le nom de « La République en marche ». C’est ainsi qu’il poursuit le même mouvement qu’il avait fondé pour s’engager dans les élections présidentielles, mais pour ce qui est des législatives, il sait que le pays est divisé sur lui-même et que le quart des électeurs ont fait un vote blanc parce qu’ils ne sont pas convaincus qu’il y a un candidat qui les représente. En même temps, la droite extrémiste a réalisé des taux sans précédent en obtenant plus de 33 % des voix. Tous ces facteurs prévoient qu’il serait difficile pour Macron d’obtenir la majorité parlementaire lui permettant de former le gouvernement. Ce qui veut dire qu’il devra cohabiter avec un gouvernement qui ne suit pas sa tendance politique.

En réalité, la carte politique actuelle de la France signale qu’il n’y a pas de parti fort unique pouvant obtenir la majorité nécessaire pour former seul le gouvernement. De plus que le mouvement « La République en marche » n’est pas assez fort au point d'obtenir la majorité. Ce mouvement n’a pas été à lui seul responsable du succès de Macron, puisqu’il a été soutenu par plusieurs courants politiques et a obtenu les voix des électeurs qui ne voulaient pas que Le Pen remporte les élections. Or, il semble que la majorité parlementaire nécessaire pour former le gouvernement nécessite une alliance entre plusieurs partis. Est-ce que cette alliance est celle que le parti de Macron devra former ou bien ce sera une alliance d’opposition ? Est-ce que le parti de Le Pen fera partie de cette alliance ? Je pense que non, puisque les partis qui se sont alliés contre le parti du Front national pour les présidentielles vont s’allier contre lui aussi pour les législatives et n’accepteront pas la présence de Le Pen dans l’alliance qui formera le gouvernement.

En attendant les élections législatives, Macron formera son gouvernement temporaire et choisira le chef de l’exécutif. C’est là qu’il s’avérera s’il a réellement réussi aux élections. Une réussite qui ne se complétera que si les élections législatives du 11 et 12 juillet amènent un gouvernement soumis au président qui l’aiderait à réaliser son programme électoral. Sinon, la division actuelle à l’intérieur de la société française se refléterait sur la formation du gouvernement. Et l’expérience de la cohabitation se transformerait en affrontement franc entre le président et son gouvernement. Ce qui pourrait causer une paralysie totale de la scène politique en France




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire