Semaine du 17 au 23 mai 2017 - Numéro 1176
Monde Arabe en bref
17-05-2017
 
 

Jérusalem
Ambassade américaine
Le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, a contesté dimanche les préoccupations des Etats-Unis quant à un éventuel trans­fert de l’ambassade américaine à Jérusalem, dans ce que le quotidien Haaretz a qualifié de « premier diffé­rend public » avec l’Administration du président américain, Donald Trump, qui avait promis lors de sa campagne de déplacer l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem. Dimanche 14 mai, le secrétaire d’Etat américain, Rex Tillerson, a déclaré à la télévision américaine NBC que M. Trump cherchait encore à évaluer si une relocalisation de l’ambassade aiderait ou nuirait aux espoirs de paix. En réponse, Netanyahu a déclaré dans un com­muniqué publié par son cabinet : « Le transfert de l’ambassade améri­caine à Jérusalem non seulement ne nuira pas au processus de paix, mais au contraire le fera progresser en corrigeant une injustice historique et en déconstruisant la rhétorique palestinienne selon laquelle Jérusalem n’est pas la capitale d’Is­raël ». Des déclarations qui ne man­quent pas de provoquer les Palestiniens et les Arabes, voire la communauté internationale, qui appellent à une solution de deux Etats, sur la base des frontières de 1967, soit avec Jérusalem comme capitale du futur Etat palestinien.

Yémen
Choléra
Les autorités de Sanaa ont déclaré l’état d’urgence face à la multiplica­tion dans la capitale des cas de cho­léra et lancé un appel à l’aide interna­tionale. Les cas de choléra recensés dépassent les « moyennes habi­tuelles » et le système de santé dans la capitale est « incapable de conte­nir cette catastrophe », a déclaré lundi 15 mai le ministère de la Santé de l’administration mise en place par les rebelles chiites-houthis qui contrôlent la ville. Le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) a de son côté constaté la veille que le choléra a déjà fait 115 décès en deux semaines. Ce nouveau fléau vient s’ajouter aux multiples maux que vit le Yémen. La guerre dans ce pays, qui oppose les forces loyales au président Abd-Rabbo Mansour Hadi, soutenues par une coalition militaire arabe, à des rebelles houthis, alliés aux partisans de l’ex-président Ali Abdallah Saleh, a dévasté les infrastructures du pays


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire