Semaine du 17 au 23 mai 2017 - Numéro 1176
Deux dates à retenir
  2008 et 2012 sont deux années charnières en matière de communication, notamment avec l’Afrique.
Deux dates à retenir
Dalia Chams17-05-2017

2008. Une année marquante pour la mentalité chinoise. C’est l’année des Jeux olympiques accueillis par Beijing et de la crise économique mondiale. On s’est rendu compte qu’on s’en sortait plutôt bien, que le modèle chinois était assez performant et que l’Occident n’était peut-être pas aussi extraordinaire qu’on le pensait. Il était temps alors de s’ouvrir davantage sur le monde, d’exporter son rêve et de diversifier ses intérêts. Ceci allait de pair avec la politique « Going out », adoptée par la Chine dès les années 1990, pour encourager de façon sélec­tive certains investissements à l’étranger.

A partir de là, les médias ont connu une expansion assez rapide. L’agence de presse officielle, Xinhua, créée au début des années 1930, s’est dotée, à titre d’exemple, de 1 018 bureaux de par le monde, au lieu de 107 dans les années 1970. Ceci est venu s’ajouter aux publications qui étaient déjà sur le marché, telles China Today (la Chine au présent, en français), Beijing Review, China Daily, etc., s’adressant à un lectorat étranger, et lesquelles dépendent du fameux CIPG (Foreign Language Publishing), fondée en 1949, année de la créa­tion de la République populaire.

La Chine a voulu ensuite lancer d’autres nouveau-nés, ciblant notamment le public afri­cain. Cet intérêt pour le continent noir s’est traduit par un nombre de projets et d’institu­tions médiatiques avec l’avènement d’une autre année charnière.

2012. Cette année a vu naître la chaîne CCTV Africa, le supplément hebdomadaire en langue anglaise African Weekly, lancé par le quotidien China Daily, et l’African Communication Research Center, lequel sera suivi en 2014 par le centre de presse Chine-Afrique, offrant régu­lièrement un séjour d’étude de 10 mois pour les journalistes en visite. D’ailleurs, ce centre, parrainé par l’Association de la diplomatie publique, vient de recevoir 29 journalistes de 29 pays en 2017. De la propagande pour l’ex­pansion chinoise en Afrique ? « Et alors, pen­sez-vous que les Occidentaux, eux, ne se livrent pas à la propagande ? On le fait tous, d’une certaine manière. Moi aussi j’essaye de faire de la publicité pour mon institut, en m’adres­sant à vous », dit Zhang Yanqiu, vice-doyenne de l’Université de communication de Chine, également directrice de son programme sur l’Afrique. Des articles sur la vie en Afrique, sa culture, son économie, écrits parfois par des correspondants locaux, permettent aux Chinois une meilleure compréhension de ce qui se passe, loin par là-bas, sans passer forcément par les médias occidentaux. Mais aussi les articles vont dans un sens comme dans l’autre, c’est-à-dire ils cherchent à introduire la Chine aux lecteurs du continent noir, en faisant plutôt focus sur son histoire, sa culture et ses atouts. Car les directeurs des rédactions chinoises veulent à tout prix susciter l’intérêt du lecteur africain, se rapprocher de lui, en ouvrant depuis voilà cinq ans des bureaux de proximité en Afrique du Sud, au Sénégal, comme l’a fait la revue ChinAfrique, lancée en 2009 par son aînée publiée en anglais Beijing Review.

« Nous avons de très mauvaises relations avec le voisinage : le Japon, la Corée du Sud, etc. On ne s’aime pas car l’on se connaît trop. Et pour réussir une relation, il faut garder ses distances », ironise Guan Juanjuan, vice-direc­trice de Radio Chine Internationale, comme pour expliquer pourquoi la Chine est partie si loin à la recherche de matières premières, mais aussi de relations plus saines. Le pays a décidé de sortir de ses frontières autant physiquement qu’économiquement que virtuellement grâce à Internet. Ainsi, l’Afrique possède quatre comptes publics, dont Bobu Africa et Star Times, sur l’application téléphonique très répandue en Asie, WeChat (l’équivalent de WhatsApp). Juste des exemples attirant des millions d’abonnés.



Mots clés:

Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire