Semaine du 15 au 21 mars 2017 - Numéro 1167
Ahli et Zamalek, une guerre de cent ans
  La concurrence acharnée entre Ahli et Zamalek a commencé dès la fondation des deux clubs. Une rivalité éternelle entre les deux clubs phare de l’Egypte dans tous les domaines.
Ahli et Zamalek, une guerre de cent ans
Le roi Farouq présentant la Coupe d'Egypte à Ahli en 1946. (Photo : Al-Ahram)
Mohamad Mosselhi15-03-2017

Entre Ahli et Zamalek, je ne sais pas quoi choisir ». C’est le refrain d’une célèbre chanson de la chanteuse libanaise Sabah. Un air que l’on répétait dans les années 1960, une période où la rivalité entre les deux clubs phare de l’Egypte existait déjà.

En effet, cette rivalité a commencé dès le début du siècle passé, quelques années à peine après la fondation des deux clubs. L’histoire cite qu’Ahli a composé sa première équipe de football en 1913, 4 ans après la fondation du club. Quant à Zamalek, sa première équipe de football a vu le jour en 1914, soit trois ans après la fondation du club. La première rencontre opposant les deux clubs remonte, quant à elle, à 1917 quand Hussein Hégazi, capitaine d’Ahli, a tenu un accord avec le capitaine du Zamalek, un club qui portait alors le nom du Mokhtalat (mixte), pour disputer deux rencontres. La première était sur le terrain de Zamalek, alors qu’Ahli a accueilli l’autre. Les deux équipes ont remporté les deux rencontres sur le même score de 1-0. Ahli a remporté la première rencontre alors que Zamalek a remporté l’autre.

Les deux équipes avaient presque le même niveau à cette époque, de sorte qu’ils ont presque partagé le même nombre de titres dans les compétitions de ces temps (Coupe du Sultan, Championnat du Caire et la Coupe d’Egypte) et les deux clubs ont gagné une grande popularité et ils ont commencé à avoir un grand nombre de supporters.

Cette grande popularité de ces deux clubs a incité le roi Farouq, roi d’Egypte, à donner son nom à Zamalek (Mokhtalat) suite à la large victoire de ce dernier 6-0 contre Ahli à l’occasion de la finale de la Coupe d’Egypte en 1944. Avec le coup d’envoi du Championnat égyptien en 1948, Ahli a gagné une grande popularité en dominant la compétition locale avec neuf titres consécutifs. Ce qui n’était pas le cas dans les années 1960, qui ont témoigné une grande souveraineté de Zamalek, qui a réussi à construire une puissante équipe garnie de stars à l’image de Hamada Emam, Omar Al-Nour et autres. Mais cette génération était malchanceuse d’autant plus que le championnat a été arrêté à cause de la guerre de 1967.

Zamalek, le club de l’élite,

Ahli, celui des titres

La concurrence entre les deux équipes a recommencé avec le retour de la compétition en 1973. C’est vrai qu’Ahli a dominé la majorité des titres depuis et jusqu’à présent, mais les Zamalkawis se consolent toujours par le jeu esthétique produit par l’équipe, arguant qu’ils ont l’élite des supporters et qu’ils ne s’intéressent pas aux résultats en se contentant du surnom de l’équipe qui porte selon eux le nom de « l’école de l’art ».Le recrutement des joueurs était aussi l’une des grandes sources de rivalité qui existe entre les deux équipes. Cela a commencé avec Hussein Hégazi qui a quitté Ahli pour rejoindre Zamalek avant de rejoindre Ahli une autre fois dans les deux premières décennies du siècle passé. Gamal Abdel-Hamid, Réda Abdel-Al, les jumeaux Hassan (Hossam et Ibrahim), Tareq Al-Saïd et Moataz Ino figurent parmi les grands noms qui ont quitté Ahli pour rejoindre Zamalek et l’inverse.

La course de recrutement ne s’arrête pas aux joueurs des deux équipes, mais s'étend aussi aux stars des autres équipes. Les responsables d’Ahli et de Zamalek n’ont pas cessé de séduire les stars des autres équipes pour jouir de leurs services. Les exemples sont nombreux et la guerre entre les deux clubs a eu ses conséquences sur le prix des joueurs qui a atteint son plafond lors des deux dernières années, quand Ahli a dû dépenser 2,5 millions de dollars, afin de jouir des services de l’attaquant gabonais, Malick Evouna, après une grande concurrence avec Zamalek qui avait le désir de recruter l’attaquant international. Et cette rivalité qui a commencé en 1917 n’est pas près de prendre fin. C’est au contraire l’une des caractéristiques fondamentales du foot égyptien, dans un pays mordu par cette discipline.

Focus

Ahli :

Fondé en 1907

38 titres de championnat

33 titres de Coupe d’Egypte

9 titres de Supercoupe d’Egypte

8 titres de Ligue d’Afrique

4 titres de Coupe d’Afrique des vainqueurs des coupes

6 titres de Supercoupe d’Afrique

1 titre de Coupe afro-asiatique

Médaille de bronze de la Coupe du monde des clubs

Zamalek :

Fondé en 1911

12 titres de championnat

25 titres de Coupe d’Egypte

3 titres de Supercoupe d’Egypte

5 titres de Ligue d’Afrique

1 titre de Coupe d’Afrique des vainqueurs des coupes

3 titres de Supercoupe d’Afrique

2 titres de Coupe afro-asiatique



Mots clés:

Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire