Semaine du 22 au 28 février 2017 - Numéro 1164
Libye : Le Caire au coeur des efforts de paix
  L'Egypte et les pays voisins de la Libye multiplient les médiations à la recherche d'une solution consensuelle entre les protagonistes libyens.
Libye : Le Caire au coeur des efforts de paix
Sameh Choukri avec son homologue tunisien et le ministre algérien des Affaires maghrébines.
May Al-Maghrabi22-02-2017

Les ministres des Affaires étrangères tunisien et égyptien, ainsi que le ministre algérien des Affaires maghré­bines, de l’Union africaine et de la Ligue arabe se sont ren­contrés dimanche 19 février à Tunis, pour discuter d’une solution politique pour leur voisin libyen. Le lendemain, ils ont rendu compte des conclusions de leurs discus­sions au président tunisien, avant de les remettre aux deux autres chefs d’Etat. Un docu­ment en 6 points a été publié à l'issue de la réunion intitulée « Déclaration ministérielle de Tunis ». Ce document sera considéré comme une base de dialogue entre les parties libyennes dans le cadre d'un calendrier déterminé. Il s’agit d’une nouvelle tentative régio­nale pour régler la crise libyenne. Six ans après la chute d’Al-Kadhafi, les diffé­rentes composantes politiques libyennes ne parviennent tou­jours pas à faire converger leurs points de vue pour mettre en place une solution consensuelle. Une initia­tive qui pourra redonner un second souffle à l’accord de Skhirat obtenu en décembre 2015 sous l’égide de l’Onu, en élargissant le dialogue à tous les acteurs, même ceux écartés jusqu’ici. Cette rencontre a pour objectif de relancer l’initiative lancée par le président Béji Caïd Essebsi, lors de sa visite en Algérie, le 15 décembre 2016. Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, a indiqué à l’Agence Tunis Afrique Presse (TAP) que « l’objectif de l’initiative, c’est de rejeter toute solution militaire pouvant aggraver la crise en Libye et d’amener tous les protagonistes libyens au dialogue pour aplanir les litiges ayant empê­ché, jusque-là, de concrétiser l’ac­cord de Skhirat (Maroc) ».

Déclaration du Caire

La participation de l’Egypte à cette réunion tripartite intervient quelques jours après la tenue d’une réunion au Caire, mercredi 14 février, entre les principaux diri­geants des autorités rivales en Libye. Le chef du GNA, Fayez Al-Sarraj, le président du parlement de Tobrouk, Aguila Saleh, et le maréchal Khalifa Haftar se trouvaient, cette semaine, au Caire, pour des discus­sions organisées par l’Egypte. Selon un commu­niqué du porte-parole de l’armée, publié à l’issue de cette réunion, il s’agit d’une tentative « de parvenir à une solution politique en Libye et d’assurer les conditions adéquates pour réunir les différentes par­ties libyennes autour d’une table de dialogue ». Lors d’une rencontre au Caire mi-janvier dernier entre le président Abdel-Fattah Al-Sissi et Al-Sarraj, le pré­sident avait souligné « la nécessité de parvenir à une réconciliation interlibyenne apte à arrêter les conflits en cours et réins­taurer les institutions de l’Etat libyen ».

Dans une évolution positive, ces négociations entre les partis libyens, orchestrées par l’Egypte, se sont sol­dées par « la Déclaration du Caire », un accord déterminant les démarches à suivre vers sur une solution poli­tique en Libye. En vertu de cette déclaration, les principaux dirigeants des autorités rivales en Libye se sont mis d’accord pour former un comité conjoint qui sera chargé de préparer des amendements à un accord signé au Maroc en décembre 2015 sous l’égide de l’Onu. Il a été aussi décidé d’oeuvrer pour la tenue des élections législatives et présidentielle en Libye avant le mois de février 2018. Parmi les autres termes de cet accord annoncé par l’armée égyptienne figure aussi la nécessité d’effectuer les amendements constitutionnels pour inclure l’accord de Skhirat (Maroc), conclu en 2015, à la décla­ration constitutionnelle. La semaine dernière, le médiateur des Nations-Unies, Martin Kobler, avait affirmé que les pourparlers sur de « pos­sibles amendements » à l’accord de 2015, notamment concernant le rôle futur du maréchal Haftar, avaient progressé au cours des deux derniers mois.

De facto, le souci de l’Egypte de dénouer la crise libyenne émane d’une volonté de rétablir la stabilité de la région et du refus de toute ingé­rence étrangère dans les affaires libyennes. Mais aussi, l’Egypte est motivée par sa conviction que la poursuite du vide politique et sécuri­taire en Libye accroît la menace de la prolifération des terroristes en Egypte à travers les frontières libyennes.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire