Semaine du 1er au 7 février 2017 - Numéro 1161
Fathi, le joker de la sélection
  Polyvalent, le joueur d’Ahli, Ahmad Fathi, a été d’un secours considérable à Hector Cuper, qui l’a fait jouer à différents plusieurs postes lors de cette CAN.
Fathi, le joker de la sélection
(Photo : REUTERS)
Mohamad Mosselhi01-02-2017

Une blessure du latéral gauche, Mohamad Abdel-Chafi, pas de problème : Ahmad Fathi est prêt. Une autre blessure du milieu défensif des Pharaons, Mohamad Al-Nenni, Fathi est capable d’évoluer comme milieu du terrain. Le débutant Karim Hafez souffre au flanc gauche contre les Marocains, Fathi est la meilleure solu­tion pour remédier à cette faiblesse. En effet, Hector Cuper est chanceux d’avoir un joueur comme Ahmad Fathi dans son effectif. Ce der­nier a résolu de nombreux problèmes au sélec­tionneur des Pharaons avec ses grandes capaci­tés qui lui ont permis d’évoluer en plusieurs postes et avec la même qualité. « Je suis prêt à jouer à n’importe quel poste. L’important pour moi est d’appliquer à la lettre les instructions du directeur technique, même s’il m’a demandé à évoluer comme un gardien de but », explique Ahmad Fathi.

Le défenseur d’Ahli a commencé la compéti­tion comme latéral droit, son poste habituel. Mais le latéral gauche des Pharaons, Mohamad Abdel-Chafi, a été déclaré indisponible pour la rencontre contre le Ghana. Karim Hafez, le rem­plaçant de Abdel-Chafi, ne possédant pas l’ex­périence nécessaire pour faire face à l’ailier ghanéen Christian Atsu, Fathi était donc la meilleure solution pour Cuper qui a placé son défenseur expérimenté au flanc gauche, et ce der­nier était à la hauteur de sa mission en contrôlant l’ailier ghanéen qui a disparu tout au long de la rencontre. Abdel-Chafi n’a pas encore guéri de sa blessure et il a raté la rencontre contre le Maroc. Pas de problème, Cuper a joué avec le même effec­tif qui avait joué contre le Ghana. Mais une sou­daine blessure du milieu défensif de la sélection, Mohamad Al-Nenni, vient bouleverser les plans du sélectionneur des Pharaons qui n’avait d’autre choix que d’utiliser son joueur polyvalent à la place d’Al-Nenni et d’introduire Karim Hafez comme latéral gauche. Le manque d’expérience de Hafez était clair et les Marocains ont intensifié leur attaque de son côté. Pour remédier à cette fai­blesse, Fathi s’est dirigé vers le flanc gauche à la place du jeune latéral et il a réussi dans sa mission menant les Pharaons à une victoire difficile.

A 33 ans, le défenseur d’Ahli garde la même fraîcheur de ses 17 ans quand il a commencé son trajet avec les Pharaons. Il mérite bien le compli­ment d’Hervé Renard, qui a déclaré suite à la ren­contre qu’il aimerait bien avoir un joueur comme Fathi dans son effectif. Champion d’Afrique en 2006, 2008 et 2010, le nom Fathi sera gravé dans l’histoire du football égyptien comme l’un des meilleurs joueurs des Pharaons.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire