Semaine du 20 au 26 juillet 2016 - Numéro 1135
La loi de la construction des églises : Opportunités et défis
Sameh Fawzi20-07-2016
 
 

La Chambre des députés s’ap­prête à discuter prochainement la loi sur la construction des églises qui, selon la Constitution de 2014, est censée être ratifiée au cours de l’actuelle session parlementaire. Il s’agit là d’une étape importante sur la voie de la citoyenneté égyptienne. La loi autorise la construction des lieux de culte chrétiens, ce qui les met sur un pied d’égalité que leurs homologues musulmans.

Le décret hamayoni qui régit la construction des églises remonte à 1856. Mais rien n’indique que ce décret a été vraiment appliqué. D’habitude, on fait plutôt référence au décret ministériel émis en 1934 par Al-Ezabi pacha, secrétaire d’Etat auprès du ministère de l’Intérieur. Ce décret comprend 10 conditions res­trictives à la liberté de construire des lieux de culte chrétiens. Les plus importantes étant l’obtention d’une licence et le consentement du voisi­nage. Le décret donne aux appareils de sécurité le droit de s’ingérer dans le dossier, et exige des informations détaillées sur l’emplacement géogra­phique de l’église et sa proximité des canaux, des chemins de fer ou des mosquées. Que de conditions contraignantes qui ne sont pas justi­fiées, et dont les motifs demeurent méconnus. Le résultat a été que toutes les tentatives de construire ou de restaurer des églises sont deve­nues un vrai calvaire pour les chré­tiens. Et cela a été pendant de lon­gues années parmi les raisons les plus fréquentes de tension religieuse. Parfois, des conditions étaient impo­sées au sujet de la superficie de l’église à construire ou encore au sujet de son activi­té dans certaines régions. Le régime de Moubarak avait tenté d’alléger quelque peu ces conditions restric­tives en accordant aux gouverneurs le pou­voir de prendre la décision quand il s’agissait uniquement de restauration. Mais il a continué à détenir les prérogatives rela­tives à la construction de ces lieux de culte.

Le brouillon du projet soumis actuellement au parlement transfère la totalité de ces prérogatives aux gouverneurs. Un délai sera fixé pour prendre les deux décisions de restau­ration et de construction par un comi­té de représentants des autorités locales. Ce comité sera chargé de régulariser le statut de certaines églises qui ont été construites sans permis.

En somme, ces mesures sont un pas important vers le règlement de ce problème chronique qui a de tout temps donné l’impression aux coptes que leur citoyenneté est défectueuse. Il va sans dire que ce sentiment a été la cause des tensions confession­nelles, car les coptes ont le sentiment que la construction de leurs lieux de culte est une question d’ordre pure­ment sécuritaire.

En effet, l’expé­rience nous a appris que la bureaucratie égyptienne est plus forte que la loi, et que les lois deviennent rigides et lettre morte. Il faut qu’un délai soit fixé à ce comité pour achever son travail. Selon le brouillon de la loi, si ce comité ne donne aucune réponse dans le délai fixé, cela serait considéré comme une approba­tion implicite. Les traditions bureau­cratiques nous montrent au contraire que l’absence de réponse est un indice de rejet ou signifie que la demande a été reportée sine die. Un tel comité doit être pénalisé si une réponse n’est pas apportée après la fin du délai fixé.

Par ailleurs, le rôle des appareils de sécurité nécessite davantage de clari­fication. Il est possible que la charte exécutive de la loi accorde à ces appareils un grand rôle, d’autant plus que l’expérience nous a prouvé à maintes reprises l’impossibilité de neutraliser le rôle de ces appareils. Même si nous considérons que le rôle de ces appareils est incontour­nable, ils ne doivent pas devenir les seuls décideurs, car plusieurs consi­dérations sont à prendre en compte. Les prérogatives des appareils de sécurité doivent être claires dès le début et ne doivent pas être laissées au hasard ou aux circonstances de la pratique quotidienne.

En troisième lieu, le statut des églises sans permis doit être régle­menté sans rentrer dans des détails complexes et sans poser des condi­tions sur la liberté de culte.

Ensuite, la loi doit sanctionner clai­rement toute autorité qui objecte à la construction ou à la restauration des églises et clore le dossier des récon­ciliations en cas de tensions confes­sionnelles.

Enfin, je dirais que la probléma­tique ne réside pas dans les clauses de la loi, mais plutôt dans la pratique sur le terrain. Il est inadmissible que la bureaucratie, qu’elle soit admi­nistrative ou sécuritaire, soit une entrave à la construction des lieux de culte chrétiens .



Mots clés:

Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire