Semaine du 11 au 17 mars 2015 - Numéro 1066
Un accord faute de mieux
  Un accord politique a été signé entre les trois pays concernés par le barrage de la Renaissance. La Caire, Khartoum et Addis-Abeba restent, pourtant, loin d’un compromis définitif.
un accord
Le barrage de la renaissance, d'une capacité de 6000 MW, sera le plus grand d'Afrique. (Photo : AP)
Dalia Abdel-Salam11-03-2015

L’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan sont parvenus, jeudi 5 mars, à un pre­mier compromis fixant les principes de coopération entre les 3 pays. Le texte met, notamment, en relief les préoccupations des deux pays en aval du grand barrage éthiopien de la Renaissance.

La dernière réunion a duré 3 jours dans la capitale soudanaise, Khartoum. Elle vient s’ajouter à deux autres réu­nions tenues dans la capitale éthio­pienne Addis-Abeba le mois dernier. A Khartoum, étaient présents les trois ministres des Affaires étrangères et ceux des Ressources hydriques. « Les ministres ont présenté leurs rapports aux présidents des trois pays afin d’approuver l’accord », indique, à l’Hebdo, Alaa Yassine, consultant du ministre des Ressources hydriques et de l’Irrigation et membre du comité égyptien pour les négociations relati­ves au barrage de la Renaissance.

Le ministre des Ressources hydri­ques et de l’Irrigation, Hossam Moghazi, a assuré aux médias que l’accord de Khartoum était un accord de coopération politique et n’affecte­rait en rien les négociations techni­ques sur le barrage de la Renaissance. « Cet accord est un pas positif, car il consiste à ne pas nuire aux pays en aval », s’est contenté d’indiquer Moghazi.

Les détails de l’accord demeurent inconnus. « Cet accord est resté dans les bureaux des trois présidents », regrette Alaa Yassine. Si les médias essayent de le présenter comme un pas en avant dans les négociations, aucune information n’a filtré sur son contenu. « C’est un accord de princi­pe », résume Hussein Al-Atfi, secré­taire général du Conseil arabe de l’eau et ancien ministre égyptien des Ressources hydriques et de l’Irriga­tion.

Méga-projet

Le barrage de la Renaissance, d’une capacité de 6 000 MW, sera le plus grand d’Afrique, à son achèvement prévu pour 2017. Il coûtera environ 4,2 milliards de dollars à l’Ethiopie. L’Egypte craint depuis longtemps que ce barrage ne fasse baisser les eaux du Nil, bien que l’Ethiopie assure qu’il n’aura aucune incidence sur le débit du fleuve en aval. L’Egypte possède des droits historiques, en vertu des accords de 1929 et de 1959 sur les eaux du Nil. Le premier accord avait été conclu avec la Grande-Bretagne, alors que les pays en amont du fleuve se trouvaient encore sous domination britannique. Le second accord fut signé avec le Soudan après son indé­pendance. Mais les pays en amont du Soudan souhaitent depuis plusieurs années développer des projets d’amé­nagement du fleuve, estimant que les accords précédents ne les engagent pas. En effet, cinq des huit pays tra­versés par le Nil n’ont jamais été inclus dans les négociations, ayant abouti à l’accord de 1929, signé avant leur indépendance.

L’Ethiopie entend bien mener son projet à terme, même s’il doit aboutir à une dégradation des relations diplo­matiques avec l’Egypte. Ce barrage, de 170 mètres de haut et d’une capa­cité de stockage de 74 milliards de m3, est perçu par l’Egypte comme un important danger pour son approvi­sionnement en eau douce.

Un premier pas vers un accord final a été fait, il y a peu avec la nomination d’un bureau international chargé d’élaborer, dans un délai de 5 mois, deux études sur le barrage. La pre­mière portera sur un modèle de simu­lation du barrage et la seconde sur l’impact économique et social du bar­rage sur les pays en aval.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire