Semaine du 20 au 26 août 2014 - Numéro 1038
Le Portugal, tremplin des footballeurs égyptiens
  Jeunes, talentueux et bon marché, des joueurs égyptiens se trouvent une place dans le Championnat portugais avec la perspective de rebondir ensuite plus haut dans un club européen de meilleur calibre.
Le Portugal, tremplin des footballeurs égyptiens
Chikabala a signé pour le Sporting en janvier dernier et espère impressionner cette saison. (Photo:Ibrahim Mahmoud)
Karim Farouk20-08-2014

En signant pour Maritimo, Mohamad Ibrahim est devenu le 10e joueur égyptien à rejoindre le Championnat portugais. Le milieu de Zamalek s’est envolé dimanche dernier pour passer des tests médicaux en vue de l’officialisation de son transfert. « Je suis ravi d’avoir rejoint le Championnat portugais. C’est une puissante compétition européenne et le fait qu’elle accueille depuis peu plusieurs autres joueurs égyptiens est quelque chose de bien pour le foot égyptien et la sélection nationale, car ces joueurs auront la chance d’évoluer à un haut niveau, ce qui nous aidera dans la qualification pour la Coupe du monde Russie 2018 », déclare Ibrahim (22 ans).

Magdi Abdel-Ghani (Beira Mar 1988-1992) et Abdel-Sattar Sabri (Benfica 2001-2002, Maritimo 2002-2003, Estrela Amadora 2003-2004) étaient jusque-là les seuls Pharaons à avoir évolué au Portugal. Mais la nouvelle génération a trouvé l’accès à un championnat réputé du vieux continent. L’ancien attaquant d’Ahli, Ahmad Hassan (Kouka), en a été le nouveau pionnier lorsqu’il a rejoint Rio Ave en 2011, à l’âge de 17 ans. Deux ans après, le défenseur de Wadi Degla, Ali Ghazal (22 ans) a signé pour le Nacional de Madeira. Après avoir fait leurs preuves, tous deux ont intégré la sélection d’Egypte et devenus réguliers des choix du nouveau sélectionneur Chawqi Gharib. Inspiré par cette expérience, plusieurs joueurs égyptiens ont suivi leurs traces : 8 autres (voir liste) se sont envolés vers le Portugal, tandis que le Mercato estival n’est pas encore arrivé à terme. « Je ne reçois pas mes paiements d’argent et l’avenir de la compétition ne semble pas clair. Je ne comprends pas pourquoi Zamalek tente de faire échouer ce transfert. Je veux partir et tenter ma chance ailleurs », avait exprimé Mahmoud Abdel-Razeq (Chikabala) qui avait forcé son transfert au Sporting de Lisbonne en janvier dernier.

Le football égyptien a perdu beaucoup de ses lumières lors des dernières années, du fait de la tourmente politique et sécuritaire qui secoue le pays. Les compétitions sont devenues très irrégulières, le jeu a perdu en contenance, les gradins sont désertés du fait du huis clos imposé et les revenus ont gravement chuté. Vu cette crise financière, le football égyptien a témoigné d’un exode de joueurs dont le Portugal recueille d’excellents éléments. « Le Portugal n’a pas de restrictions quant au nombre de joueurs non européens dans chaque équipe, ce qui donne plein d’opportunités pour les étrangers. Kouka et Ghazal étaient jeunes et avaient fait bonne impression, puis les transferts de grandes vedettes telles que Chikabala et Saleh Gomaa ont fait la une des journaux, et orienté l’attention sur le marché égyptien », explique Abdel-Rahman Magdi, agent de joueurs, qui a lui-même contribué au transfert de Chikabala et de 4 autres joueurs au Portugal.

Sous l’impact de la crise financière, les clubs égyptiens se sont montrés plus tolérants quant au départ de leurs joueurs et aux termes convenus des transferts. Zamalek, qui avait refusé de laisser partir Chikabala à Anderlecht pour moins de 4 millions d’euros il y a quatre ans, a vendu son génie pour 514 000 dollars à Sporting (+5 % du montant d’un futur transfert). Chikabala laisse aussi tomber les arriérés de salaire de son contrat qui s’élevait à plus d’un million de dollars par saison. Rami Rabie a quitté Ahli pour une somme de 750 000 euros, alors que ce dernier réclamait initialement 1,5 million d'euros.

Ces deux derniers sont les seuls à avoir signé pour l’un des 3 grands clubs du Portugal : le Sporting, Porto et Benfica. Le reste a rejoint des clubs du milieu du classement, où ils espèrent faire bonne impression afin de rebondir dans un grand club ou dans un meilleur championnat. « On peut dire que le Portugal est un championnat de vitrine où les joueurs étalent leurs talents tout comme la Suisse, les Pays-Bas ou la Belgique, mais à des revenus inférieurs. Les joueurs qui sont partis récemment sont très ambitieux et certains ont même accepté des offres faibles pour avoir la chance de lancer leur carrière en Europe », ajoute Magdi.

Jeunes, ambitieux et talentueux, les nouveaux expatriés égyptiens cherchent à se forger une solide réputation. On pourrait s’attendre à une réussite sur le modèle de Mohamad Salah, qui a débuté sa carrière à Moqaouloun, brillé avec le FC Basel en Suisse pour évoluer actuellement à Chelsea, l’un des plus grands clubs d’Angleterre et d’Europe .

Les expatriés égyptiens au Portugal

Nom

Age

Club

Depuis

Ahmad Hassan (Kouka)

21

Rio Ave

Janv. 2011

Ali Ghazal

22

Nacional

juin 2013

M. Abdel-Razeq (Chikabala)

28

Sporting

Janv 2014

Saleh Gomaa

21

Nacional

Janv 2014

Marwane Mohsen

25

Gil Vicente

Juin 2014

Hossam Hassan

25

Gil Vicente

Juin 2014

Ali Fathi

22

Nacional

Juin 2014

Mahmoud Ezzat

22

Nacional

Juin 2014

Rami Rabie

21

Sporting

Juin 2014

Mohamad Ibrahim

22

Maritimo

Août 2014




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire