Semaine du 29 janvier au 4 février 2014 - Numéro 1010
Hassan El Jaï, le Hamlet marocain
  Tout au long du mois de janvier, la Villa des arts de Casablanca mettait à l'honneur les lectures théâtrales. Avec, en chef d'orchestre, Hassan El Jaï : comédien, metteur en scène et professeur de théâtre.
1
Lecture théâtrale avec Hassan El Jaï.
Houda Belabd29-01-2014

Histoire de tisser davantage de liens avec son public grandissant, l’artiste marocain Hassan El Jaï multiplie les cycles de lectures théâtrales ici et là. Non sans générosité, il prodigue beaucoup de cycles de lectures théâtrales et sessions de formations à ses disciples : étudiants en art, amateurs ou simples curieux de circonstance.

Lorsque vous lui demandez de vous parler de la chose la plus proche de son coeur dans ce monde, il vous parlera sans conteste de son inclination pour le théâtre. Molière et Shakespeare sont ses maîtres. Quant à L’Avare, Toinette et Hamlet, ils étaient ses voisins dans une vie antérieure, celle de son adolescence. Son jardin secret ressemble à un univers jonché de dialogues et de monologues secrètement entretenus avec des écrivains, poètes et metteurs en scène universels. « Si je n’avais pas été comédien, j’aurais passé une bonne partie de ma vie à rêver de l’être », nous confie-t-il, non sans certitude.

Lorsque Hassan El Jaï a quitté son Maroc natal à destination de Paris, il y a plus d’une décennie de cela, c’était pour aller rejoindre l’école française des attachés de presse et des professionnels de la communication. C’était plus exactement en 2002. Trois années plus tard, il s’envole pour New York, dans l’optique de préparer un master en management des médias.

Son cursus artistique ne commence qu’en 2007. Et c’est au Lee Strasberg Theatre and Film Institute de New York qu’il passe six mois aux côtés des professeurs de théâtre Mauricio Bustamante et George Loros.

Chemin faisant, il décide de s’inscrire au célèbre cours Florent de Paris, histoire d’approfondir son savoir en cinéma et en théâtre. Dans cette école notoire, il décroche, haut la main, la mention d’excellence.

« Pour mes études supérieures, j’ai hésité à un certain moment entre un cursus en management des médias et une formation en théâtre et cinéma. Puisque le choix était trop dur, j’ai fini par emprunter les deux itinéraires », se souvient-il.

De retour au Maroc, il n’hésite pas longtemps avant de se lancer dans une carrière d’enseignement de l’art en général, et du théâtre en particulier. Il commence par épauler les élèves de terminales du prestigieux Lycée Le Cèdre de Casablanca. Puis il enchaîne avec des cours au sein de la Fondation des Arts vivants avant de rejoindre l’Ecole Nationale de Commerce et de Gestion de la ville de Casablanca.

2
Lecture théâtrale avec Hassan El Jaï.

Lectures théâtrales

Ces derniers mois, en collaboration avec la Compagnie de l’Aparté et la Villa des arts de Casablanca, il assure la direction d’un ensemble de lectures intitulées « Lectures théâtrales ». Destinés à être joués dans des théâtres, ces dialogues se construisent à partir d’un texte classique ou contemporain français, voire d’une adaptation d’un ouvrage étranger en langue française.

« La règle du jeu est simple : le texte est lu en extraits ou dans son intégralité. Le livre est (presque) toujours présent. La voix se met au service du texte. Pour certaines lectures, on peut imaginer la présence d’une musique sur scène, à travers la corde, le vent, les percussions ... Dans les différents projets sont intégrés des artistes de toutes nationalités vivant et travaillant au Maroc ainsi que des artistes en résidence, dans une volonté d’échange et de pluralité multiculturelle. La troisième lecture de ce cycle porte sur des extraits de la célèbre tragédie en cinq actes de William Shakespeare Othello ».




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire