Semaine du 18 au 24 avril 2018 - Numéro 1221
Christine Lagarde : Les investissements étrangers sont la bouée de sauvetage pour l'économie égyptienne 
  Christine Lagarde, directrice exécutive du Fonds Monétaire International (FMI), estime que trois éléments sont essentiels pour la relance de l’économie égyptienne : les investissements étrangers, la création d’emplois et un système de taxation équitable.
Christine Lagarde
Christine Lagarde
Névine Kamel07-02-2018

Al-Ahram Hebdo : L’un des objectifs du programme de réforme égyptien est d’attirer les investissements étrangers pour relancer la croissance et créer des emplois. Mais jusqu’à présent, le gouvernement égyp­tien compte davantage sur les dettes et le financement exté­rieur. Comment relancer les investissements selon vous ?

Christine Lagarde : Les inves­tissements étrangers ont tardé à intervenir sur le marché égyptien au cours de la première année du programme de réforme. Cela était bien normal. Mais mainte­nant, la situation est différente. Le marché égyptien a récemment connu une claire amélioration. Les indices macroéconomiques avancent, la sécurité du pays est stable et toutes les institutions gouvernementales sont détermi­nées à aller de l’avant dans la réforme. Certains indices de l’économie égyptienne sont satisfaisants comme le déficit budgétaire en partie comblé, les dépenses publiques qui ont été ramenées à la baisse et aussi les politiques de ciblage plus serrées au profit des couches les plus défavorisées. Le gouvernement égyptien doit être conscient de l’incapacité du secteur public à procurer des emplois, c’est une ancienne prescription. La barque doit être menée par le secteur privé qui est le seul capable d’in­jecter de nouveaux investisse­ments sur le marché. Attirer les investissements étrangers est donc la bouée de sauvetage. Et cela est faisable, mais bien diffi­cile. Pendant les périodes de transition difficiles comme celle que traverse le pays actuelle­ment, tout le monde doit faire des sacrifices, que ce soit le gou­vernement ou la population. Et l’Egypte a réussi à traverser cette période. Le taux de croissance est de 5%, dépassant ainsi la moyenne de la région qui est de 3,5%. Et il s’agit là d’un avan­tage en plus pour l’investisseur.

— Le FMI souligne l’impor­tance pour l’Egypte d’adopter un système juste de taxation qui inclut les riches, pour diversi­fier les ressources de l’Etat et protéger les classes pauvres. Quel est votre conseil à cet égard ?

— La fiscalité est un mécanisme fondamental pour le gouverne­ment égyptien. C’est un axe fon­damental pour générer des revenus publics. En attirant de nouveaux investissements, on injecte de nou­velles taxes dans l’assiette fiscale. Par ailleurs, l’élaboration d’un système de taxation juste, qui inclurait toutes les couches de la population non exemptée, est très importante pour les revenus de la caisse publique. Il faut élaborer un système de taxation qui réunit tout le monde sans exception. Il est incorrect que l’assiette fiscale se limite aux fonctionnaires et aux employés. Les taxes doivent être progressives en fonction de la classe sociale.

— Le chômage et l’inflation sont les principaux défis du pro­gramme de réforme égyptien. Quelles sont vos suggestions pour surmonter ces défis ?

— L’Egypte veut avoir une écono­mie forte. Et c’est pour cela qu’elle a pris, au cours de la première année du programme de réforme, des mesures difficiles mais impor­tantes, entre autres le flottement de la livre égyptienne et la réduction des subventions à l’énergie. Ces mesures étaient indispensables, car les réserves en devises étran­gères ont fortement chuté et l’Egypte allait perdre ses relations commerciales avec le monde exté­rieur. Il est vrai que les prix ont augmenté et que le taux d’inflation a dépassé les 30%, sachant que l’Egypte importe plus qu’elle n’exporte. Mais la Banque Centrale d’Egypte et le gouverne­ment sont intervenus pour sur­monter cet obstacle, avec la hausse des taux d’intérêt et des pro­grammes de protection sociale. Le taux d’inflation a régressé, et selon nos prévisions, il atteindra 12 % en 2018. L’Egypte avance donc dans la bonne direction. Les réformes économiques vont donc porter leurs fruits, mais cela néces­sitera quelque temps. Et c’est ainsi que les investisseurs, suite à ces réformes, commenceront à injecter leur argent sur le marché égyptien et nous verrons des offres d’em­ploi se créer sur le marché et des capitaux entreront donc sur le mar­ché.

Christine Lagarde2

— Le FMI a organisé deux meetings régionaux sur la crois­sance inclusive, l’un en Jordanie en 2014 et le second à Marrakech. Quelles sont les conclusions des deux confé­rences ?

— L’une des plus importantes conclusions de la conférence de Marrakech est que toutes les par­ties doivent s’écouter, parler ensemble et construire ensemble. La réalisation de la croissance inclusive ne se fera pas unique­ment par l’intermédiaire des gouvernements, mais également à travers les Banques Centrales, le secteur privé et les ONG. Tous doivent travailler ensemble pour réaliser l’objectif. La seconde chose importante est qu’il existe plusieurs autres éléments liés les uns aux autres qui doivent se réaliser pour parvenir à la crois­sance inclusive, comme l’anéan­tissement de la corruption, la réalisation de la transparence, le financement aisé et la réforme du marché du travail pour qu’il devienne plus flexible.

— Entendez-vous organiser la prochaine conférence en Egypte pour discuter du modèle de réforme égyptien qui doit servir d’exemple aux économies émergentes en Afrique et au Moyen-Orient ?

— Je ne sais pas encore où se tiendra la prochaine conférence du FMI. Il est possible que ce soit en Egypte, mais elle ne dis­cutera pas seulement les ques­tions qui concernent l’Egypte mais celles qui se rapportent à l’ensemble de la région.

La corruption, un obstacle pour les entreprises

Selon le Fonds Monétaire International (FMI), de nombreuses entreprises considèrent la corruption comme l’un des principaux obstacles aux affaires. C’est dans la région arabe que le taux de ces entreprises est le plus élevé.

Taux des entreprises considérant la corruption comme l’un des princi­paux obstacles aux affaires :

55 % dans la région arabe.

39 % dans l’Amérique latine.

36 % dans l’Afrique subsaharienne.

24 % en Asie.

22 % dans les pays européens émergents.

Source: Fonds Monétaire International (FMI)




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire