Semaine du 6 au 12 décembre 2017 - Numéro 1203
Promenade culinaire à Charie Masr
  Manger en plein air, se promener et passer du bon temps, c'est désormais possible à la Rue Masr, à Héliopolis. Un espace récemment attribué aux jeunes restaurateurs ambulants, notamment pour lutter contre le chômage. Tournée.
Promenade culinaire à Charie Masr
Se promener en sécurité est l'un des atouts de Charie Masr. (Photo : Mohamad Adel)
Dina Bakr04-10-2017

Au quartier nozha, plus on s’approche de la Rue Masr et plus le trafic devient dense, pourtant, il est 19h, et ce n’est pas l’heure de pointe. Difficile d’atteindre l’endroit attribué aux jeunes restaurateurs ambulants. Curieux de visiter le lieu, les personnes véhiculées peinent à trouver une place où se garer. La Rue Masr, qui s’étend sur une superficie de 1 000 m2, n’est plus une artère ordinaire. Elle est cernée de plaques en métal, légèrement espacées les unes des autres, à travers lesquelles on peut voir ce qui se passe à l’intérieur. L’espace est quadrillé. Deux agents de sécurité se tiennent devant les portes d’entrée et de sortie. Ils ne fouillent pas les visiteurs, mais sont prêts à intervenir en cas de besoin. Une atmosphère festive règne à l’intérieur avec comme bruit de fond une musique tonitruante. 11 restaurateurs ambulants sont installés tout le long de la rue. Toutes les charrettes sont joliment décorées et certaines plus lumineuses que d’autres attirent davantage les clients curieux de savoir ce qui s’y vend.

Promenade culinaire à Charie Masr
(Photo : Mohamad Adel)

Les plats cuisinés se ressemblent, mais certains jeunes ont tenu à apporter leurs touches personnelles pour concurrencer leurs voisins. « L’important dans ce projet est d’avoir réussi à rassembler tous les restaurateurs ambulants dans un même endroit. Ce qui va leur épargner certains tracas, comme les accrochages avec les agents de police ou de la municipalité, quand ils sont installés de manière anarchique dans les rues du Caire », explique Ahmad Moustapha, PDG de la société responsable de la gestion du projet Rue Masr. Il souligne que pour la première fois, le département responsable des microprojets auprès de l’Organisme du contrôle administratif et le gouvernorat du Caire, en collaboration avec le secteur privé, ont réussi à résoudre le problème d’une partie des marchands ambulants. C’est suite à l’histoire de Yasmine Rohaïm, vendeuse de burgers surnommée par les médias « la fille du burger », que le dossier des restaurateurs ambulants à Massaken Sheraton dans le quartier d’Héliopolis a été réglé. « Je n’oublierai jamais le jour où les agents de la municipalité m’ont confisqué la carriole. J’ai filmé la scène, alors qu’ils étaient en train de la charger dans un camion avec tous mes ustensiles de cuisine. J’ai diffusé cette vidéo sur les réseaux sociaux, ce qui a suscité des réactions de la part des médias et des responsables », raconte Yasmine. Cette jeune fille ambitieuse, fière de sa réussite, souhaitait continuer à gérer son projet. Tout en faisant des grillades, elle avale rapidement un sandwich. Son travail ne lui laisse aucun répit. Les commandes se succèdent et les clients ne cessent d’affluer. Ils veulent goûter à la viande hachée qu’elle prépare à la maison avec l’aide de sa maman.

Mesures de sécurité

Promenade culinaire à Charie Masr
Mohamad Hamdi, vendeur de gâteaux, se fait aider par sa mère. (Photo : Mohamad Adel)

Vu la grande variété d’appareils utilisés en cuisine tels que les friteuses, les hachoirs, les réfrigérateurs et les robots, la protection civile a installé des tuyaux d’incendie qui sont reliés aux toilettes, afin d’acheminer l’eau en cas de déclenchement d’un feu. Chaque vendeur possède aussi son propre extincteur pesant environ 6 kilogrammes. Par ailleurs, il existe des caméras de surveillance plantées tout le long de la Rue Masr pour assurer la sécurité du lieu.

Mohamad Hamdi, 26 ans, vend des douceurs. Sur sa carriole, on peut lire Dokkan Al-Hélw. Ce jeune homme est aidé par sa mère et ses soeurs qui lui préparent des gâteaux à la maison : Cheese-cakes, cupcakes, beignets, pudding à la vanille et riz au lait. « Le lieu étant sécurisé, je peux ramener les miens pour m’aider et décider ensemble du type de dessert ou de sauce à préparer le lendemain, afin de mieux répondre aux goûts de tous les clients », confie Mohamad. « Ici, on est à l’abri des altercations et des querelles de voyous. Même la clientèle a changé de visage. Des familles viennent pour se restaurer et passer des moments agréables en plein air », cite Hamdi. Sa mère et sa soeur prennent des notes sur un cahier tout en réfléchissant à ce qu’elles doivent préparer le jour suivant. Elles n’oublient pas de dresser la liste des ingrédients dont elles vont avoir besoin le jour suivant ainsi que la quantité.

Promenade culinaire à Charie Masr
Chaque vendeur apporte sa propre touche pour concurrencer ses voisins. (Photo : Mohamad Adel)

A quelques mètres, Fadi, un jeune adolescent habitant à Maadi, dévore un sandwich de burger avec un pain à base d’épinards. Il le trouve délicieux et est satisfait du service. Sa visite à la Rue Masr ne sera donc pas la dernière. Salem, 25 ans, est le seul à vendre des crêpes salées, des pâtes à la sauce tomate et la fattet chawerma. « Cela fait 9 mois que je travaille avec cette carriole. Ailleurs, mes revenus n’étaient pas élevés, alors qu’ici, ils ont quintuplé », confie Salem avec enthousiasme.

Joindre l’utile à l’agréable

Promenade culinaire à Charie Masr
Le « Sushi Boat » d’Ahmad Massoud attire particulièrement l’attention des clients. (Photo : Mohamad Adel)

A la Rue Masr, Chaque vendeur dispose d’un espace de 2mx1,5m, loué à raison de 1 450 L.E. par mois. Salem, qui gagne entre 1 000 L.E. et 1 500 L.E. par jour, espère que ce projet continuera à séduire toutes les tranches d’âge de clients comme c’est le cas actuellement. Les visiteurs prennent des photos-souvenirs tout près de la pancarte portant le nom de la rue. Même aux heures de pointe, les gens se promènent à leur aise, car la rue est spacieuse. « Aller à la Rue Masr est plus intéressant que de se rendre dans un café. Les choix sont variés, la qualité des plats est meilleure et les prix sont abordables », énumère Youstina, 19 ans. Combiner une bonne restauration, de surcroît dans la rue, est une équation délicate que la Rue Masr est capable de résoudre. « Le contrat de location pour chaque vendeur est valable pour un an. Des conditions s’imposent pour le renouveler, comme veiller à l’hygiène alimentaire et la propreté de la charrette », ajoute Khaled Abou-Deif, président du quartier Nozha. Il pense qu’en consacrant un tel espace dans le quartier Nozha, l’Etat a donné l’opportunité aux jeunes de gagner leur vie dignement. Un endroit où le m2 de l’immobilier est estimé à 35 000 L.E. Ahmad Massoud, ingénieur, prépare et vend des sushis. Sa charrette en forme de bateau porte le nom de « Sushi Boat ». « Ici, je travaille tranquillement. Je ne suis plus obligé de changer d’endroit chaque jour ou tirer la charrette avec un cordage lié à ma voiture pour aller la garer dans un garage à raison de 400 L.E. par mois. Et ce, pour éviter les vols », confie Massoud. Il souhaite que l’Etat consacre de nouvelles rues, à l’exemple de celle-ci, pour qu’il puisse faire connaître son Sushi Boat davantage.En fait, ce n’est pas la première fois que l’Etat rassemble les vendeurs ambulants dans le même endroit. « Cela fait une quarantaine d’années que le gouvernement cherche à résoudre le problème des vendeurs ambulants, mais sans succès », dit Abou-Deif. Il pense que cette fois, les choix des éléments qui font la qualité d’un bon emplacement ont été pris en compte. Les jeunes vendeurs ont eu l’opportunité de s’entretenir avec les responsables et de discuter de leurs craintes et soucis. Ils ont réclamé un minimum de sécurité, un endroit propre et un loyer mensuel à la portée de tous. « La transparence entre les citoyens et les responsables a fait de la Rue Masr un projet qui ressemble aux rues ou places qui se trouvent à l’étranger, à l’instar de la place Jamaa Al-Fna au Maroc qui attire énormément de touristes. Avant, la Rue Masr était déserte et baignait dans l’obscurité. Un lieu idéal pour les jeunes délinquants qui s’y rendaient pour consommer de la drogue », relate Abou-Deif. Il déclare que depuis l’inauguration de ce projet, il passe ses soirées à admirer ce grand changement et espère que cela continue.

Rue Masr connaît des moments de grande affluence de 19h à 23h. « J’ai dû réduire l’utilisation de certains équipements électriques comme la hotte aspirante, la friteuse et la cafetière électrique, et ce, pour diminuer ma consommation d’électricité », souligne Rim Ghoneim, qui vend des sandwichs de hamburgers et du poulet grillé sur des tranches de toasts. Elle ajoute qu’elle doit réduire sa consommation d’électricité car la municipalité a imposé un quota à chaque vendeur de la Rue Masr. Si l’un d’eux augmente sa consommation d’électricité, sa facture sera salée.

Un théâtre aussi

Promenade culinaire à Charie Masr
Les vendeurs ambulants de la Rue Masr ont signé des baux qu'ils renouvellent tous les ans. (Photo : Mohamad Adel)

Dans un coin de la Rue Masr, un espace a été réservé au théâtre, la vente de livres, de divers accessoires, de tableaux et de souvenirs. « Les gens viennent ici pour manger, mais c’est rare que quelqu’un achète un tableau ou un livre », déclare Mariam, étudiante et vendeuse de tableaux. Elle précise qu’il faut attendre un peu, le temps que les gens apprennent qu’il y a d’autres commerces. En fait, le théâtre fonctionne selon des horaires précis. « A travers Facebook, les jeunes talents sont invités à envoyer leurs vidéos. On sélectionne la plus divertissante ou la plus drôle pour la présenter au théâtre », précise Moustapha, PDG de la société responsable de la gestion du projet.Il affirme qu’ils ne se sont pas encore mis d’accord sur la forme finale de l’activité et les heures appropriées pour présenter un tel travail.

L’idée de la Rue Masr donne de l’espoir à d’autres jeunes, qui ne trouvent pas de boulot et qui ont d’autres dons. Ils rêvent d’avoir un espace similaire où ils pourront vendre ou réparer téléphones portables, ordinateurs, IPads en plein air. Un autre domaine à exploiter.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire