Semaine du 24 février au 2 mars 2021 - Numéro 1363
Tir : Représentation générale avant les JO
  L’Egypte accueille du 22 février au 5 mars la Coupe du monde de tir. Un événement important pour les tireurs égyptiens pour tester leur niveau avant les JO de Tokyo prévus en juin 2021.
Tir : Représentation générale avant les JO
Azmy Mehelba représente l’espoir de l’Egypte à la Coupe du monde et l’un des favoris pour une médaille olympique.
Marianne Youssef17-02-2021

La coupe du monde de tir organisée en Egypte, du 22 février au 5 mars, se déroule au Shooting Club à la cité du 6 Octobre. 400 tireurs des deux sexes prendront part à cette coupe, représentant ainsi 31 pays qui se battent pour un titre mondial et dont les plus forts sont la France, l’Allemagne, l’Inde, l’Afrique du Sud, les Pays-Bas, la Russie et les Etats-Unis. « L’Egypte est devenue l’un des meilleurs pays du monde attirant ces événements sportifs, surtout après le succès réalisé dans l’organisation du Mondial de handball, dont l’écho a été ressenti de par le monde. L’Egypte a pu confirmer sa capacité à organiser de tels événements, et ce, malgré la propagation du coronavirus. Je suis ravi que l’Egypte accueille cette Coupe du monde qui sera au profit des joueurs égyptiens avant leur participation aux Jeux Olympiques (JO) de Tokyo prévus juin 2021 » assure Hazem Hosny, président de la Fédération égyptienne de tir.

12 tireurs auront à défendre les couleurs du drapeau égyptien dans 4 épreuves : carabine, pistolet, skeet et trap, hommes et dames : Ahmad Zaher (fosse), Azmy Mehelba (skeet), Youssef Helmi (10 m carabine), Mark Keriakos (skeet), Abdel-Aziz Mehelba (fosse), Ossama Al-Saeid (50 m carabine 3 positions) et Mostafa Hamdi (skeet). Quant aux dames, il s’agit de Shaimaa Hachad (10 m carabine), Magy Ashmawy (fosse), Radwa Abdel-Latif (10 m pistolet), Al-Zahraa Shaaban (50 m carabine, 3 positions) et Meskat Aly (10 m pistolet).

Dix de ces tireurs ont validé leur ticket olympique pour Tokyo 2021, alors que les deux autres, Ahmad Qamar et Mark Keriakos, ont raté leur qualification. L’importance de cette compétition pour l’Egypte réside dans le fait que les 10 tireurs qualifiés aux JO de Tokyo commencent à tester leur niveau après l’arrêt des activités sportives dû à la pandémie de coronavirus. « On ne peut pas nier que nos tireurs ont mal vécu la suspension des activités sportives, car ils ont terminé leur qualification très tôt en 2019. Ils avaient l’espoir de se remettre au travail pour bien se préparer aux JO de Tokyo. Mais tous les stages et les compétitions ont été suspendus influençant le moral de nos tireurs. Cette coupe est donc d’une grande importance pour relever leur moral. Elle représente le premier tournoi international pour la sélection depuis mars 2020 », explique Hazem Hosny. Selon Magdy Lotfy, directeur technique de la sélection, cette coupe est une très bonne opportunité pour les tireurs pour faire une évaluation de leur niveau technique. « C’est une bonne occasion d’organiser une coupe du monde en Egypte sans que la sélection soit obligée de se déplacer. Lors de cette coupe, qui regroupe les stars de la discipline, les tireurs évalueront leur niveau par rapport aux grandes stars et ensuite, travailler sur leurs points faibles avant les JO de Tokyo », explique Lotfy.

Des espoirs

A noter que 10 tireurs ont composté leur ticket olympique à travers les Championnats d’Afrique de Maroc en 2019, alors que les 2 autres tireurs, à savoir Ahmad Zaher et Azmy Mehelba, ont composté leur ticket olympique à travers les Championnats du monde de Mexique.

Le staff technique garde l’espoir sur les stars de la sélection, tels Azmy Mehelba, Abdel-Aziz Mehelba et Ahmad Qamar pour les hommes, et Shaimaa Hachad pour les femmes. « Azmy Mehelba a un niveau professionnel. Il est le pre­mier dans l’histoire du tir égyptien à figurer dans la liste de classement mondial, car il s’est classé à la 2e place en 2014, la 4e en 2015 et la 10e en 2019. Il a un palmarès plein de médailles internationales, afri­caines et arabes », ajoute Lotfy.

La sélection compte aussi des jeunes tireurs qui ont fait preuve d’un niveau excellent. Citons par exemple le tireur Ahmad Qamar, qui est le premier égyptien à atteindre la finale du trap, et a pu se classer 5e aux JO de Rio 2016, réalisant une première dans l’histoire du tir égyp­tien, ainsi qu’une médaille d’argent aux Jeux méditerranéens en juillet 2018. « Bien que Qamar soit un tireur très talentueux, il n’a pas pu réaliser le score minimum pour valider son ticket olympique. En fait, depuis les JO de Londres 2012, il n’y a eu de changement du sys­tème de qualification. Avant, le tireur pouvait se qualifier en rem­portant la première place de son épreuve. Mais selon le nouveau sys­tème, il doit remporter le titre afri­cain et réaliser un score minimum fixé par la Fédération internatio­nale de tir dans chaque épreuve », ajoute-t-il.

Pour se préparer à cette compéti­tion, la sélection a effectué un camp fermé au club Al-Seid. « La sélection n’a pu effectuer aucun stage à l’étranger à cause des mesures sani­taires prises par la plupart des pays à l’exception de Azmy Mehelba et Shaimaa Hachad, qui ont disputé en janvier dernier un tournoi Grand Prix au Maroc où ils ont raflé res­pectivement une médaille d’or et une médaille d’argent. Je suis certain que les tireurs vont s’illustrer dans cette coupe offrant à l’Egypte de nombreuses médailles », conclut-il.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire