Semaine du 12 au 18 juin 2019 - Numéro 1278
Salah, encore et toujours
  Auteur d'une année extraordinaire avec Liverpool, l’attaquant Mohamad Salah a conservé son titre de meilleur joueur égyptien pour la quatrième année consécutive. Une performance 2018 qui le hisse parmi les élites du football mondial.
Salah, encore et toujours
(Photo : Reuters)
Karim Farouk09-01-2019

Pour la quatrième année consécutive, Mohamad Salah écrase la concur­rence et remporte le vote du meilleur joueur égyptien de l’année. Ce n’est plus une surprise, car la flèche de Liverpool semble évoluer dans une classe à part, loin de tous ses concurrents. Il appartient maintenant à la Ligue des joueurs extraordinaires aux côtés de Lionel Messi, Cristiano Ronaldo, Neymar, Kylian Mbappé et Eden Hazard qui évoluent dans une autre dimension. « Salah est sûre­ment dans le top 5 du monde. Son efficacité et sa constance sont vraiment très impression­nantes. Mais outre son taux de buts élevé, il y a aussi sa large contribution pour l’équipe. C’est un mélange unique et c’est pour ça que je le vois un peu comme Messi », a déclaré le célèbre technicien français et légendaire entraî­neur d’Arsenal, Arsène Wenger, sur beIN Sports. Troisième meilleur joueur du monde dans le sondage de la FIFA « The Best » et sixième meilleur joueur de l’année dans le classement final du Ballon d’Or, Salah (26 ans) a réalisé une année exceptionnelle qu’il a lui-même qualifiée de meilleure de sa carrière.

En effet, dès janvier 2018, il est sacré meilleur joueur africain de 2017 et devient le premier Egyptien à recevoir cet honneur depuis l’inauguration des prix de la Confédération Africaine de Football (CAF) en 1992. Salah poursuit sa lancée de rêve avec Liverpool en affolant les compteurs et brisant de nombreux records du club et de la Premier League. En avril, il remporte le titre de meilleur buteur du championnat, mettant fin à la domination de l’attaquant de Tottenham Harry Kane, et le titre de meilleur joueur de la saison.

Et puis, le vent a tourné comme souvent dans la vie. Le 26 mai, Liverpool dispute son plus important match de la saison, voire de la décennie, la finale de la Ligue des champions, pour la première fois depuis 2007. Mais à la 31e minute, Salah quitte la pelouse sur bles­sure, et les Reds sont battus par Real Madrid 3-1. « C’était l’un des moments les plus tristes de ma carrière », a confié Salah. « Je n’ai jamais eu de graves blessures et à ce moment sur le sol, je sentais une peine énorme et je savais que je ne pouvais pas bouger mon épaule. J’ai mis du temps à me remettre et j’ai dû prendre beaucoup de précaution, car je sentais que je ne bougeais pas normalement », confie-t-il. Une grave blessure qui le fait des­cendre de son petit nuage juste avant la Coupe du monde. En Russie, il marque deux buts en autant de matchs. Mais les Pharaons sortent par la petite porte après avoir concédé trois défaites et laissé un mauvais souvenir de leur premier Mondial depuis 1990.

De retour à Liverpool, Salah débute sa sai­son au ralenti. L’homme qui a terminé la sai­son avec un total de 44 buts, toutes compéti­tions confondues, ne marque que 3 buts en 10 rencontres (8 en championnat et 2 en Ligue d’Europe). « Mo » voit ses qualités mises en doute et le débat est grand ouvert autour de lui. Est-ce un joueur exceptionnel ou était-ce juste une saison exceptionnelle ? « Je ne veux pas me répéter, mais je n’ai pas douté une seconde des qualités de Salah. Vous êtes libres de votre jugement, mais je ne peux pas mettre en évaluation un joueur après seule­ment quelques matchs. Salah fait un grand travail pour l’équipe et est un important atout pour nous », déclarait l’entraîneur Jurgen Klopp pour défendre son poulain. Silencieux et parfois triste, Salah a continué à travailler et à progresser pour faire taire les critiques et surtout être digne de la confiance de son entraîneur. Vers la mi-octobre, il retrouve son allure infernale, juste à temps pour être au coeur de l’effervescence de Liverpool. En effet, les Reds ont pris la tête du classement, détrônant le champion du titre, Manchester City.

A la fin du mois de décembre, Salah est en tête des buteurs de la Premier League avec 13 buts, à égalité avec le Gabonais Pierre-Emerick Aubameyang (Arsenal) et Kane. « Au début de la saison, Salah n’était pas à 100 %. Si tu es un footballeur avec un problème à l’épaule, tu dois attendre pour être complètement rétabli. Mais c’est un joueur au top niveau et je savais qu’il surmonterait ce problème. Maintenant, tout est bien pour lui », se réjouissait alors Klopp.

Mais Salah, qui s’est forgé un statut de héros à Anfield, suite à ses exploits individuels, ne veut pas se détacher de l’équipe. « Mon objec­tif cette saison, c’est de remporter quelque chose pour l’équipe. C’est un rêve pour les fans et je pense que cette saison, on pourra le faire », dit-il.

Liverpool passe par une traversée du désert depuis le titre de la Coupe de la Ligue en 2012. L’ancien champion d’Angleterre est en tête du classement et est en lice pour la Ligue d’Eu­rope et la Coupe d’Angleterre. C’est peut-être la bonne année pour restaurer la gloire des Reds et faire de Salah le symbole d’une géné­ration victorieuse.

L’année Salah

3e meilleur joueur du monde dans le sondage de la FIFA « The Best ».

6e meilleur joueur du monde dans le classement final du Ballon d’Or.

3 titres record de meilleur joueur du mois en Premier League.

Meilleur joueur de la Premier League en 2017-2018.

Meilleur buteur de la Premier League avec 32 buts en 2017-2018.

Record de buts (32 buts) dans une saison en Championnat anglais dans son format de 20 clubs.

Plus grand nombre de buts marqués (11 buts) par un joueur africain dans une saison en Ligue d’Europe.

Plus rapide joueur de l’histoire de Liverpool à avoir marqué 50 buts. Record réalisé en 65 matchs.

50 buts : plus rapide joueur de l’histoire de Liverpool à toucher cette barre.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire