Semaine du 13 au 19 mars 2019 - Numéro 1266
Ahmed Elgendy : Cette médaille aux JOJ est un rêve que je poursuivais depuis 4 ans
  Après une saison historique qui s'est achevée par le titre olympique junior, Ahmed Elgendy a reçu le trophée de meilleur pentathlonien junior au monde. A 18 ans, l’athlète vise plus haut et rêve déjà de Tokyo.
Ahmed Elgendy
Doaa Badr21-11-2018

Al-ahram hebdo : Comment vous sentez-vous après avoir été élu meilleur pentathlonien junior au monde par la Fédération internationale de pentathlon moderne ?

Ahmed Elgendy: Je suis très heureux, vraiment comblé. C’est la première fois qu’un Egyptien reçoit ce trophée, ce qui me rend encore plus fier. Ce trophée représente beaucoup pour moi après une saison très dure et très difficile, une saison pleine de sacrifices et d’efforts pour aboutir à mon but. Après avoir remporté le titre olympique aux Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) à Buenos Aires, en Argentine, j’étais sûr que je serais le vainqueur du trophée de meilleur pentathlonien au monde.

— 2018 a été une année exceptionnelle pour vous. Racontez-nous votre parcours...

— J’ai commencé la saison 2018 en remportant la médaille d’or aux Championnats du monde juniors -19 ans, qui ont eu lieu au mois d’avril au Portugal. Cette médaille d’or était mon principal objectif pour la saison, puisqu’elle m’a permis de me qualifier pour les JOJ. Quatre mois plus tard, j’ai surpris tout le monde en décrochant la médaille d’or aux Championnats du monde juniors -21 ans, réalisant ainsi une première pour le pentathlon égyptien, en devenant le premier homme à réaliser le doublé de champion du monde junior. Et enfin, j’ai remporté la médaille d’or aux JOJ, qui se sont déroulés à Buenos Aires en octobre, et la médaille d’or en mixte relais avec la championne chinoise.

— Quelle est la médaille la plus précieuse pour vous ?

— La médaille olympique bien sûr. J’étais fou de joie et très fier d’être le champion olympique. Cette médaille d’or aux JOJ est un rêve que je poursuivais depuis 4 ans. L’année a été très difficile, avec un grand nombre de compétitions, des hauts et des bas. En plus, un mois avant les JOJ, j’avais été blessé et je suis très heureux que cette blessure n’ait pas été un obstacle durant la compétition pour réaliser mon rêve et celui de ma famille, surtout de ma mère, qui était avec moi à Buenos Aires.

La star égyptienne Mohamad Salah vous a félicité pour l’obtention du trophée de meilleur pentathlonien junior au monde. Qu’est-ce que cela représente pour vous ?

— L’international égyptien du club anglais Liverpool, Mohamed Salah, est mon idole et celui de tous les Egyptiens. Parler avec lui était un rêve. J’étais fou de joie quand il m’a appelé au téléphone avant le match de la sélection égyptienne face à la Tunisie. Il m’a félicité, il m’a souhaité de continuer sur mon élan et de lever le drapeau égyptien haut et il m’a invité à prendre un repas avec lui après le match, mais malheu­reusement, j’avais un match à disputer. Cet appel téléphonique représente un grand honneur pour moi. Il m’a beaucoup encou­ragé et m’a donné de l’énergie pour continuer sur ma lancée. Je n’ai jamais réfléchi à devenir une personne célèbre. Tout ce que j’ai toujours voulu, ce sont les compétitions et les victoires.

— Comment êtes-vous parvenu à ce niveau internatio­nal ?

— Le travail, la constance et la concentration sont à l’origine de mon exploit cette année. Je m’entraîne dur depuis des années, avec pour objectif de remporter un titre olympique, suivant un programme d’entraînement stable et constant, en état de concentration maximale. La Fédération égyptienne, présidée par Sharif El Eryan, a mis en place un programme à long terme qui a été appliqué à la lettre par le directeur tech­nique de l’équipe, Raouf Hossam, et les entraî­neurs: Amr Sayed, Ahmad Al-Soghayar pour l’es­crime, Ihab Sokkar pour le tir, Hicham Solimane pour la course à pied et Mohamad Al-Gammal pour le fitness.

— Que souhaitez-vous réaliser à l’avenir ?

— J’ai seulement 18 ans, donc je fais partie de l’équipe juniors. Ainsi mon principal but est de décrocher l’or aux Mondiaux juniors, jusqu’à 2021. Mais en même temps, je vise la qualifica­tion pour les Jeux Olympique (JO) de Tokyo 2020, une mission qui ne sera pas facile avec la présence des meilleurs athlètes égyptiens, tels Yasser Hefny, Eslam Hamed et Ahmed Ashraf. Mais j’ai beau­coup d’ambitions et je souhaite continuer sur ma lancée.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire