Semaine du 7 au 13 novembre 2018 - Numéro 1249
Ahli, une victoire ternie par un arbitrage contesté
  Ahli s’est rapproché d’un 9e sacre en Ligue d’Afrique en battant l’Espérance de Tunis 3-1 lors de la finale aller, vendredi 2 novembre, à Alexandrie. Des décisions d’arbitrage et l’assistance vidéo (VAR) ont toutefois donné lieu à une controverse.
Ahli, une victoire ternie par un arbitrage contesté
L'attaquant marocain Walid Azaro a suscité une grande polémique après avoir décroché deux penaltys jugés très controversés par les observateurs. (Photo : AFP)
Karim Farouk07-11-2018

La finale de La Ligue d’Afrique entre Ahli et l’Espérance de Tunis a fait couler beaucoup d’encre, mais pas pour commenter les résultats. Le ténor cairote Ahli a remporté cet aller sur le score de 3-1 vendredi 2 novembre au stade de Borg Al-Arab, mais la victoire a été mitigée par une large polémique sur l’arbitrage. La Confédération Africaine de Football (CAF) avait décidé d’introduire l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR) lors de la finale de sa plus prestigieuse compétition, afin de réduire les erreurs au minimum. Objectif complètement manqué.

Les Rouges doivent leur victoire à deux penal­tys qui ont suscité d’énormes controverses et la colère des Tunisiens. C’est l’attaquant marocain Walid Azaro qui a été au coeur des deux actions, pourtant jugées minimales par les observateurs. Et bien que l’arbitre algérien, Mehdi Abid Charef, ait eu recours à la VAR, il a maintenu ses déci­sions. Walid Soliman a concrétisé les deux penal­tys aux 34e et 77e minutes. Un but de Amr Al-Soulaya à la 58e minute est venu combler le score. Du côté tunisien, Youcef Belaili a marqué un but sur penalty, incontesté, à la 64e minute pour sauver les chances des Espérantistes avant la finale retour vendredi 9 novembre à Radès.

Ambiance tendue

La situation s’est empirée pour les Tunisiens suite à des cartons jaunes pour le capitaine Chamseddine Dhaouadi et le milieu moteur Franck Kom, qui seront donc suspendus de la finale. « Il est triste d’en arriver à discuter que de l’arbitrage depuis la fin du match d’hier soir. C’est désolant pour le football africain … Ce match retransmis dans le monde entier est censé être la vitrine du football africain », a dit l’Espé­rance sur son compte Twitter le samedi.

L’affaire a pris un nouveau tournant après une réunion d’urgence de la Fédération tunisienne de football samedi soir, qui a demandé à la CAF d’ouvrir une enquête au sujet de l’arbitre ainsi que la levée de la suspension des joueurs tunisiens et la suspension d’Azaro pour comportement antis­portif. De son côté, l’Espérance s’est aussi plaint des procédures de sécurité au stade de Borg Al-Arab et du fait que le bus des joueurs a été arrêté pendant plus de 25 minutes avant le match, ce qui a affecté le temps d’échauffement des joueurs.

L’ambiance est donc chaude et tendue ces jours d’avant-match, à tel point que l’entraîneur d’Ahli, Patrice Carteron, a demandé au gouvernement tunisien de faire un grand effort pour assurer la sécurité de l’équipe lors du match retour. « On va aller en Tunisie pour jouer au football et rien d’autre. Le peuple égyptien aime le peuple tuni­sien et vice-versa, et nous avons des rapports très solides avec l’Espérance, surtout qu’on se ren­contre chaque année depuis 2009 », a dit Mohamad Youssef, entraîneur adjoint d’Ahli, sur le site officiel du club, le dimanche qui a suivi le match.

Vendredi 9 novembre, à Radès, on espère que la clôture sera digne du sommet du football afri­cain.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire