Semaine du 17 au 23 janvier 2018 - Numéro 1208
un quator remonquable
  Les performances remarquables d'Ahmad Hégazi (West Bromwich), de Essam Al-Hadari (Taawon) et du duo d’Ahli Ahmad Fathi et Abdallah Al-Saïd leur ont permis de se trouver sur la liste des top 5. Portraits.
un quator remonquable
Mohamad Mosselhi10-01-2018

Ahmad Hégazi, le défenseur hors normes

Ahmad Hégazi, le défenseur hors normes

Après une demi-année excellente avec Ahli et les Pharaons, le défenseur de 26 ans a été récom­pensé pour ses efforts avec une offre de transfert présentée par la formation anglaise de West Bromwich qui a exprimé son désir de recruter l’international égyptien l’été dernier. Cette équipe a été éblouie par les performances solides de Hégazi avec les Pharaons lors de la dernière Coupe d’Afrique des Nations (CAN). Une excellente performance du défenseur égyptien qui lui a permis d’être présent dans l’équipe type de la compétition continentale. Après de longues négociations, Ahli a finalement accepté l’offre anglaise, qui était sous forme de prêt avec une option d’achat. Hégazi a complètement séduit avec sa nouvelle équipe en marquant le but de la victoire de West Bromwich dans sa première apparition avec son équipe contre Bournmouth.

Titulaire indiscutable, Hégazi a joué 22 rencontres sur un total de 22 et il a présenté une perfor­mance assez solide. Cette performance remarquable a incité West Brom à activer l’option d’achat et transformer son contrat à un autre permanent contre 4,5 millions d’euros. Avec la situation critique de West Brom qui se trouve en queue de la Premier League, des nouvelles circulent concernant le transfert de Hégazi à une autre équipe plus puissante la saison prochaine.

Ahmad Fathi, le polyvalent

Ahmad Fathi, le polyvalent

A 33 ans, Ahmad Fathi, latéral droit d’Ahli et de la sélection, continue de séduire. Polyvalent, Fathi est un joueur capable de résoudre n’importe quel problème, selon son directeur technique. A la dernière CAN, Fathi a commencé à son poste normal de latéral droit avant d’être placé au flanc gauche pour compenser l’absence du bles­sé Mohamad Abdel-Chafi. La ren­contre suivante, le milieu défensif de l’équipe nationale égyptienne Mohamad Al-Nenni a été à son tour blessé. Pas de problème, Fathi est présent et il a réussi aussi à combler le vide laissé par l’ab­sence du milieu d’Arsenal. Infatigable et capable d’appliquer à la lettre les instructions de son entraîneur, Fathi est le joueur modèle pour tout entraîneur.

Il a joué un rôle primordial dans le doublé d’Ahli (Championnat et Coupe) la saison dernière. A la finale de la Coupe, Fathi a marqué le but de la victoire des Rouges contre Masri au dernier souffle du temps supplémentaire, offrant à son équipe son premier titre de la Coupe d’Egypte dans 10 ans. La Coupe du monde sera une bonne récompense pour le joueur d’Ahli qui mérite d’être présent dans cette compétition mondiale.

Abdallah Al-Saïd, une star malgré tout

Abdallah Al-Saïd, une star malgré tout

Il est vrai que 2017 n’était pas la meilleure année de la carrière de Abdallah Al-Saïd. Cela dit, le milieu d’Ahli et de la sélection reste l’une des stars de l’année. Meilleur passeur d’Ahli et de la sélection, le meneur de jeu de 32 ans a abouti dans une grande partie des buts de son équipe et de la sélection. Spécialisé des coups francs, Al-Saïd a résolu de nombreux problèmes pour son équipe grâce à son talent de tireur. Il a mené son équipe à conserver son titre de champion d’Egypte pour la deuxième saison consécutive, avant de remporter la Coupe. Pour Hector Cuper, le directeur technique des Pharaons, Al-Saïd est irrem­plaçable et c’est le seul joueur au sein de la sélection qui n’a pas de remplaçant de son niveau. Le milieu d’Ahli a joué dans la majorité des rencontres de son équipe et de la sélection malgré une grande fatigue, ce qui a beaucoup affecté son niveau tech­nique, et il était sujet de critiques concer­nant la baisse de son niveau. Cette situation a poussé Cuper à convoquer le milieu de la formation saoudienne Al-Raed Mahmoud Abdel-Razeq, dit Chikaballa, pour le pré­parer au rôle du doubleur d’Al-Saïd. Même s’il n’est pas au top de sa forme, Al-Saïd reste un joueur très important pour Hossam Al-Badri et Cuper.

Essam Al-Hadari, la legend

Essam Al-Hadari, la légende

A 44 ans, le vétéran gardien de l’Egypte Essam Al-Hadari ne cesse d’éblouir. Remplaçant lors de la dernière CAN, Al-Hadari a profité de la blessure du gardien de Zamalek, Ahmad Al-Chennawi, lors du match d’ouverture du groupe pour prendre sa place. Grâce à sa forme physique extraordinaire par rapport à son âge et grâce à son grand talent de gardien, Al-Hadari a réussi à convaincre Hector Cuper qu’il méritait d’être le gardien numéro 1 des Pharaons, même si ce dernier optait pour le gardien de Zamalek (26 ans) qui est, selon lui, le choix de l’avenir. Malgré le retour d’Al-Chennawi, le vétéran gardien a conservé sa place dans les éliminatoires africaines pour le Mondial, menant les Pharaons à une qualification historique pour le Mondial pour la première fois depuis 1990. Al-Hadari, qui a disputé presque toutes les compétitions inter­nationales, avait déclaré que son rêve était de jouer en Coupe du monde. Maintenant, ce rêve est devenu réalité. L’été dernier, Al-Hadari est devenu le premier gardien étranger à jouer dans le championnat saoudien avec son transfert pour Al-Taawon. Habitué des exploits, Al-Hadari a marqué un but avec son équipe dans les filets d’Al-Ettifaq, rééditant son exploit de 2001 quand il a marqué dans les filets de Sundowns à l’occasion de la Super Coupe d’Afrique lorsqu’il était dans les rangs d’Ahli. Une légende, sans aucun doute.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire