Semaine du 24 au 30 mai 2017 - Numéro 1177
Ligue d’Afrique : Débuts difficiles pour les clubs égyptiens
  Une victoire, un nul et une défaite. Tel est le résultat des trois équipes égyptiennes engagées dans les interclubs africains. Si Zamalek s’en sort bien avec une victoire sur les Zimbabwéens du Caps United, Ahli et Smouha devront faire de grands efforts pour se rattraper.
Ligue d’Afrique : Débuts difficiles pour les clubs égyptiens
L'attaquant d'Ahli Souleymane Coulibaly n'a pas pu concrétiser les chances de son équipe face à Zanaco FC. (Photo : Essam Choukri)
Karim Farouk17-05-2017

Parmi le trio égyptien engagé dans les compétitions africaines interclubs, seul Zamalek a réussi son départ après avoir battu le Caps United du Zimbabwe, vendredi dernier au stade de Borg Al-Arab à Alexandrie. Deux têtes des attaquants Bassem Morsi et Stanley Ohawuchi, à la 56e et la 83e minutes, ont assuré la victoire des Blancs qui se situent à la deuxième place du groupe B de la Ligue d’Afrique derrière l’USM d’Alger, qui a écrasé Ahli Tripoli 3-0 en match d’ouver­ture. « La victoire en début de parcours est très importante surtout que le match était à domicile. Nous sommes plus confiants et motivés pour la suite, surtout que notre objectif est de remporter ce titre coûte que coûte », a déclaré Ibrahim Salah, vice-capitaine de l’équipe.

Mais cette victoire n’a pas pu cacher certaines des faiblesses de l’équipe qui jouait face à un adversaire de plus petit calibre. « La perte d’un si grand nombre d’occasions n’est pas normale. Ce genre de fautes pourrait nous coûter très cher dans les matchs à venir. Nous avons pro­gressé au niveau de l’attaque, mais nous man­quons encore de précision sur la dernière touche », explique l’entraîneur Augusto Inacio. Zamalek s’est compliqué la vie lors de la pre­mière période face à une défense naïve en gas­pillant de nombreuses chances. Même après le but de Morsi en début de deuxième période, l’équipe s’est retrouvée en mauvaise posture face aux Zimbabwéens qui ont foncé vers les buts pour rattraper le retard jusqu’à ce que Ohawuchi ait assuré les trois points du match. « Les méthodes d’Inacio ont permis à l’équipe de trouver des solutions au niveau offensif et de menacer les buts adverses. C’est quelque chose qui nous manquait auparavant. Maintenant, il reste à concrétiser nos efforts devant les buts et c’est quelque chose qu’il est en train de régler. Nous sommes à présent concentrés sur le match d’Ahli Tripoli pour lequel nous espérons que ces problèmes seront réglés », explique Ismaïl Youssef, membre du staff technique. Le quin­tuple champion d’Afrique sortira pour affronter le champion libyen le mardi 23 mai prochain. Les hommes d’Inacio n’auront pas le luxe de gaspiller les occasions dans ce derby nord-afri­cain face à un adversaire qui se battra pour remonter sa défaite lors de la première journée.

Les promesses d’Ahli

Contrairement à Zamalek, Ahli n’a pas réussi à arrêter les attaques de l’équipe zambienne de Zanaco FC dans le groupe D. Le champion en titre d’Egypte, qui était le grand favori de la Ligue d’Afrique pour cette saison encore, a été tenu en échec sur le score de 0-0 à domicile samedi dernier. « Nous avons perdu 2 points importants, mais nous ne sommes qu’en début du parcours. Il y a encore 15 points à gagner et je vous promets que nous serons en quarts de finale », a déclaré l’entraîneur Hossam Al-Badri suite au match. Les Rouges étaient dominants dans la possession du ballon, comme d’habitude, mais encore une fois timides devant les buts. Lors des 90 minutes de jeu ils n’ont pu créer que deux occasions franches, malheureusement mal gérées par le nouvel attaquant ivoirien, Souleymane Coulibaly. La défense d’Ahli a elle aussi été mise en cause après que le gardien Chérif Ekrami eut été testé à plusieurs reprises en raison des larges espaces vides laissés à l’ar­rière. Le duo Rami Rabia et Mohamad Naguib n’ont pas pu compenser les absences d’Ahmad Hégazi (blessure) et Saad Samir (absents des entraînements pour des raisons personnelles).

Les talentueux milieux centraux Hossam Ghali et Amr Al-Soulaya contribuent beau­coup à la création d’un jeu offensif, mais ils ne protègent pas assez le quatuor défensif. Or, cette tactique de jeu n’était pas un choix volontaire d’Al-Badri, mais plutôt une solu­tion d’urgence, puisque Hossam Achour, qui cassait les attaques avant qu’elles n’arrivent à des zones dangereuses, a dû annuler sa partici­pation au match en dernière minute pour des raisons personnelles. Le résultat de ce match révèle le rôle fondamental de Achour dans ce dispositif de 4-2-3-1. « Nous comprenons la déception du public, mais nous voulons le rassurer. Nous allons trouver les éléments qui nous ont manqué pour le prochain match contre Coton Sport (23 mai) et nous espérons que cela nous aidera à gagner », dit Sayed Abdel-Hafiz, directeur de la section foot au sein du club.

Smouha a eu la pire expérience du trio, en perdant son premier match 1-0 face aux Zambiens de Zesco United, vendredi, en Coupe de la confédération. La rencontre était équilibrée jusqu’à ce qu’une main dans la surface du défen­seur burkinabé, Patrick Malo, ait été pénalisée permettant à Jesse Were de marquer l’unique but de la partie sur pénalty. Smouha espère se rattraper face au Recreativo do Libolo (Angola), qui est l’un de ses principaux rivaux pour le second ticket de ce groupe qui com­prend aussi le Hilal Obeid du Soudan.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire