Semaine du 18 au 24 octobre 2017 - Numéro 1196
Salah, l’incontournable
  Le milieu de la formation italienne, AS Rome, Mohamad Salah, a été consacré meilleur joueur égyptien de l’année 2016. Tour d’horizon d’une année exceptionnelle pour ce footballeur.
Salah, l’incontournable
(Photo : AP)
Mohamad Mosselhi04-01-2017

Pas de surprise, le milieu international de l’AS Rome, Mohamad Salah, a conservé son titre de meilleur joueur égyptien pour l’année 2016. Un titre bien mérité pour ce footballeur doué qui a conquis la Série A grâce à son talent et ses buts.

L’année 2015 était remarquable pour l’ancien milieu de Moqaouloun, mais 2016 était exceptionnelle pour le petit Pharaon que ce soit au niveau du club ou avec la sélection nationale. « L’année 2016 était excellente pour moi à tous les niveaux. J’ai réussi à réaliser de nombreux succès avec mon équipe et avec la sélection nationale. C’était le fruit d’un grand travail tout au long de l’année », indique Mohamad Salah, milieu de Rome et de la sélection nationale.

Titulaire indiscutable à Rome, le milieu égyptien est le seul élément avec le gardien Wojciech Szczesny à avoir débuté les rencontres de l’équipe en Série A. C’est un joueur remarquable dans la tactique de Luciano Spalletti qui compte beaucoup sur sa vitesse extraordinaire et son sens de déplacement remarquable, qui sont capables de malmener les défenses des équipes italiennes, connues par leur solidité extrême.

Meilleur passeur de son équipe cette saison avec 4 passes décisives, l’influence de Salah sur le terrain n’est plus à démontrer.

Le milieu âgé de 25 ans, habitué au rôle du passeur, s’est aussi transformé en buteur marquant 17 buts tout au long de l’année dont 8 cette saison, occupant ainsi la seconde place au classement des buteurs de son équipe derrière l’attaquant bosnien de l’équipe, Edin Dzeko, qui a jusqu’ici marqué 13 buts. Avec ce dernier, Salah a composé un duo d’enfer, marquant plus de la moitié des buts enregistrés par l’équipe dans 18 rencontres (Rome a marqué 39 buts dont 21 par ce duo).

L’année 2016 a aussi témoigné d’un événement exceptionnel pour le milieu égyptien qui a marqué le premier triplé en Europe et le deuxième de toute sa carrière après celui de 2013 avec les Pharaons lors de la rencontre contre le Zimbabwe dans les qualifications pour la CAN.

C’étaient les filets de Bologne qui ont marqué ce grand jour pour Salah. Lors de cette rencontre, l’international égyptien a mis à mal la défense adverse, faisant vibrer ses filets à trois reprises.

Ce nombre de buts aurait pu être supérieur, mais Salah, comme d’habitude, a manqué de nombreux face-à-face avec le portier adverse. C’était ainsi normal que le club de la capitale conserve son milieu doué, et lui accorde un contrat permanent.

Avec autant d’opportunités au compteur, c’est clair que Salah a un grand problème dans la finition. Ce manque d’efficacité a incité Spalletti, qui a beaucoup admiré le niveau technique de son milieu égyptien, d’exprimer son mécontentement à l’égard de cette lacune. « Salah est un excellent joueur, mais il doit être plus vif devant les filets. De même, il doit conserver son effort tout au long des 90 minutes. Il commence bien les rencontres, mais il perd toujours sa fraîcheur à la deuxième moitié de la seconde mi-temps », explique Spalletti.

Malgré les critiques fréquentes autour de son efficacité, Salah reste le joueur le plus influent à l’effectif de Rome, et ce sera très difficile pour Spalletti de se passer des services de son joueur égyptien lors de la Coupe d’Afrique des nations qui aura lieu mi-janvier prochain.

La sélection de Salah

La situation n’est pas différente chez les Pharaons. Salah s’illustre comme le joueur le plus important de la sélection nationale égyptienne. C’est évident qu’Hector Cuper, directeur technique des Pharaons, compte beaucoup sur les grandes capacités du milieu de Rome. Ce qui lui a valu les critiques de nombreux observateurs qui ont qualifié la sélection nationale par « la sélection de Salah ». « Compter sur Salah ne me pose aucun problème. C’est la star de l’équipe, et c’est normal qu’on profite de nos atouts. Le directeur technique de Rome lui-même compte aussi sur le milieu égyptien », explique Ossama Nabih, entraîneur des Pharaons.

« L’importance de Salah est aussi claire pour nos adversaires qui concentrent leurs efforts pour le contrôler, donnant ainsi l’occasion à d’autres joueurs de briller comme c’était le cas contre le Ghana, quand Mahmoud Hassan, Trézeguet, a profité de la concentration de la défense sur Salah pour présenter une grande rencontre. Il a été la clé de notre victoire dans ce match crucial », ajoute-t-il.

En effet, l’international égyptien a joué un grand rôle dans la qualification des Pharaons pour la CAN pour la première fois depuis 2010 avec ses 3 buts dans les qualifications. Son but d’égalisation au dernier souffle de la rencontre contre le Nigeria à Abuja était décisif dans la qualification des Pharaons pour la CAN.

Si les Pharaons sont sur la bonne voie dans les qualifications pour le Mondial, c’est sans doute grâce à Salah. Buteur et passeur contre le Congo, il a aidé l’équipe nationale égyptienne de décoller dans les qualifications pour le Mondial 2018 avec sa victoire de 2 à 1 en visiteur. Quelques semaines après, Salah a conduit les Pharaons vers une importante victoire de 2-0 contre le Ghana, occupant ainsi la tête du groupe avec 6 points, augmentant les chances de qualification pour le Mondial pour la première fois depuis 1990. « Se qualifier pour le Mondial est mon rêve. Je promets les Egyptiens de faire le maximum afin de concrétiser ce rêve qui est le rêve de tout un peuple », dit-il.

Le succès de Salah en 2016 n’a pas été inaperçu. Le milieu égyptien figurait sur la liste des cinq joueurs favoris pour le titre du Joueur africain de l’année décernée par la Confédération Africaine de Football (CAF).

Mais le milieu égyptien a été écarté de la dernière liste avec l’attaquant algérien de Lecister City, Islam Slimani (D1, Ang), cédant leur place au trio Riyad Mahrez (Lecister City, D1 Ang), le Sénégalais Sadio Mane (Liverpool, Ang) et le Gabonais Pierre-Emerick Aubameyang (Borussia Dortmund, All), lauréat de l’année précédente.

Salah peut se consoler par son dernier titre du meilleur joueur arabe au sondage du Globe Soccer qui a eu lieu la semaine dernière aux Emirats arabes unis battant Mahrez et le défenseur marocain de Juventus (D1, Ita), Mehdi Benatia.

Le début de 2017 témoignera de la participation de Salah à la Coupe d’Afrique des nations pour la première fois de son histoire. Salah, qui a fait sa première sélection avec les Pharaons en septembre 2011, n’a jamais participé à la CAN. Enfin, Salah aura la chance de participer à cet événement footballistique grandiose. Le milieu aura un grand rôle à jouer lors de cette compétition continentale, surtout qu’il est pressenti comme l’une des stars de la CAN.

Focus

Club : AS Rome
Age : 25 ans
Poste : Milieu
Sélections : 46 caps, 29 buts
Statistiques 2016 : 37 matchs, 17 buts en Série A.
5 buts dans 6 rencontres avec les Pharaons.



Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire