Semaine du 7 au 13 novembre 2018 - Numéro 1249
Le pionnier de la science-fiction n’est plus
  C’est en larmes que les jeunes lecteurs d'Ahmad Khaled Tewfiq ont fait leurs adieux à l'auteur du best-seller Utopia, décédé à l’âge de cinquante-cinq ans. Avec ses romans d’horreur et de science-fiction, Tewfiq a marqué toute une génération.
Ahmad Khaled Tewfiq
Rasha Hanafy11-04-2018

« Les scènes de mes funérailles seront belles et émouvantes, mais je ne les verrai pas. Pourtant, je vais certaine­ment y assister », avait écrit l’écrivain Ahmad Khaled Tewfiq. « Belles » et « émouvantes » sont les deux mots qui décrivent précisément les funérailles de cet écrivain et romancier, qui ont eu lieu le 3 avril après les prières de midi, comme il l’avait prévu lui-même dans l’un de ses romans, publié il y a six ans. Les jeunes ont dominé la scène.

Des centaines, issus de la génération née dans les années 1980, sont arri­vés dès le matin à Tanta, au gouvernorat de Gharbiya, dans le Delta d’Egypte. Ils y ont assisté à la prière des funérailles et enterré Tewfiq, en recouvrant la porte noire du tom­beau par des mots écrits sur de petits bouts de papier : « Adieu, l’étranger proche », « Tu demeureras avec nous », « Nous sommes avec toi où tu es », « Il nous a enseigné la médecine et la littérature » et « Il a quitté notre monde, mais nous ne l’oublierons jamais ».

Les jeunes auteurs de ces billets ont été atti­rés par les écrits et traductions de Tewfiq. L’influence de ses mots reste inoubliable pour eux. « Nous avons vécu avec ses mots, qui naviguent entre la littérature d’horreur, la fan­taisie, la science-fiction, la politique et des articles. Il a fait l’éducation complète d’une génération entière. Il y a toujours un de ses romans dans nos sacs et nos bibliothèques sont pleines de ses publica­tions », écrit Maha Hassan, lectrice de Tewfiq, sur l’un des sites électroniques qui publient les messages des fans de l’auteur.

Les jeunes n’ont pas manqué de réali­ser le rêve de leur auteur préféré, surnommé « le parrain des jeunes », quand il a écrit sur les réseaux sociaux : « R. L. Stine dit : Je veux qu’on écrive sur mon tombeau : Grâce à lui, les enfants lisent. Moi, je veux bien qu’on écrive sur mon tom­beau : Grâce à lui, les jeunes lisent ». Ainsi, on trouve une plaque en marbre sur le tombeau d’Ahmad Khaled Tewfiq sur laquelle il est écrit : Grâce à lui, les jeunes lisent.

La dystopie et l’antihéros

Né en 1962, Ahmad Khaled Tewfiq était médecin et a enseigné la médecine à l’Uni­versité de Tanta. Il est connu en tant qu’auteur de littérature pour adoles­cents, notamment pour sa série de livres de poche orientée horreur, science-fiction et thriller, intitulée Ma Warä Al-Tabiaa (la métaphysique), ainsi que pour deux autres séries, Safari et Fantazia. Dans ses écrits, Tewfiq use d’un procédé littéraire peu cou­rant dans la littérature égyptienne, la dystopie. Celle-ci présente le pire des mondes possibles. Tewfiq cherche à alarmer les Egyptiens sur l’état de leur société et l’avenir sombre qui peut en découler.

Tewfiq a préféré aussi se servir de l’antihé­ros dans ses écrits. Il s’agit d’un personnage central d’une oeuvre de fiction qui ne présente toutefois pas les caractéristiques d’un héros conventionnel, voire, dans certains cas, aucune de ses caractéristiques. Il n’est ni beau, ni sage, ni courageux, ni intelligent, ni grand. « Ahmad Khaled Tewfiq a changé l’écriture policière en augmentant la dose d’imagination littéraire dans tout ce qu’il écrit. Il ne voulait pas amuser son lecteur et refusait le rôle de l’auteur-guide. Il préférait l’aventure et construisait son monde litté­raire sur l’imagination en prédisant la révo­lution, la justice et la liberté », écrit le jour­naliste Sayed Mahmoud, regrettant la dispari­tion de Tewfiq et le manque d’études cri­tiques sur son oeuvre littéraire dans un article publié dans le quotidien Al-Shorouk. Avec Utopia, devenu un best-seller en Egypte, Tewfiq a accédé au rang d’écrivain reconnu.

C’est un symbole de la mondialisation de la littérature, puisqu’il a été publié en anglais en 2011 par la Bloomsbury Qatar Publishing Foundation, un joint-venture britanno-qatari créé en 2008 et qui entend promouvoir la lit­térature arabe au niveau mondial. En 2013, l’ouvrage a été publié en français chez Ombres Noires. La révolte finale sur laquelle se clôt le roman a été jugée annonciatrice du processus révolutionnaire. Parmi ses romans, citons également Al-Singa (le couteau, 2012), Misl Icarus (comme Icarus, 2015), Mamar Al-Fërane (le couloir des souris, 2016) et Chaabib (2018).




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire