Semaine du 13 au 19 mars 2019 - Numéro 1266
Une riche contribution égyptienne
  Neuf spectacles— variant entre contes, marionnettes, mapping vidéo et théâtre noir— seront au pro­gramme du volet égyptien du Festival Hakawy, avec notamment le chef-d’oeuvre du pionnier marion­nettiste et scénographe égyptien Nagui Chaker, Al-Leila Al-Kébira (la grande nuit). Cette opérette de marionnettes date des années 1960, et sa présentation durant le festival constitue un hommage spécial à Chaker, décédé en 2018.
Une riche contribution égyptienne
Noussa.
May Sélim06-03-2019

Ancien disciple de Chaker, Mohamad Fawzy présentera Imaginations 7, qui a remporté le prix du meilleur spectacle de marion­nettes dansantes au Petrushka World Puppet Carnival 2018, en Russie. Plusieurs techniques de théâtre et des arts de la performance sont fusionnées. Imaginations 7 part de l’histoire d’une petite fille dont c’est l’anniversaire. Son camarade de classe étant absent, elle se sent triste et renonce à toute célébration, préfé­rant rester seule dans sa chambre obscure. Elle reçoit une boîte de cadeaux d’où sortent des objets dif­férents, qui prennent vie sur scène et cherchent à lui changer les idées. Le théâtre noir donne naissance à une série de scènes très variées. Le spec­tacle abonde de scènes visuelles attrayantes. Ainsi, les couleurs, le mouvement et la forme des objets constituent des outils pour s’adresser aux enfants. Le tout est présenté à travers une chorégraphie élaborée et une mise en scène musicale.

Deux autres jeunes disciples de Chaker offriront aux enfants deux créations conçues spécialement pour le Festival. Hend El Shimy donnera Home et Esraa Al-Ghazaly présentera The Elephant in The Room. Le premier est un spectacle non verbal de marionnettes, conçu pour être joué dans un espace clos. Basé sur l’ouvrage éponyme de Carson Ellis, ce spectacle est le résultat d’un atelier de design avec les étudiants de la faculté des beaux-arts, qui utilisent souvent dans leurs projets des matériaux recyclés. Quant à la deuxième créa­tion, il s’agit d’un spectacle de mapping vidéo sur l’histoire d’une petite fille atteinte de cécité. Elle se trouve dans un train et entend des sons et des voix bizarres. Après un moment de peur, elle commence à interagir avec ces sons et ces voix. On découvre ainsi à travers la vidéo des animaux et un monde différent.

« Afin d’encourager les jeunes créateurs égyptiens, nous invitons cette année des délégués européens, soit des présidents de festivals et de théâtre pour enfants, à venir voir les spectacles égyptiens et à les soute­nir. Certains vont sélectionner des spectacles pour les présenter dans leur pays et d’autres vont créer une sorte de collaboration avec les artistes égyptiens. Nous avons l’am­bition de nous adresser au monde entier avec les spectacles égyp­tiens », souligne Mohamad Al-Ghawy, président et fondateur du festival.

Des marionnettes et de la radio

La metteuse en scène Nada Sabet présentera son show de marionnettes interactif Noussa. Afin de sauver son ami, Noussa et son chien se lancent dans une aventure pleine de défis et de confrontations. C’est une histoire d’amitié, qui a trait à la nature, à l’histoire et à l’environnement de l’Egypte. Le public est invité à aider les marionnettes dans cette aventure, à chanter et à jouer de la musique avec elles. Puis, on retrouvera la danse folklorique avec le Show of The Nile de la troupe du centre Mallawi pour la danse du bâton. Celle-ci présentera l’art égyptien du Tahtib à travers un spectacle dirigé par l’éminent metteur en scène et artiste Hassan El Geretly.

Certains spectacles nous font aussi revenir au concept de base du festi­val, soit l’écouter d’un conte. Ainsi, Samia Jahine racontera dans Dil Hikaya (c’est l’histoire) une série de contes de fées et de contes folklo­riques, locaux et internationaux en arabe dialectal.

Stories on Four Wheels (histoires sur quatre roues) est une sorte de bibliothèque mobile qui voyage sou­vent entre les gouvernorats de l’Egypte et vise à encourager les enfants à lire et à raconter. Ainsi, les enfants développent leurs moyens d’expression et découvrent l’histoire à travers des séances de narration et des jeux artistiques.

Enfin, Esmaani (écoute-moi) est une expérience auditive qui mélange des pièces radiophoniques. En avril 2018, l’Institut Goethe d’Alexandrie avait organisé un programme d’une semaine pour les entrepreneurs culturels en Egypte sur la production de pièces radiophoniques pour le jeune public. Au cours de cet atelier, les participants s’étaient beaucoup intéressés au genre radiophonique. La partie théorique de l’atelier avait traité des questions de la tradition orale dans le monde arabe, en se basant sur des pièces radiopho­niques allemandes et égyptiennes. En novembre 2018, ces pièces radiophoniques ont été présentées lors d’une visite audio en bus dans les rues d’Alexandrie. Elles seront reprises durant le festival.



Mots clés:

Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire