Semaine du 14 au 20 novembre 2018 - Numéro 1250
La musique classique à l’honneur
  Pour sa 1re édition, le Festival international de la musique classique se tient, du 1er au 9 novembre, au somptueux palais de Manial. Une invitation à découvrir des musiciens d’horizons divers et à s’évader dans une atmosphère raffinée.
La musique classique à l’honneur
Névine Lameï31-10-2018

Du 1er au 9 novembre et à l’occasion des 150 ans de l’inauguration de l’ancien Opéra du Caire, en 1869, le Festival international de la musique classique se tient dans le somptueux palais de Manial. Organisé par la compagnie Orient Production, en coopération avec l’Association des amis du palais de Manial, ce festival consacre sa céré­monie d’ouverture à un concert qui marie musique française et musique égyptienne.

La musique classique à l’honneur
Fernando Briones.

Celui-ci est assuré par la mezzo-soprano égyptienne Gala Al-Hadidi, accompagnée du pianiste et chef d’orchestre franco-arménien Vahan Mardirossian. Al-Hadidi, qui a rejoint la troupe de chant de l’Opéra du Caire à l’âge de 18 ans, est diplô­mée de l’Université américaine du Caire, où elle a étudié la philosophie et la littérature comparée. Et ce, avant de recevoir, en 2005, une bourse d’études de l’Académie inter­nationale de Bach, à Stuttgart. Al-Hadidi a poursuivi ses études de chant d’opéra à Savonlinna, en Finlande, puis à l’Université de Yale, aux Etats-Unis. C’est au studio de la Semperoper de Dresde, en Allemagne, qu’Al-Hadidi a suivi des cours de chant avec ses maîtres Marilyn Horne, Tereza Berganza et Francesco Araiza. Elle a reçu de nombreux prix, de l’Encourage Award des auditions du Conseil national du Metroplotitan Opera, en 2010, au concours Stella Maris, en 2011, et au Deutsches Grammophon.

La musique classique à l’honneur
Fatma Saïd.

Le pianiste et chef d’orchestre franco-arménien Vahan Mardirossian présente, avec Al-Hadidi, une sélec­tion de préludes pour piano. Lauréat de nombreux concours internatio­naux, Mardirossian se caractérise par une grande expression musicale. A l’âge de 16 ans, il crée et dirige l’Or­chestre de chambre du Centre cultu­rel d’Arménie. Installé à Paris dès 1993, Mardirossian rejoint le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, dans la classe de piano de Jacques Rouier. C’est la rencontre de Mardirossian avec le chef d’orchestre Kurt Masur qui marque un tournant décisif dans sa carrière. Voici qu’il dirige l’or­chestre de Manhattan School. En 2005, Mardirossian crée l’orchestre de chambre « Maestria », avec lequel il se produit en France, dans le Théâtre des Champs-Elysées et dans la Halle aux Grains de Toulouse. En 2010, il prend la direction de l’Or­chestre de Caen et de l’Orchestre national de chambre d’Arménie.

La musique classique à l’honneur
Ramzi Yassa.

L’oeuvre musicale la plus jouée au monde, à savoir Les Quatre Saisons de Vivaldi, composée en 1723, sera jouée le 5 novembre à l’occasion du festival, par le quatuor méditerra­néen d’instruments à cordes Quartetto Mediterraneo. Le célèbre violoniste italien Luca Marziale jouera avec Edoardo De Angelis, Roberto Molinelli et Roberto Trainini. Le Quatuor méditerranéen sera accompagné par l’Orchestre de musique de chambre de l’Opéra du Caire, sous la direction du maestro Ahmad Al-Saedi. Le contenu des Quatre Saisons est varié. A titre d’exemple, l’hiver est ponctué de notes sur les cordes hautes, faisant penser à une pluie glaciale, alors que l’été évoque un orage dans le mou­vement final, préparé par le tonnerre à plusieurs reprises dans le mouve­ment.

Des artistes prestigieux

La musique classique à l’honneur
Nadine Weber.

Le Czechoslovak Chamber Duo, avec le violoniste tchèque Pavel Burdych et le pianiste slovaque Zuzana Beresova, se produira au festival le 6 novembre. Le duo joue­ra des compositeurs tchèques (Smetana, Suk, Martinu) et slo­vaques (Machajdik, Schneider-Trnavskyy, Kéler, Kupkovic). Grâce à leurs nombreuses années d’expé­rience ensemble, Burdych et Beresova font preuve d’une interac­tion harmonieuse. Burdych est diplô­mé du Conservatoire de la ville de Pardubice, dans l’est de la Bohême. Il a terminé ses études de violon et de musique de chambre en 2005 à l’Académie Janacek de Brno, en République tchèque. C’est là que Beresova a également étudié la musique de chambre et le piano. Le premier CD du duo Burdych et Beresova a été publié en mai 2012 par la radio tchèque de Prague. Depuis 2004, le duo a joué dans plu­sieurs festivals en Allemagne, en Autriche, en Slovaquie et en République tchèque, avec, à chaque fois, de nouveaux projets qui célè­brent l’anniversaire d’un célèbre compositeur.

Dans la même soirée du 6 novembre, le pianiste Jaromir Klepac, l’un des plus éminents et les plus raffinés de la tradition tchèque, jouera en solo. Lauréat du Diapason d’or en 2006, dans la catégorie musique de chambre, Klepac est sollicité dans les grands festivals, comme le prestigieux Printemps de Prague de la musique classique.

La musique classique à l’honneur
Le Quatuor méditerranéen.

La violoniste égypto-autrichienne Nadine Weber, 16 ans, jouera, quant à elle, au Festival de Manial le 8 novembre, en compagnie du pianiste David Helsz. Weber a commencé à jouer au violon à l’âge de 3 ans. A l’âge de 8 ans, elle s’inscrit à l’Uni­versité de musique de Graz, en Autriche, puis à l’Université de Vienne, en 2014. C’est une adoles­cente très ambitieuse, qui rencontre, à chacun de ses concerts en Egypte comme en Autriche, un franc succès.

La musique classique à l’honneur
Burdych et Beresova.

Chanteur d’opéra et l’une des figures émergentes du chant lyrique international, le baryton espagnol Borja Quiza se produira, lui aussi, le 8 novembre, accompagné du pia­niste espagnol Fernando Briones. Borja, né en 1982, a étudié le chant d’opéra avec Teresa Novoa, Renata Scotto et le ténor argentin Daniel Munoz. Lauréat du Prix Opera Actual en 2009 et du prix Teatro Campoamor d’Oviedo en 2010, Borja a chanté dans de prestigieux théâtres en Espagne. Le pianiste espagnol Fernando Briones enseigne, quant à lui, au Conservatoire supérieur de la musique de la Corogne, où il a suivi des études de composition avec Jose Benavente, de piano avec Xavi Barbeta et de direction d’orchestre avec Lutz Köhler et Salavador Brotons. Depuis 2009, Briones dirige l’orchestre de Coro Gaos d’Espgane et l’orchestre philharmo­nique The Taipei de Chine.

Une nouvelle star égyptienne

Maître incontestable du piano, Ramzi Yassa sera l’invité du Festival de Manial pour sa cérémonie de clôture, le 9 novembre. Au pro­gramme : Beethoven, Rachmaninov et Chopin. Jouant avec ses doigts, mais aussi avec ses nerfs et ses muscles, Yassa donne une dimension véritablement orchestrale à ses pres­tations. Lauréat de nombreux prix internationaux, il a étudié le piano au conservatoire Tchaïkovski de Moscou. Une fois diplômé, il s’est installé à Paris pour commencer une brillante carrière de concertiste. Il est professeur de piano à l’Ecole normale de musique de Paris.

La musique classique à l’honneur
Gala Al-Hadidi.

Toujours le 9 novembre, sous la conduite du chef d’orchestre allemand Marcus Merkel, chantera la jeune soprano égyptienne Fatma Saïd. « Une star en devenir, formée à la Scala de Milan » ou encore « la nouvelle Maria Callas », comme elle est appelée, Saïd est une chanteuse hors pair, avec une voix « exceptionnelle, limpide et forte comme du cristal ». Née au Caire, Saïd se passionne pour l’art lyrique dès l’adolescence. A l’âge de 14 ans, elle prend ses premiers cours de chant et intègre la prestigieuse Académie de musique de la Scala de Milan. Elle remporte plusieurs prix prestigieux, tels le premier prix au concours « Jeunes musiciens » en Allemagne, en 2006 et en 2009, et le Grand prix du concours international de chant Giulio Perotti, en 2011.

Au Golden Hall du Palais Manial, rue Al-Saraya, Manial. Pour le pro­gramme détaillé, voir la page Calendrier.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire