Semaine du 11 au 17 juillet 2018 - Numéro 1233
Décès de « mère Madiha »
  Grande, brune et les yeux noirs en amande, la comédienne Madiha Yousri, de son vrai nom Hannouma Habib Khalil Ali, est décédée mercredi 30 mai, à l’âge de 97 ans, à l’hôpital militaire de Maadi, où elle recevait des soins médicaux depuis 12 jours aux frais de l’Etat.
Décès de « mère Madiha »
06-06-2018

Sa carrière a débuté en 1940 avec le film Mamnoue Al-Hob (interdit d’aimer) de Mohamad Karim, avec le chanteur mythique Mohamad Abdel-Wahab. Elle était considérée parmi les dix plus belles femmes au monde, mais son talent n’a pas manqué d’empiéter le pas à sa beauté orientale, doublée de cette dignité qui l’a toujours caractérisée. Par exemple, la star de cinéma n’a pas voulu recourir à l’aide de l’Etat, sauf tout à fait à la fin, alors qu’elle était hospitalisée depuis très longtemps et n’avait plus de quoi payer la facture. Par ailleurs, on raconte souvent comment elle a refusé de baiser la main du roi Farouq, comme c’était la coutume, alors qu’elle était invitée à dîner par le palais, disant, avant de partir : « Je baise uniquement la main de mes parents, mais non celle de personne d’autre ! ».

Sa confiance en elle et son allure ravissante ont fait d’elle la muse de l’écrivain Abbas Al-Aqqad, mais aussi l’épouse aimante du chanteur et compositeur Mohamad Fawzi, avec qui elle a eu un fils unique. Ce dernier, champion de karaté, est mort dans un accident de voiture — une terrible épreuve pour sa mère : elle souhaitait la mort, pour aller rejoindre son fils. En même temps, elle a su encourager et donner espoir à de nombreuses comédiennes plus jeunes, qui la considéraient comme leur propre mère et l’appelaient « mère Madiha ». Elle nous a quittés, mercredi dernier, laissant derrière elle une filmographie très riche et variée, qui s’étend sur quelque 75 ans et dont 4 films sont sélectionnés parmi les 100 meilleurs du cinéma égyptien. A savoir : Al-Naëb Al-Am (le procureur général, 1946), Amir Al-Entéqam (l’émir de la vengeance, 1950), Haya Aw Mawt (vie ou mort, 1954) et Al-Khataya (les péchés, 1962) .




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire