Semaine du 16 au 22 août 2017 - Numéro 1188
Akhenaton à Broadway
  Mis en scène par Hicham Abdel-Khaleq, Akhenaton est un spectacle musical qui traite de l’amour et de la politique, centré sur le thème de l’Egypte Ancienne. Actuellement en préparation, il est prévu pour la fin 2018 sur les planches de Broadway.
Akhenaton à Broadway
Hicham Abdel-Khaleq et N’Kenge qui jouera la reine Ti.
Lamiaa Al-Sadaty15-03-2017

Pourquoi Akhenaton et pourquoi Broadway ? Deux questions qui s’im­posent par la force des choses ! « L’idée m’a traversé l’esprit en raison des incidents du Printemps arabe. J’ai ressenti que l’histoire se répète. Ce grand pharaon était le premier à appeler au monothéisme. Or, les personnes de son entourage ont essayé de détruire son rêve, en suivant leur propre agenda politique, de peur de perdre leur puissance. Défendre les dieux et lutter contre le monothéisme était pour eux un bon prétexte », explique Hicham Abdel-Khaleq, coproducteur et metteur en scène du spectacle musical. Et d’ajou­ter : « Avec le West End Theatre de Londres, Broadway est considéré comme étant représentatif du plus haut niveau commercial du théâtre, dans le monde anglo-saxon. Il ne faut pas aussi oublier qu’il doit sa réputa­tion aux comédies musicales qui y tiennent le haut de l’affiche ».

Bien que Abdel-Khaleq réside en France, il n’a jamais été question que le spectacle y soit donné. « C’est nor­mal. D’abord, parce que donner un spectacle pareil en France exige qu’il soit en langue française, alors que mon objectif dépasse le cercle clos des francophones. Ensuite, Broadway est La Mecque du théâtre musical. Elle représente les productions les plus prestigieuses, par leurs mises en scène élaborées et la qualité de leurs artistes et techniciens. Une fois réus­sies, celles-ci font le tour du globe ». L’Egypte n’était pas une option non plus, non seulement à cause de la situation politique, mais aussi pour des raisons artistiques : il y a peu d’artistes qui « savent à la fois jouer, danser et chanter », selon les dires de Abdel-Khaleq.

Producteur, réalisateur, scénariste et metteur en scène, Hicham Abdel-Khaleq est un artiste touche à tout. En 2002, il a été le producteur de l’opéra Aïda à Doha (Qatar) et il a été égale­ment le directeur artistique de Aïda, aux Pyramides. Son répertoire ren­ferme aussi 20 opéras dont La Traviata, Carmen, Rigoletto, Tosca, La Bohème …

Il vient même de remporter le troi­sième prix à la 25e édition du Festival panafricain du cinéma d’Ouagadou­gou pour son documentaire A Footnote in Ballet History.

A partir de 2013, Abdel-Khaleq s’est mis à puiser dans l’histoire d’Akhenaton, afin d’écrire le scénario de son spectacle de rêve. En outre, son projet était vivement apprécié par ses deux amis : Mohamad Métwali et Hicham Nazih, qui partageaient son rêve de travailler sur un spectacle musical. Au premier, il a confié les paroles des chansons, et au deuxième, la composition. Un grand défi s’est imposé alors dès qu’il a commencé à esquisser le personnage d’Akhena­ton : « On ne sait que 20 % de son histoire : les prêtres d’Amon avaient détruit tout ce qui pouvait glorifier son souvenir ». Alors, le metteur en scène et écrivain n’avait que se baser sur sa propre imagination, en étant guidé par l’enchaînement logique des événements.

A noter également que dans le répertoire artistique égyptien, per­sonne n’a traité l’histoire de ce roi exceptionnel à part le cinéaste Chadi Abdel-Salam. Ce dernier décédé, son film demeure toujours un projet ina­chevé. « Selon le traitement de Chadi Abdel-Salam, Akhenaton est un pro­phète. Moi je préfère laisser le public juger », explique Abdel-Khaleq. Le symbolique tient donc une bonne place dans son traitement.

Loin des clichés
En 2013, il a présenté son projet à New York, avec son coproducteur Olivier Delesse. Deux autres grands défis se sont imposés : la forme du spectacle et le budget. « Présenter l’Egypte Ancienne à travers les cos­tumes, le décor et la danse, sans invoquer l’image stéréotypée, n’est pas une chose facile. Dans le spec­tacle, il s’agit surtout d’amour et de politique ».

Aujourd’hui, le théâtre musical est devenu une forme artistique pluridisciplinaire, faisant intervenir dès sa conception des auteurs multiples (écriture, composition musicale, chorégraphie) dans un projet où la fiction et la dramaturgie sont soutenues, dès l’écriture, par le chant et la danse. Ainsi, l’harmonie entre les différents auteurs du projet s’avère un élément primordial. Cette harmonie doit atteindre aussi les protagonistes du spectacle. Des stars de Broadway se sont montrées très motivées quant à ce projet : William Michals interprétera Akhenaton, Christina De Cicco interprétera Néfertiti (l’épouse d’Akhenaton), N’Kenge, la reine Ti (la mère d’Akhenaton), Seph Stanek, le scribe, entre autres. Et c’est justement la présence de ces artistes qui sera l'un des éléments qui permettront de résoudre le défi budgétaire.

Encore dans la phase d’ateliers, le spectacle attire pas mal de sponsors intéressés par le financement du try out : une tournée dans les différents Etats, en dehors de New York, avant sa production à Broadway. Motivé, Abdel-Khaleq affirme ne pas avoir rencontré d’obstacles. Toutefois, il ne cache pas son angoisse, vis-à-vis de la politique de Donald Trump qui pourrait du jour au lendemain interdire aux Egyptiens d’entrer aux Etats-Unis. « Dans ce cas, mon projet ne verra pas le jour ! ».

Le spectacle est prévu pour la fin 2018. Des comédiens aux voix excep­tionnelles, qui bougent selon la choré­graphie de Chet Walker, dans des costumes d’époques spécialement réalisés pour cette production … autant d’éléments affirmant que ça promet !.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire