Semaine du 16 au 22 août 2017 - Numéro 1188
Une histoire d’autrefois
  A Present From The Past (un cadeau du passé) est un film à succès, projeté pendant trois semaines par le cinéma Zawya. La jeune réalisatrice, Kawsar Younès, y présente un extraordinaire périple personnel tourné intégralement en caméra cachée.
Une histoire d’autrefois
Une fille et son père, à la recherche de l’ancienne amante de ce dernier.
Yasser Moheb04-01-2017

Il y a des films qui touchent plus que d’autres, par leurs thèmes, par leurs techniques, mais les films les plus touchants sont ceux qui prennent par la simplicité, la sincérité et l’originalité des procédés. Le métrage A Present From The Past (un cadeau du passé) ou 20 septembre est de ceux-là.

Il s’agit du projet de fin d’année de la scénariste et réalisatrice, Kawsar Younès, qui a fait ses études à l’Institut du cinéma du Caire. Déchirée par son désir de présenter un thème personnel, la jeune cinéaste décide de choisir son père comme héros, à savoir : Mokhtar Younès, lui-même ancien professeur à l’Institut du cinéma. Elle offre alors à celui-ci, relativement âgé mais encore actif, deux billets d’avion à destination de Rome, pour son 75e anniversaire. Elle l’accompagne, sur ce, le jour de son anniversaire, le 20 septembre, dans une mission extraordinaire : lui donner une seconde chance de retrouver son ancienne bien-aimée, Patrizia, une Italienne qu’il a quittée il y a 33 ans, depuis son séjour d’études à l’Académie des arts à Rome.

Kawsar Younès a entièrement tourné son oeuvre en caméra cachée, d’abord par peur de voir son père refuser le filmage, mais surtout dans le but de capturer en finesse la rencontre des anciens amants. Commençant comme un road-movie au style documentaire, le film ne tarde pas à se transformer en un portrait amusant de la relation entre père et fille, et en un moyen efficace de ressusciter les beaux souvenirs d’antan. Marié pendant près d’une trentaine d’années, Mokhtar n’a jamais caché son idylle passée avec Patrizia. Au sein de la famille, c’est le secret de polichinelle. Son actuelle épouse, la mère de Kawsar, accepte l’idée du voyage, avec l’espoir de mettre terme à cette histoire d’amour que son mari ne cesse de ressasser.

Un film, un voyage
Après des semaines de doute, entre refus et crainte de confronter ses souvenirs, résumées par des scènes bien montées, Mokhtar part finalement pour Rome avec sa fille, armé d’un bout de papier avec le nom et l’adresse qu’il a gardés pendant plus de 30 ans. Miraculeusement, et après plusieurs tentatives, ils tombent sur Patrizia qui dirige un petit hôtel dans une ville du nord.

Portant un cadeau précieux pour son amour d’autrefois, Mokhtar, ravagé par ses émotions, rencontre Patrizia. Le spectateur se trouve dans la confidence, choqué même par le fait de découvrir que l’amante italienne éprouve des sentiments moins vifs que son ancien prince charmant. Elle leur donne rendez-vous dans un lieu public, reste peu de temps avec eux, avant de les quitter pour aller rejoindre son travail et sa vie quotidienne, sans même proposer de les accompagner à la gare.

Au retour, la caméra cachée de la fille fait focus sur le visage du père, derrière les vitres du train. Ses yeux sont larmoyants. Sa déception est grande. L’histoire, qui l’a hanté pendant des années, a subitement pris fin. Tout baigne dans une ambiance amère, pareille à celle du lendemain d’une fête ! C’est la scène choisie par Kawsar Younès comme finale, l’une des plus poignantes d’ailleurs.

La sincérité comme mot d’ordre
Bien que le concept soit très fin et délicat, et qu’on puisse le confondre avec n’importe quel nombre de télé-réalités, un cadeau du passé reste une oeuvre vraiment honnête et authentique, réchauffant nos coeurs tout au long de ses 80 minutes. Le dévouement et la sincérité des émotions du vieux père désarment le spectateur qui ne peut quitter l’écran des yeux.

Dès les premières scènes, on suit le père s’exprimant à son aise, sans apercevoir les caméras cachées, au mouvement saccadé. Le public pardonne les soubresauts et l’inclinaison de la caméra, vu la finesse de l’ensemble. Tout est possible si l’on garde confiance en nos rêves et en nos buts, et si l’on refuse de baisser les bras.

Finalement, c’est une vraie réussite. Un métrage amusant, touchant, sympathique, simple mais profond, à petit budget mais d’une grande valeur.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire