Semaine du 7 au 13 novembre 2018 - Numéro 1249
Horizons partagés
Al-Ahram Hebdo05-09-2018
 
 

La tenue cette semaine du Forum de coopération Chine-Afrique à Beijing montre une fois de plus toute l’étendue des relations entre la Chine et le continent africain. 54 délégations gouvernementales africaines représentées au plus haut niveau (chef d’Etat, chef de gouvernement) ont pris part à ce forum exceptionnel, qui a vu aussi la participation du secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres, de l’Union africaine et de 26 organisations africaines et internationales.

Le forum avait pour objectif de renforcer la coopération entre l’Empire du milieu et le continent noir. Et pour cause : chacune de ces deux parties a besoin de l’autre. Les Chinois voient dans l’Afrique un réservoir de matières premières énergétiques et minières (comme le charbon provenant d’Afrique du Sud, ou les minerais du Gabon) mais aussi un débouché pour leur industrie manufacturière. L’Afrique représente en effet un marché considérable de 900 millions de consommateurs potentiels. Les entreprises chinoises ont décroché des contrats très importants en Afrique, dans des domaines comme les infrastructures ou les télécommunications. A titre d’exemple, la société chinoise Zhongxing Telecom multiplie les implantations en Afrique. Elle opère notamment à Djibouti (rénovation du réseau téléphonique) et au Maghreb. L’avènement de la Chine en tant que puissance économique mondiale a donc profité à l’Afrique.

Les Africains, eux, voient en Pékin un partenaire commercial idéal. Les produits chinois, peu coûteux, en raison d’une main-d’oeuvre bon marché, sont parfaitement adaptés aux économies africaines, et la faible valeur du yuan chinois comparé au dollar, au yen et à l’euro attire les importateurs africains. L’Afrique est perçue donc comme un nouvel horizon commercial pour les entreprises chinoises. Les chiffres sont très révélateurs. Au cours des vingt dernières années, le volume des échanges commerciaux entre l’Afrique et la Chine a connu une croissance effrénée. Ces échanges étaient de 10,5 milliards de dollars en 2000. Ils sont passés à 40 milliards en 2005, et à 170 milliards en 2017. Ayant dépassé les Etats-Unis en 2009, la Chine est actuellement le premier partenaire commercial de l’Afrique. Selon le ministère chinois du Commerce, les importations chinoises en provenance du continent africain ont connu une hausse de 33% en 2017 par rapport à 2016, atteignant 75,3 milliards de dollars, alors que les exportations chinoises vers le continent ont augmenté de 3% pour atteindre 94,7 milliards de dollars. Le volume du commerce de la Chine avec ses trois principaux partenaires africains, l’Afrique du Sud, l’Angola et le Nigeria, a augmenté respectivement de 12%, 45% et 30 %.

Mais au-delà de l’économie, la Chine se pose sur le plan politique et diplomatique comme un partenaire fiable et « respectable » loin de l’arrogance des Etats-Unis. Elle est donc, pour de nombreux pays africains, une alternative crédible à l’hégémonie américaine. Les relations sino-africaines sont certes sur la bonne voie et progresseront au cours des prochaines années vers de nouveaux horizons .



Mots clés:

Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire