Semaine du 24 février au 2 mars 2021 - Numéro 1363
Tourisme : La reprise attendue en 2021
  Des études internationales prévoient une relance progres­sive du tourisme dans le monde (et en Egypte), dopé par le déploiement de vaccins anti-coronavirus. Explications.
Tourisme : La reprise attendue en 2021
Le respect des mesures hygiéniques aidera à la reprise des voyages de par le monde.
Dalia Farouq17-02-2021

Après des mois de stagnation pour cause de pandémie du Covid-19, une vague d’optimisme se propage dans le monde chez les profession­nels du voyage, en particulier en Egypte. La clé de cette tendance positive est la mise au point de vaccins anti-coronavirus. Des rapports interna­tionaux prévoient une reprise prochaine du sec­teur. Dans son dernier rapport, le Conseil mon­dial du tourisme et du voyage (WTTC) prévoit « un bel été ». Par ailleurs, de grands voyagistes indiquent que les réservations sont à la hausse et vont avoir un effet économique favorable. Selon cette étude, grâce à la hausse des réservations, la contribution du secteur du tourisme au PIB mon­dial va atteindre 7,4 billions de dollars contre 6,5 billions en 2020. Même si cet apport est en baisse de 17 % par rapport à 2019, c’est un indice d’une amélioration liée à la reprise de la demande mondiale. « Ce scénario est basé sur la reprise des voyages internationaux au second semestre 2021 parallèlement à des campagnes de vaccination chronologiquement plus éta­lées », indique les experts du WTTC dans leur rapport.

Toujours selon le même organisme, la pandé­mie avait entraîné l’an passé la fragilisation de 174 millions d’emplois en relation avec le sec­teur du tourisme. Le meilleur scénario envisagé pour 2021 prévoit le retour de 111 millions d’emplois pour peu que les voyages reprennent fin mars et si les campagnes de vaccination mas­sives sont contrôlées. Les experts ont constaté que les compagnies de tourisme avaient com­mencé à réembaucher une partie du personnel qui avait été licencié il y a quelques mois. Dernièrement, l’Europe a fait face à une très forte demande sur le marché des loisirs vers la Grèce et l’Albanie ou vers de nombreux pays autour du bassin méditerranéen et de l’Adria­tique qui avaient laissé leurs frontières ouvertes comme le Maroc, l’Egypte et Dubaï.

Gloria Guevara, présidente et directrice du WTTC, indique que ces prévisions représentent un énorme soulagement et sonnent comme le début d’une reprise tant attendue pour un sec­teur qui a souffert pendant si longtemps des restrictions de déplacement extrêmement dom­mageables. Malgré cette percée, elle assure que la reprise reste aléatoire. « Il y a encore un long chemin à parcourir et nous rencontrerons de nombreux autres obstacles. Le développement de la vaccination sur les principaux marchés, comme le Royaume-Uni et les Etats-Unis, nous aidera à sortir de cette impasse et à retourner vers un monde où les voyages pourront à nou­veau prospérer. Le déploiement des vaccins n’est pas la panacée pour relancer les voyages internationaux. Les tests au départ sont toujours essentiels pour garantir les voyages en respec­tant les protocoles de sécurité », indique Guevara. Un autre rapport publié par l’Associa­tion internationale du transport aérien (IATA) vient confirmer ces prévisions. L’IATA a enre­gistré une augmentation des indicateurs de la demande en matière de transport aérien. Cela a été accompagné d’une hausse de la valeur des actions des compagnies aériennes. La Chine, par exemple, a vu son trafic aérien intérieur revenir quasiment à la normale par rapport à 2019. Tous les indicateurs sont donc au vert.

L’Egypte sur la voie de la reprise

Tourisme : La reprise attendue en 2021
Le vaccin sera-t-il l'élément déclencheur de la reprise du tourisme ?

Comme tous les pays du monde, l’Egypte a été affectée par cette crise, mais aujourd’hui tout se présente sous de meilleurs auspices, grâce à la mise au point de vaccins anti-coronavirus. Adel Zaki, membre de la Chambre du tou­risme, perçoit une réaction positive quant à la dynamique de voyage en Egypte comme dans le monde entier. « La reprise progressive du mouvement du tourisme à destination de l’Egypte devrait recommencer à compter du mois d’avril prochain. Le désir de voyager est fort après une si longue période de restrictions mondiales sur les voyages en raison de la pan­démie du coronavirus. En outre, la disponibi­lité du vaccin entraînera le besoin de se dépla­cer et de voyager. C’est un élément qui don­nera aux voyageurs internationaux le senti­ment d’être en sécurité », explique Zaki, tout en appelant les hommes d’affaires à apporter leur contribution aux campagnes de vaccina­tion afin qu’elles se développent à grande échelle. « Les milieux d’affaires et les investis­seurs, qui travaillent dans le secteur du tou­risme, peuvent soutenir, par exemple, les frais de vaccination des travailleurs du secteur. Il faut donner la priorité à la vaccination des cadres et des citoyens des villes égyptiennes les plus visitées », ajoute-t-il. Le 25 janvier dernier, l’Egypte a lancé la campagne de vac­cination contre le Covid-19. La ministre de la Santé a affirmé que l’Egypte possède 100 mil­lions de doses de vaccin et que l’enregistre­ment est ouvert au public sur le site Internet du ministère. Zaki souligne que de grands progrès ont été réalisés en Egypte sur le plan du déve­loppement de l’infrastructure des routes, des sites touristiques et des musées. Cela constitue d’excellentes bases pour accueillir à nouveau les touristes en Egypte en leur offrant les meilleurs services quand les restrictions mon­diales de déplacement seront assouplies.

Selon lui, la capacité des flottes aériennes mondiales n’a pas diminué et le secteur aérien est déterminé à compenser ses pertes en s’ap­puyant sur le vaccin, ainsi que sur l’application des mesures sanitaires préventives. Il s’agit d’éviter le système de quarantaine qui inquiète les voyageurs et les rend hésitants quant à la décision de voyager. « Dans un proche avenir, toutes ces améliorations favoriseront l’af­fluence touristique progressive vers l’Egypte depuis l’Europe et l’Amérique », estime ce membre de la Chambre du tourisme.

Contrairement à Adel Zaki, Elhamy Al-Zayat, ancien président de l’Union égyptienne des Chambres du tourisme, estime que le retour des voyageurs en Egypte n’aura pas lieu avant l’hiver prochain, au mieux, en automne. Il fait référence à la mauvaise situation économique et psychologique par laquelle passent les Européens et les Américains et qui a mené à la faillite d’une grande partie des entreprises du secteur, ainsi qu’à la déstabilisation de nom­breuses compagnies aériennes. « Les effets psychologiques provoqués par la pandémie vont longtemps peser sur le mouvement touris­tique mondial, même si les restrictions de voyage s’assouplissent. L’Angleterre, l’Alle­magne, l’Italie et la France, qui sont les plus grands contributeurs sur le marché du tou­risme égyptien, imposent jusqu’à présent des restrictions sur le déplacement de leurs citoyens », se lamente Al-Zayat, avant d’ajou­ter que le vaccin n’aura aucun effet à court terme sur les prévisions de voyage, à moins qu’il ne soit généralisé à la population mon­diale estimée à 7 milliards de personnes, ce qui est pratiquement impossible. Cependant, Al-Zayat assure que l’Egypte possède un grand avantage concurrentiel grâce au faible indice d’infection qui ne dépasse pas les quelques centaines de cas, contrairement aux pays voi­sins où les infections se comptent quotidienne­ment par milliers. « Plusieurs sondages euro­péens indiquent que l’Egypte demeure la desti­nation la plus demandée. CNN Travel a estimé que le pays était l’un des meilleurs choix de voyage en 2021. Ceci constitue une excellente publicité pour le tourisme égyptien et devrait se traduire par une grande affluence », sou­ligne Al-Zayat.

Pour sa part, Saïd Al-Batouti, professeur de macroéconomie et d’économie du tourisme à l’Université de Francfort et conseiller écono­mique à l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), affirme qu’à compter de l’hiver pro­chain, le flux touristique à destination de l’Egypte sera très prometteur. Les indicateurs montrent que l’Egypte est l’une des destinations touristiques les plus convoitées mondialement. Il reste toutefois à élargir le plan de vaccination des citoyens sachant que l’Egypte est l’un des premiers pays en Afrique et au Moyen-Orient à recevoir et à diffuser le traitement. « Les Européens considèrent les régions où 70 % des habitants reçoivent la vaccination comme des zones sûres. Ainsi, il faut diffuser le vaccin à grande échelle et le plus rapidement possible afin de gagner la confiance des tour-opéra­teurs, ainsi que des touristes avides de liberté et de voyage pour les attirer en Egypte », conclut Al-Batouti.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire