Semaine du 22 au 28 mai 2019 - Numéro 1276
Sur la piste d’une nouvelle nécropole au pied des pyramides
  La découverte de trois tombes à quelques kilomètres du plateau de Guiza a surpris les archéologues. Elle pourrait conduire à la mise au jour d’une nouvelle nécropole, à côté de celles des ouvriers, abritant cette fois-ci des personnages de haut rang de l’Egypte Ancienne.
Sur la piste d’une nouvelle nécropole au pied des pyramides
Les sarcophages de l'époque tardive n'ont pas quitté leur tombe. (Photo : Reuters)
Nasma Réda08-05-2019

La mission archéologique égyptienne vient de découvrir trois tombes, intactes, sur le site de fouilles au sud-est du Plateau des pyramides. « On est chanceux de les avoir trouvées et en bon état dans cette région », a déclaré Moustapha Waziri, secrétaire général du Conseil suprême des antiquités qui préside cette mission opérant sur ce site depuis août 2018.

C’est après avoir retiré des débris sur 450 m2 qu’une première tombe est apparue, datant de la XXVIe dynastie.

« Bien que la tombe soit dépourvue de toutes sortes d’inscriptions et de scènes sur ses parois internes, elle renferme trois superbes sarcophages anthropoïdes (en forme humaine) en bois sculpté. A l’intérieur de chaque sarcophage se trouve un autre plus petit, et ce dernier renferme une momie. Ils sont tous en très bon état de conservation, bien décorés et colorés », explique Achraf Mohie, directeur de la région archéologique. Selon les restaurateurs et les conservateurs, les écritures hiéroglyphes trouvées sur les sarcophages ne sont que des récits funéraires dont le but est de protéger le défunt dans la vie de l’au-delà. Mais les cercueils ne portent ni le nom ni le titre du propriétaire. « On a seulement pu déterminer l’époque des cercueils d’après le bois utilisé et la forme des sarcophages ainsi de quelques statuettes et ustensiles trouvés toujours en bois », souligne le conservateur Mohamad Arafa, membre de la mission opérant sur le site.

Sur la piste d’une nouvelle nécropole au pied des pyramides
(Photo : Ministère des Antiquités)

A quelques pas de cette découverte, une autre tombe datant de la fin de l’époque tardive (712-332 av. J.-C.) a refait surface. « Bien qu’elle soit plus petite que la première, elle renferme, elle aussi, deux sarcophages doubles, ainsi que le couvercle d’un troisième dont une momie a été trouvée à côté. Les restaurateurs essayent de la nettoyer sur place vue sa fragilité », affirme Mohie.

Une troisième révélation

Au cours des travaux de nettoyage autour de ces tombes fraîchement découvertes, une troisième est apparue. « C’était notre grande surprise de découvrir cette tombe appartenant à deux personnages d’un haut rang social et avec beaucoup de détails », ajoute Waziri. Si les deux premières tombes découvertes remontent à l’époque tardive, cette troisième est beaucoup plus ancienne et date de l’époque de l’Ancien Empire (2675-2170 av. J.-C) et probablement de la fin de la Ve dynastie (2500-2350 av. J.-C.).

La tombe, dont les parois en calcaire sont peintes, possède deux fausses portes. La première appartient à Behnui-Ka qui possédait 7 titres, comme celui de grand juge, de superviseur du complexe funéraire du roi Khefren ou de prêtre de la déesse Maât, symbole de la vérité et de la justice. « Les scènes qui se trouvent au dessus de cette fausse porte représentent Behnui-Ka assis sur une chaise et devant lui la table d’offrande », explique Waziri. Quant à la deuxième fausse porte, elle appartient à Nwi qui, lui aussi, avait 5 titres dont celui du chef du Grand Etat, du gardien des secrets du roi et son « purificateur de Khephren ». Celui-ci représenté debout, fort, a gouverné sous le règne d’Ouserkaf, et probablement sous Néferir Karé. A noter que Khephren est le deuxième roi de la IVe dynastie, de l’Ancien Empire.

Sur la piste d’une nouvelle nécropole au pied des pyramides
La tombe de Behnui-Ka. (Photo : Ministère des Antiquités)

Dans les puits qui se trouvent derrière cette tombe, plusieurs pièces ont été découvertes, parmi lesquelles une merveilleuse statue en calcaire montrant l’un des deux propriétaires de la sépulture ainsi que de sa femme et de son fils. De même, plusieurs masques funéraires en bois et en argile, conservant toujours leurs couleurs, en plus de quelques ouchebtis en faïence bleue et quelques poteries ont été trouvés. Selon le directeur de la mission, le plus surprenant dans ces découvertes est la trouvaille d’ongles humains peints en or. La découverte d’une tombe appartenant à deux hauts dignitaires de l’Ancien Empire est fabuleux pour les membres de la mission « Cette zone se trouve à 2 km à peine de la nécropole des ouvriers, les bâtisseurs des pyramides. On s’attendait donc à mettre au jour des tombes d’ouvriers. Une étude approfondie de ces découvertes doit donc être menée, car il se peut que l’on trouve d’autres tombes appartenant à des personnages de haut rang, toujours de l’Ancien Empire », explique Mohie, ajoutant que cette région, qui est le prolongement de la nécropole des ouvriers, découverte en 2010, a été réutilisée lors de l’époque tardive, lorsque les cultes de Chéops ou de Khephren sont réapparus. Le ministre des Antiquités, Khaled El-Enany, a assuré que la plupart des trouvailles archéologiques seront exposées soit au Grand Musée égyptien (GEM) ou dans les différents musées nationaux et régionaux de l’Etat.

D’après la mission, les études et les recherches continuent, afin de révéler plus de détails sur les momies, les sarcophages, les identités et la mode de vie des gens déterrés. De même, les travaux de fouille se prolongeront durant les 3 prochaines années vers le nord.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire