Semaine du 17 au 23 avril 2019 - Numéro 1271
Faire le plein de nature
  L'exposition annuelle des fleurs se tient du 21 mars au 3 mai au jardin historique d'Al-Orman, au Caire. L'occasion de découvrir les dernières nouveautés en matière de jardinage auprès des plus de 180 exposants, ou tout simplement de se détendre en profitant de la verdure.
Faire le plein de nature
Le cactus et ses fleurs multicolores. (Photo : Doaa Elhami)
Doaa Elhami10-04-2019

La 86e exposition des fleurs est ouverte ! Inaugurée le 21 mars par le ministre de l’Agriculture, Ezzeddine Abou-Steit, elle se tient jusqu’au 3 mai dans le jardin histo­rique d’Al-Orman, au Caire, sur une sur­face de 28 000 m2, dont 25 000 en plein air. « Le nombre des exposants cette année dépasse les 180 », se réjouit le botaniste Ahmad Tawfiq, expert au Centre des recherches agricoles. Ce grand nombre de participants signifie une augmentation de la variété des espèces et éléments exposés — des plantes, des arbres, des fleurs ou encore divers aménagements décoratifs pour les jardins privés et publics. Pour la première fois, l’exposition propose aussi des produits utiles pour la culture biolo­gique. En outre, elle offre d’innombrables sujets pour les photographes et les dessi­nateurs amateurs.

Faire le plein de nature
Plantes et arbres de toute espèce font la joie des visiteurs. (Photo : Doaa Elhami)

Les exposants ne manquent pas de créa­tivité pour attirer les visiteurs dans leurs pavillons. L’un présente des arbustes qui poussent à l’ombre, tandis qu’un deu­xième propose diverses espèces de cactus de différentes dimensions et qu’un troi­sième a mis au centre de son pavillon un gros sapin entouré de pots de fleurs. Un quatrième a divisé son pavillon en cercles et triangles pour exposer ses plantes et arbres.

« Attention ! Ne touche à rien ! », dit une mère à son enfant sur le point de sou­lever un pot, tout en continuant : « Tu vas le casser. Laisse-le comme il est ». Pour elle, les pots de fleurs multicolores et les plantes exposés, avec des fontaines en forme de récipients desquelles l’eau s’écoule dans un petit bassin, constituent un beau paysage dont il ne faut pas déran­ger l’ordre. En effet, l’exposition n’invite pas seulement les visiteurs à acheter des plantes, mais aussi à prendre des photos ou tout simplement à se détendre, à se balader et à contempler la nature. Comme Hoda, étudiante, venue avec des amis pour se reposer du stress des examens. « Je découvre l’harmonie de la verdure, expo­sée avec finesse, que ce soit des cactus ou des plantes aromatiques ou médicales », déclare-t-elle. Certains visiteurs n’hésitent pas à prendre une photo panoramique de toute l’exposition depuis le pont en bois historique du jardin.

Diversité des pavillons

Faire le plein de nature
Des allées facilitent le déplacement entre les pavillons de l’exposition. (Photo : Doaa Elhami)

D’un coin de l’exposition émanent des sons de chansons folkloriques nubiennes. « J’aime tous les genres de folklore, sans exception : chansons, films et même les proverbes », dit la jeune Sara, dont le père est propriétaire de l’un des pavillons. Il lui a mis à disposition ce petit coin pour y exposer des spécimens de plantes. On y trouve des pots de menthe verte, de jasmin ou encore de basilic, entourés de peintures à l’huile de divas du cinéma égyptien, à l’instar de Hind Rostom en tenue égyptienne traditionnelle, d’ani­maux ou encore des oeuvres en bois réa­lisées par Sara elle-même. Malgré l’étroitesse de l’endroit, celui-ci attire un nombre considérable de visiteurs. « Le pavillon de l’artiste est très beau. Le décor est harmonieux et les prix abor­dables », indique une cliente.

Les exposants ont recouru à diverses méthodes pour attirer les visiteurs. Dans l’un des pavillons, des graines d’avocat sont posées sur une table. Plus loin vien­nent des pots, puis des plantes qui ont déjà poussé. « Ce sont les différentes étapes de la culture de l’avocatier, de la graine jusqu’au fruit », explique l’expo­sant en question. Et de souligner que l’avocat est plein de vitamines dont l’homme a besoin, mais vu son prix élevé, la plupart des personnes n’en achètent pas. « Vaut mieux donc le culti­ver chez soi », conclut-il.

Faire le plein de nature
Les visiteurs peuvent acheter des fleurs, mais aussi des aménagements décoratifs. (Photo : Doaa Elhami)

Parmi les nouveaux pavillons consa­crés aux fleurs, il y a celui dédié à la culture biologique. Les personnes inté­ressées peuvent y acheter des graines, des plantes et des engrains biologiques. « Ce pavillon est tenu à la demande des clients, qui sont à la recherche d’ali­ments sains et sans substances chimiques. Un retour à la nature », indique Ali, spécialiste et vendeur dans ce pavillon. Il ajoute que, malgré le prix élevé de ces produits, il y a une demande de la part des restaurants, des hôtels et aussi des particuliers. Ali est très solli­cité pour donner des conseils à ses clients.

L’exposition des fleurs, organisée offi­ciellement pour la première fois en 1934 sous le règne du roi Fouad 1er et sous la supervision du ministère de l’Agricul­ture de l’époque, ne cesse de changer et de se réinventer chaque année. Et ce, tout en contribuant aussi à conserver le patrimoine floral et végétal. Avis à tous ceux qui ont la main verte ou qui aiment tout simplement la nature.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire