Semaine du 16 au 22 janvier 2019 - Numéro 1258
La tombe du prêtre Wah Ty émerveille
  Une mission archéologique égyptienne a découvert à Saqqara la tombe intacte d'un prêtre de rang élevé, Wah Ty. Datant de la Ve dynastie de l’Ancien Empire, la beauté des reliefs et le bon état de cette tombe en font une découverte exceptionnelle.
La tombe du prêtre Wah Ty émerveille
Des scènes représentatives de la vie quotidienne pendant la Ve dynastie.
Doaa Elhami19-12-2018

La tombe d’un prêtre datant de plus de 4 400 ans a été découverte sur le site de Saqqara, près du Caire, par une mission archéologique égyptienne, qui opère dans la nécropole sacrée des animaux. Il s’agit d’une tombe rocheuse dont le propriétaire est nommé Wah Ty ou Wah Ta qui a vécu sous le règne du roi Néfer-Ir-Ka-Râ (2446-2438 av. J.-C.), 3e roi de la Ve dynastie de l’Ancien Empire, soit à la moitié du XXVe siècle av. J.-C. « C’est une découverte inédite d’une tombe intacte avec des statues gravées dans la roche et des parois colorées et en très bon état de conser­vation », a annoncé Khaled El-Enany, ministre des Antiquités, lors de la conférence de presse tenue cette semaine sur le chantier de Saqqara.

En réalité, cette découverte fait suite à la mise au jour de 7 tombes dont 4 datant de plus de 6 000 ans annoncée en novembre dernier. « Au cours de notre travail dans la nécropole des animaux, nous avons mis au jour un mur en brique crue. Nous nous doutions que der­rière celui-ci se cachaient de nouveaux secrets. C’était, en fait, le linteau de cette tombe », raconte Moustapha Waziri, secrétaire général du Conseil Suprême des Antiquités (CSA) et directeur de la mission opérant sur le site. Quelques jours plus tard, l’équipe reprend donc le travail pour résoudre l’énigme cachée derrière ce mur. « Et c’est d’ailleurs grâce à ce mur que la tombe a été protégée des vols au fil des époques », souligne le ministre.

Des sculptures splendides

Au seuil de cette tombe, de chaque côté de l’entrée, sont sculptées deux grandes statues représentant son propriétaire Wah Ty. Juste en dessous, on observe une niche abritant deux autres statuettes. Les murs de cette entrée sont aussi ornés de dessins colorés représentatifs du défunt.

Une fois à l’intérieur, le visiteur se trouve dans une tombe exceptionnellement bien conservée, colorée avec des bas-reliefs sur les parois et des statues de différentes dimensions sur les côtés. Il s’agit d’une salle rectangulaire de 10 m de long, 3 m de large et 3 m de haut. Au fond de cet espace se trouve le tunnel funé­raire. « D’après les inscriptions gravées, Wah Ty a obtenu plusieurs nominations : prêtre de la purification royale, inspecteur du palais royal, inspecteur du temple du roi Néfer-Ir-ka-Râ et inspecteur de la barque sacrée », explique Mohamad Youssef, membre de la mission.

Des décors encore jamais vus

Pour les égyptologues, cette découverte est importante, car c’est la première fois qu’ils observent ce style de décoration sur les parois d’une tombe.

En effet, la partie supérieure de la tombe est divisée en grandes niches, dont chacune ren­ferme une grande statue toujours gravée et colorée du défunt en grandeur nature. Chacune d’elles représente Wah Ty en différentes tenues, et chaque fois coiffé d’une perruque : rousse, lisse, longue ou courte, etc. « Ces sta­tues reflètent peut-être les diverses étapes de vie de cet homme et ses multiples titres offi­ciels », reprend Mohamad Youssef.

Dans la partie inférieure de la tombe, en dessous des grandes statues du propriétaire Wah Ty, des niches plus petites, creusées dans la pierre, abritent de petites statues qui pour­raient être les membres de la famille du défunt.

On compte au total 18 grandes niches au sein de la tombe qui comprennent 24 statues sculp­tées et 26 petites niches qui renferment 21 statuettes. « Parmi les surprises de cette tombe, c’est la présence à plusieurs reprises de l’inscription du nom de la mère du défunt qui s’appelle Merit Mine, signifiant l’aimé de la divinité Mine, alors que celui de son épouse, nommée Weret Ptah, apparaît beaucoup moins », commente Waziri. D’ailleurs, sur l’une des parois, une scène gravée montre Wah Ty assis devant sa mère. Pour Waziri, c’est le signe que Wah Ty estimait beaucoup sa mère.

La vie de la Ve dynastie en images

a tombe du prêtre Wah Ty émerveille
Statues sculptées nichées, scènes colorées et bas-reliefs distinguent la tombe de Wah Ty.

La tombe découverte se distingue aussi par les scènes de la vie quotidienne du défunt. Wah Ty est à la fois représenté debout, mais aussi, plus surprenant, en tenue et forme du scribe.

Sur les parois du fond de la tombe, le visi­teur peut contempler les bas-reliefs montrant les diverses activités de la Ve dynastie qui sont mises en relief, comme la fabrication de pote­rie, du vin, des statues, ainsi que du mobilier funéraire. Parmi les plus belles scènes, celles de la représentation des offrandes, de la navi­gation ou encore de la chasse des volailles. « On remarque aussi une scène d’un festival musical avec les divers instruments musicaux à l’instar de la harpe », souligne Sabri Farag, directeur général de la région de Saqqara. Enfin, sur les parois est inscrite la biographie du défunt. Outre les statues nichées et les scènes colorées, la tombe comprend deux fausses portes, l’une dédiée à la mère du défunt, Merit Mine, alors que l’autre est au nom de son épouse Weret Ptah.

Néanmoins, la tombe n’a pas encore délivré tous ses secrets. La mission a découvert, lors de ces travaux, 5 puits, mais qui n’ont pas encore été fouillés. « Je considère cette décou­verte comme la plus importante de ces 10 dernières années. Et ce, de par son époque, son état intact, ses beaux reliefs et ses sculp­tures qui ornent ses parois », estime Waziri, ajoutant qu’après presque deux siècles de trou­vailles archéologiques, il est rare de trouver une tombe de l’Ancien Empire intacte, et décorée de scènes colorées comme celle-ci. « En général, la plupart des tombes ont été pillées durant les époques anciennes », sou­ligne Waziri. « La tombe de Wah Ty n’a pas encore été entièrement mise au jour. Nous n’avons encore ni trouvé la salle funéraire du défunt qui devrait renfermer son sarcophage et sa momie, ni le mobilier funéraire représenté sur les parois de la tombe », reprend-il, espé­rant que les puits trouvés comprennent d’im­portants éléments archéologiques. La tombe est actuellement soumise à des travaux de net­toyage et de restauration. Les membres de la mission pensent trouver une nouvelle série de tombes encore ensevelies, qui pourraient ren­fermer d’autres surprises.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire