Semaine du 6 au 12 décembre 2017 - Numéro 1203
Les 8 sites de la nécropole
 
Les 8 sites de la nécropole
Nasma Réda04-10-2017

La chapelle de Ramsès II

La chapelle de Ramsès II
Le sphinx en albâtre. (Photo : Nasma Réda)

Le parcours commence par un chemin sablonneux cerné de palmiers des deux côtés. Sur la gauche se dressent les vestiges de la chapelle de Ramsès II (1279-1213 av. J.-C.). Elle était dédiée au culte du grand roi. C’est tout près de ce site que les archéologues ont découvert la statue colossale de la triade : Ramsès II accompagné du dieu Ptah (dieu créateur, il était également le patron des artistes, des artisans et des architectes, et était considéré comme le dieu de l'apprentissage et de la connaissance) et de la déesse Sekhmet (déesse des batailles, son nom signifiant « la puissante » ou « celle qui est puissante », ainsi que la déesse destructrice du désert et ennemie de tous ceux qui menaçaient le roi).

Le temple d’Hathor

Le temple d’Hathor
Un chapiteau hathorique. (Photo : Nasma Réda)

A quelques pas de la chapelle se trouvent les vestiges du temple dédié au culte d’Hathor, qui avait été fondé par Ramsès II. Découvert par les habitants de Mit-Rahina dans les années 1970, puis fouillé par le Conseil suprême des antiquités, il n’en reste que des colonnes en ruine avec des chapiteaux hathoriques en cal­caire. D’après les archéologues, le reste du temple est enterré dans le sable. Une fois mis à jour, l’édifice sera d’environ 50 m de long et de 20 m de large. Les quelques scènes découvertes sur les reliefs montrent le pharaon qui se tient devant diverses divinités avec des offrandes.

La chapelle de Séthi Ier

La chapelle de Séthi Ier
Chapelle de Séthi Ier. (Photo : Nasma Réda)

Plus loin, un autre nom que celui de Ramsès II apparaît à Memphis : celui de Séthi Ier (1294-1279 av. J.-C.). Séthi Ier était un roi de la XIXe dynastie et le fils de Ramsès Ier. Il a régné durant près de 50 ans. Sa petite chapelle a été découverte par Labib Habachi, un égyptologue égyptien, en 1950. C’est la seule chapelle encore intacte à Mit-Rahina et faisait partie du grand temple de Ptah. Elle a été bâtie pour montrer la forte relation religieuse entre ce dieu et le pharaon. Sa façade est ornée de magni­fiques inscriptions et gravures, qui montrent différents dieux comme Sekhmet, Ptah et Maât.

Le temple de Ramsès II

Le temple de Ramsès II
(Photo : Nasma Réda)

Presque au milieu des vestiges du village de Mit-Rahina se trouve le temple de Ramsès II, qui était aussi dédié au culte du dieu Ptah. Le temple a été mis au jour il y a plus de 60 ans par l’Américain Rudolph Anthès de l’Univer­sité de Philadelphie. Il se compose d’un cou­loir avec des bases de colonnes et des pierres rectangulaires sur lesquelles figurent des car­touches portant le nom de Ramsès II. On y trouve aussi les ruines d’une corniche en forme de lotus. Les titres du grand pharaon sont gravés sur une partie d’une colonne, et des fragments de pierres s’éparpillent ici et là.

Les tombes des grands prêtres de Memphis

Entre le temple de Ramsès II et le grand temple de Ptah se trouve la nécropole des grands prêtres de cette divinité. Ceux-ci ont occupé une place importante dans l’adminis­tration de l’Egypte antique à travers les siècles. Nommés par le pharaon lui-même, ils le remplaçaient à différentes occasions et pendant les rites sacrés. Plusieurs tombes ont été mises au jour dans cette nécropole, dont celle d’Osorkon, grand prêtre de Ptah pen­dant le règne d’Osorkon II de la XXIIe dynastie.

Entrée ouest du temple de Ptah

A quelques pas se trouve un autre temple dédié au dieu principal de la région de Memphis, Ptah. Cet énorme temple occupait une vaste superficie, équivalente à quatre fois la base de la grande pyramide de Chéops. Il n’en reste aujourd’hui que les ruines de son entrée ouest. La plupart des monuments colossaux, conser­vés au musée en plein air (qui est la dernière station du circuit de visite), ont été trouvés dans les alentours de ce grand sanctuaire, notamment la statue couchée de Ramsès II.

La maison d’Apis

La maison d’Apis
La maison d'Apis. (Photo : Nasma Réda)

Avant la fin de la promenade, le visiteur peut admirer les grandes tables de momification. Ce site a été intensément fouillé et étudié entre les années 1950 et 1980. C’est le lieu dédié aux rites de momification du taureau sacré, Apis.

Le musée en plein air

Le musée en plein air
Ramsès, debout, au musée en plein air. (Photo : Nasma Réda)

A leur arrivée au musée, les visiteurs peuvent monter sur un balcon pour admirer la statue colossale couchée de Ramsès II. Elle attire les regards par sa grandeur et son bon état de conservation. La statue de 13,5 m de haut ravit par ailleurs l’oeil par ses détails sculptés : muscles, rouleau de papyrus, barbe, tête et yeux. Elle a été découverte à la fin du XIXe siècle dans les ruines du temple de Ptah sur le même site. Elle est entourée d’autres bustes, de statues ainsi que de stèles.

Le musée étant dédié tout spécialement au grand roi, celui-ci est présent dans tout le musée sous différentes formes. Dans le jardin, le visiteur peut contempler une statue en granit rouge, haute de près de 3,80 m et représentant Ramsès accompagné de Ptah et de Sekhmet, les deux principales divinités de Memphis.

Au centre du jardin se dresse un gigantesque sphinx en albâtre datant de la XVIIIe dynastie. Il a été découvert par le célèbre archéologue anglais William Petrie. Son côté droit est assez abîmé. Ne portant pas d’inscriptions, il a été estimé qu’il remonte à l’époque d’Aménophis Ier (dont le nom signifie « Amon est satisfait »), qui était le deuxième souverain de la XVIIIe dynastie du Nouvel Empire. Un chapiteau hathorique figure en outre parmi les pièces importantes du musée,


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire