Semaine 19 au 25 juillet 2017 - Numéro 1184
L’Egypte, berceau des religions
  Deux grandes expositions se tiennent actuellement au Musée égyptien et au Musée copte. Les pièces choisies relatent l'histoire des religions à travers les différentes étapes de la civilisation égyptienne.
L’Egypte, berceau des religions
Les six « michkah » (lanternes) de la mosquée Réfaï. (Photo : Nasma Réda)
Nasma Réda15-02-2017

Le Musée égyptien du Caire accueille une exposition exception­nelle regroupant des pièces antiques qui reflètent la coexistence des reli­gions sur le territoire égyptien à travers des siècles. « L’Egypte, berceau des religions » est le titre de cette exposition tenue dans la salle 44 du Musée égyptien du Caire. Inaugurée par le ministre des Antiquités, Khaled Al-Anani, fin janvier, cette exposi­tion qui dure jusqu’au 26 février présente 57 pièces de différentes époques de l’histoire égyptienne. « 39 pièces appartiennent aux Musées égyptien, copte et celui d’art isla­mique du Caire, alors que les 18 pièces res­tantes ont été saisies aux ports égyptiens avant leur sortie clandestine du pays. Elles ont été restaurées au laboratoire du Musée égyptien avant leur exposition », souligne la directrice du musée, Sabah Abdel-Razeq. D’après elle, cette exposition a également pour objectif de célébrer la restitution des six « michkah » (lanternes) qui avaient été volées à la mosquée Réfaï il y a un mois, en les exposant à l’entrée de la salle.

L’Egypte, berceau des religions
Les débuts du monothéisme avec Akhénaton. (Photo : Nasma Réda)

Bien que la muséographie de l’exposition ne soit pas très claire, les panneaux placés à côté de chaque vitrine donnent une explica­tion détaillée des pièces. « Le choix des pièces n’était pas facile car l’exposition retrace une grande partie de l’histoire égyp­tienne, celle de l’évolution religieuse pen­dant des milliers d’années », explique Al-Anani.

« C’est une bonne occasion pour que le visiteur découvre que la foi en Egypte a tou­jours existé depuis l’ère préhistorique où dominait le culte polythéiste avec des mil­liers de dieux et de déesses, et le pays est ensuite passé par les premières tentatives du monothéisme avec Akhénaton jusqu’à l’arri­vée aux trois actuelles religions mono­théistes », explique Elham Salah, chef du secteur des musées au ministère des Antiquités.

L’Egypte, berceau des religions
La boîte du Testament. (Photo : Nasma Réda)

Des stèles, des statues, des icônes et des objets liturgiques sont exposés sans ordre chronologique. « On a essayé de regrouper, autant que possible, les pièces remontant à la même époque dans des panneaux explicatifs, Amais c’était difficile à cause de la diversité des pièces en genre, en qualité et en époque, on a alors été obligé parfois de briser l’ordre », souligne la directrice du musée, donnant l’exemple de la stèle dédiée au tau­reau Boukhis par Ptolémée V (mort en 181 av. J.-C.), qui est placée entre une statue en marbre blanc d’une divinité romaine et des boîtes cylindriques servant à conserver l’An­cien Testament, sur lesquelles sont inscrits des textes en hébreu.

« L’Egypte, berceau des religions est une occasion de jeter la lumière sur une partie importante de l’histoire égyptienne, celle des premières traces du monothéisme », affirme Elham Salah, ajoutant que c’est Akhénaton qui a pris le soleil (Aton) comme dieu suprême, il était donc inévitable de trouver sa stèle parmi les pièces exposées, montrant le dieu Aton protégeant son adorateur par ses multiples rayons.

L’Egypte, berceau des religions
Icône de la Vierge et de Jésus. (Photo : Nasma Réda)

L’art copte est aussi représenté par une icône magnifique de la Vierge et son enfant Jésus. « On a choisi les pièces représenta­tives des trois religions monothéistes, le judaïsme, le christianisme et l’islam, tels l’étoile de David, une croix métallique et un exemplaire du Coran, tous dans une seule vitrine avec une statue pharaonique d’un homme dans la position de prière, pour don­ner le message que malgré la divergence des conceptions religieuses, les trois religions se rencontrent », indique Abdel-Razeq.

L’exposition s’attache à expliquer l’his­toire complexe et l’influence des trois reli­gions monothéistes en Egypte dans les domaines de l’art, l’architecture et la vie quotidienne.

De nombreux personnages fascinés par le thème de l’exposition ont assisté à son inau­guration, dont Magda Haroun, chef de la communauté juive en Egypte.

Informations pratiques

Le Musée égyptien du Caire est ouvert tous les jours de 9h à 16h45

Frais d’entrée :

— Egyptiens, adultes : 10 L.E. (5 L.E. pour les étudiants)

— Etrangers, adultes : 75 L.E. (35 L.E. pour les étudiants)

Salle des momies :

— Egyptiens, adultes : 30 L.E. (15 L.E. pour les étudiants)

— Etrangers, adultes : 100 L.E. (75 L.E. pour les étudiants)

En plus des heures d’ouverture régulières, le musée est ouvert les dimanches et jeu­dis de 17h30 à 21h00, les prix des billets pour les visites en soirée :

Frais d’entrée :

— Egyptiens, adultes : 20 L.E. (10 L.E. pour les étudiants)

— Etudiants : 10 L.E.

— Etrangers, adultes : 120 L.E. (60 L.E. pour les étudiants)

Salle des momies :

— Egyptiens, adultes : 60 L.E. (30 L.E. pour les étudiants)

— Etrangers, adultes : 150 L.E. (75 L.E. pour les étudiants)

NB : Pour la première fois, une application sur portable Androïd guidera les visiteurs dans leur tournée au musée (The Egyptian Museum in Cairo).




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire