Semaine du 15 au 21 mai 2019 - Numéro 1275
Les liens avec l’Afrique se fortifient
  La 4e édition d'Egypt Investment Forum s’est tenue au Caire les 2 et 3 mars sous le slogan « Ensemble pour l’Afrique ». En plus d’aborder les chances et les défis de la coopération interafricaine, elle a permis à l’Egypte de réaffirmer sa volonté de coopérer étroitement avec le continent noir.
Les liens avec l’Afrique se fortifient
Le ministre du Commerce et de l'Industrie, Amr Nassar, inaugure le Forum égyptien de l'investissement. (Photo : Ministère du Commerce et de l'Industrie)
Marwa Hussein06-03-2019

Le gouvernement égyptien réaf­firme son intérêt et sa volonté de renforcer ses relations avec les pays africains. Pour preuve, la 4e édition d'Egypt Investment Forum a été tenue les 2 et 3 mars au Caire sous le slogan « Ensemble pour l’Afrique ». Il s’agit du premier événement afri­cain depuis que l’Egypte a pris la présidence de l’Union Africaine (UA) pour 2019. Notons que c’est la première présidence de l’Egypte depuis la création de cette institution, qui a succédé en 2002 à l’Organisa­tion de l’unité africaine. « L’Egypte a confiance dans la capacité des pays africains à renforcer leur coo­pération et à faire tous les efforts possibles pour créer une économie africaine intégrée », a indiqué le premier ministre, Moustapha Madbouli, dans un discours pronon­cé en son nom devant les participants du forum par le ministre égyptien du Commerce et de l’Industrie, Amr Nassar.

« Nous annoncerons de nouveaux partenariats avec les pays africains avant la mi-2019. Nous mettons en oeuvre une étude d’analyse afin d’identifier les principaux marchés, produits et centres logistiques pour l’activation de nos plans en faveur de l’Afrique », a déclaré, quant à lui, Hicham Tewfiq, ministre des Entreprises publiques. Il a en outre indiqué, lors de son discours, qu’une délégation ministérielle de haut rang se rendra au Tchad vers la fin de la semaine pour annoncer la création d’une usine pharmaceutique. Cette délégation comprendra Tewfiq lui-même, Sahar Nasr, ministre de l'In­vestissement et de la Coopération internationale, et Hala Zayed, ministre de la Santé et de la Population. « Nous visons à obtenir une licence pour les produits de notre usine planifiée au Tchad, ce qui nous permettra d’ex­porter la production vers 5 autres marchés africains », a déclaré Tewfiq. Le ministre a souligné l’importance de la coopération avec l’Afrique, y compris pour tous les aspects concer­nant l’investissement, le commerce et le partage des connaissances. Il a déclaré que le temps était venu pour l’Egypte de tirer pleinement parti des possibilités offertes par les marchés africains.

De nombreux défis à relever

Les participants au forum ont aussi abordé les défis auxquels se heurte le développement économique de l’Afrique, notamment le manque d’infrastructure ainsi que le problème des routes et du transport. « Les pays doivent se concentrer sur les routes et la logistique pour le commerce intra-africain et utiliser la zone de libre-échange africaine trilatérale », a déclaré Ahmad Al-Wakil, président des Unions des chambres africaines et méditerranéennes. Il a ajouté que l’Afrique présente le taux de crois­sance le plus élevé pour ce qui est de la classe moyenne, avec un important pouvoir d’achat, ce qui fait du conti­nent une destination d’investissement prometteuse. Le ministre égyptien des Entreprises publiques a, pour sa part, indiqué que de nouvelles lignes mari­times seront créées avec les marchés africains via le port de Djeddah en Arabie saoudite et que d’autres pro­jets seront annoncés dans le domaine des transports.

L’Egypte ne cesse de souligner l’importance qu’elle accorde au conti­nent noir. Trois autres événements liés à l’Afrique ont en effet eu lieu en décembre, dont le Forum économique Afrique 2018, au cours duquel plu­sieurs accords entre des partenaires égyptiens et africains ont été signés. Le président égyptien a par ailleurs effectué, à différentes occasions, des visites officielles à des pays comme l’Ethiopie et l’Ouganda ainsi qu’une tournée de la Tanzanie au Tchad, en passant par le Rwanda et le Gabon.

Cet intérêt pour l’Afrique com­mence à se traduire sur le terrain, notamment via la multiplication des projets de coopération et la croissance des investissements égyptiens en Afrique. Les investissements égyp­tiens en Afrique ont en effet enregis­tré une hausse de 1,2 milliard de dol­lars en 2018, pour atteindre 10,2 mil­liards de dollars. « Depuis 2014, la direction égyptienne a replacé la dimension africaine au coeur de sa politique étrangère. La coopération économique est un élément essentiel pour développer nos relations avec les autres pays africains », conclut Amira Abdel-Halim, chercheuse au Centre des Etudes Politiques et Stratégiques (CEPS) d’Al-Ahram.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire