Semaine du 7 au 13 novembre 2018 - Numéro 1249
Mobilisation européenne pour l’Afrique, un intérêt réciproque
  Développer l’Afrique afin de réduire le flux migratoire. C'est l'objectif déclaré des Européens. Deux forums ont été tenus à cet effet en France et en Allemagne. Explications.
Mobilisation européenne pour l’Afrique, un intérêt réciproque
La chancelière allemande, Angela Merkel, lors d'une réunion avec les dirigeants africains, consacrée à l'initiative Compact with Africa. (Photo : AFP)
Sabah Sabet avec agences07-11-2018

Croissance, emploi, migra­tions et développement. Tels sont les thèmes discu­tés la semaine dernière lors du 18e Forum organisé par l’Organisa­tion pour la Coopération et le Développement Economique (OCDE) sur l’Afrique, et tenu à Paris le 31 octobre. Lors de ce rassemblement, qui a groupé des entrepreneurs du secteur privé, des représentants d’universités et d’organisations internationales de toute l’Afrique, il a été des défis écono­miques et des perspectives de dévelop­pement du continent. « Nous avons besoin de 130 milliards de dollars en infrastructures par an », a expliqué Victor Harison, commissaire aux affaires économiques de l’Union Africaine (UA), selon lui, les 100 000 km de lignes de chemins de fer afri­caines sont pour moitié vétustes, et l’Afrique n’est dotée que de 50 000 km de routes praticables. Des infrastruc­tures qui ne garantissent pas les condi­tions nécessaires à un marché où mar­chandises, capitaux et hommes doivent pouvoir se déplacer librement. Une urgence alors que le continent noir s’apprête à appliquer la Zone libre-échange en 2019.

Le commissaire de l’UA a donc appelé les investisseurs étrangers à placer leur argent en Afrique, mais a souligné la nécessité de conserver une souveraineté africaine. « Aujourd’hui les projets énergétiques, d’infrastruc­tures ou d’exploitation minière finan­cés par des capitaux étrangers ne sont pas gagnant-gagnant », a-t-il expliqué à l’AFP. Et d’ajouter : « Nous sommes victimes du syndrome hollandais, c’est-à-dire que certains pays sont très riches de ressources naturelles, mais leur exploitation ne profite pas au pays ». Impossible cependant de se passer des capitaux étrangers qui constituent la première ressource, der­rière la collecte d’impôts mais devant les aides au développement.

Chine versus UE

Le forum était aussi l’occasion pour les Africains de pointer du doigt l’Eu­rope. Ainsi, le président du Ghana, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, a mis en évidence dans son discours d’introduction du forum la complexité des procédures de financement avec l’Union Européenne (UE). En opposi­tion avec d’autres investisseurs qui fonctionnent de manière beaucoup plus simple. Beaucoup ont reconnu la Chine dans cette deuxième catégorie d’investisseurs. « La Chine est un interlocuteur de premier ordre. Les taux de croissance élevés de l’Afrique ces dernières années sont liés à l’in­vestissement chinois », explique à l’AFP Mario Pezzini, directeur du Centre de développement de l’OCDE. Il note que la Chine en investissant dans l’économie africaine finance éga­lement des projets annexes comme des hôpitaux, des bâtiments publics ou d’autres infrastructures. Ibrahim Assane Mayaki, ancien premier ministre nigérien, qui est à la tête de l’agence de développement de l’UA, le Nouveau partenariat pour le dévelop­pement de l’Afrique (Nepad), estime que la Chine investit 20 milliards de dollars dans des infrastructures afri­caines par an. « Je pense que c’est à nous de savoir comment défendre nos intérêts » ajoute-t-il. Au sein de cette organisation, Mayaki s’efforce de sécuriser, d’un point de vue juridique et en termes de garantie, les projets africains pour attirer des investisseurs. Sécuriser les projets pour mieux négo­cier les contrats serait l’une des clés du développement de l’Afrique, selon ces acteurs.

Intégration régionale et lutte contre la migration

Autre point important et qui a été mis en relief par plusieurs interve­nants lors du forum, l’intégration régionale, nécessaire pour améliorer la compétitivité et créer de l’emploi en Afrique. « L’avenir de l’Afrique est dans l’intégration régionale », a dit Victor Harison. Pour mettre en place des infrastructures adéquates qui font défaut, procéder à la nécessaire trans­formation des matières premières ou encore résoudre les problèmes d’éner­gie, il faudra « une solidarité et une vision commune » au niveau régional, a indiqué M. Harison. L’intégration régionale est pourtant au coeur des stratégies panafricaines avec comme objectif de lutter contre la fragmenta­tion. « 54 pays ne peuvent pas chacun avoir un développement viable. Il faut donc construire des solutions régio­nales, c’est-à-dire prendre les straté­gies continentales et leur donner une dimension régionale », a proposé Ibrahim Mayaki, tout en précisant que dans une vingtaine d’années, les réflexions en Afrique se feront en termes de corridor et non de pays.

La question des migrations a pris une part de lion. L’idée de la création de l’Observatoire africain des migra­tions et du développement, ainsi que d’un poste d’envoyé spécial de l’UA chargé de la migration, proposée par le roi Mohamad VI, fin janvier lors du 30e Sommet de l’UA, a pris plus d’ampleur. « L’OCDE est prête à sou­tenir et à jouer un rôle actif », a annoncé, mercredi 31 octobre à Paris, le directeur du Centre de développe­ment de l’OCDE, Mario Pezzini, à propos de ce projet. Le souverain marocain avait indiqué dans un mes­sage adressé au Forum de Paris que l’Observatoire africain de la migra­tion, dont le travail sera basé sur le triptyque « comprendre, anticiper et agir », aura pour mission de dévelop­per l’observation et l’échange d’infor­mations entre les pays africains, afin de favoriser une gestion maîtrisée des flux migratoires, ceci en proposant que le Maroc en abrite le siège.

En effet, la question migratoire est l’un des motifs qui a encouragé les Européens à accroître leurs investisse­ments pour développer l’Afrique. C’est dans ce cadre que s’est tenue une autre rencontre, le 30 octobre à Berlin, consacrée à l’initiative Compact with Africa et aux investisse­ments privés sur le continent. Au cours de ce sommet, la chancelière Allemande, Angela Merkel, a annoncé la création d’un fonds d’un milliard d’euros censé favoriser les investisse­ments de Petites et Moyennes Entreprises (PME) européennes en Afrique. Une initiative à travers laquelle l’Allemagne cherche à réduire le flux de migrants de ce conti­nent vers l’Europe. Dans la pratique, le nouveau fonds annoncé servira à octroyer des prêts et des fonds propres aux PME européennes et allemandes qui souhaitent investir en Afrique et des fonds propres pour les PME afri­caines. En parallèle, un réseau offrant des conseils aux investisseurs poten­tiels sera créé, notamment pour aider les entreprises allemandes sur place.

« Ensemble, nous voulons envoyer aujourd’hui un signal clair : la volon­té d’avoir un voisinage bon et profi­table entre l’Afrique et l’Europe. Nous, autres Européens, avons un grand intérêt à ce que les pays afri­cains jouissent de bonnes perspectives économiques. Et pour cela nous avons besoin d’investissements publics mais aussi privés. Pendant de nombreuses années, nous avons été très concen­trés sur l’Asie, je pense qu’à l’avenir, le regard doit davantage se tourner vers l’Afrique », a ainsi résumé Angela Merkel.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire