Semaine du 15 au 21 novembre 2017 - Numéro 1200
Frères musulmans: Les hommes-clés
Chérine Abdel-Azim03-04-2013
 
  Quatre figures de la confrérie dominent aujourd'hui la scène politique. Portraits.

Mohamad Badie
Mohamad Badie
Mohamad Badie

Agé de 70 ans, Badie est le 8e guide suprême de la confrérie. Avec ses lunettes, une petite barbe blanche et un petit chapeau à la malaisienne, Badie a une apparence très simple. Il jouit d’un grand respect au sein de la confrérie. Selon Sarwat Al-Kharabawi, un dirigeant dissident de la confrérie, Mohamad Badie ne se place, en réalité, qu’en troisième position en ordre d’importance au sein de la confrérie après le cheikh Al-Qaradawi, considéré comme le père spirituel de la confrérie, et Mahmoud Ezzat, l’homme fort de la confrérie. « En réalité, il est le guide apparent devant les médias simplement », affirme-t-il. Bien qu’il soit très rare de le voir sur les écrans, les responsables étrangers qui visitent l’Egypte lui rendent visite au siège de la confrérie situé dans le quartier de Moqattam. Sa fameuse phrase courtisant le régime déchu avant la révolution : « Moubarak est le père de tous les Egyptiens » restera à jamais dans les mémoires l

Khairat Al-Chater
Khairat Al-Chater
Khaïrat Al-Chater

Vice-guide suprême de la confrérie. Ingénieur, homme d’affaires, ou plutôt millionnaire de la confrérie, Al-Chater est connu aux Etats-Unis sous le nom de Big (le Big Boss), comme l’indique le dissident Sarwat Al-Kharabawi dans son dernier ouvrage Le Secret du temple. On le qualifie de stratège de la confrérie. Son nom est apparu en 2007, après l’organisation d’une parade militaire à l’Université d’Al-Azhar, par une cinquantaine d’étudiants Frères musulmans, portant des masques, et jouant le karaté et le kung-fu. A l’époque, Al-Chater a été arrêté et accusé d’être l’instigateur de cette parade. Il a fait sa réapparition sur la scène en 2011, en se présentant comme le candidat des Frères musulmans aux élections présidentielles. Mais, il a été écarté.

Agé de 63 ans, père de 8 garçons et de 2 filles, et grand-père de 16 petits-enfants, il a vécu pendant des années à Londres et dans les pays du Golfe. Ce qui lui a permis d’avoir beaucoup de relations à l’étranger. Il a d’ailleurs publié une série d’articles dans la presse internationale sous le titre : « Pourquoi vous nous craignez ? », en allusion aux Frères musulmans.

Mahmoud Ezzat
Mahmoud Ezzat
Mahmoud Ezzat

« L’homme de fer » de la confrérie, c’est ainsi que le Washington Post décrit ce secrétaire général du bureau de guidance, la plus haute instance politique des Frères musulmans. Au sein de la confrérie, c’est le véritable guide suprême. Il n’aime pas les médias et préfère travailler en silence.

Médecin, âgé de 69 ans, Ezzat est considéré comme la boîte noire de la confrérie qui renferme tous ses secrets, selon Al-Kharabawi. Mahmoud Ezzat était prisonnier avec Sayed Qotb. A sa libération, il a formé un groupe qui adopte la pensée de Qotb, dont le but est de recourir à la violence pour changer le système

Essam Al-Haddad
Essam Al-Haddad
Essam Al-Haddad

Membre du bureau de guidance et vice-président chargé des affaires étrangères, il est surnommé « le ministre des Affaires étrangères » de la confrérie.

Il était responsable de la campagne électorale de Khaïrat Al-Chater, et après lui, Mohamad Morsi, lors des élections présidentielles. Il dirige une multitude de projets économiques, rappelant ainsi l’homme d’affaires de l’ancien régime, Ahmad Ezz.

Sans aucun poste officiel, il a accompagné le président Mohamad Morsi dès le premier jour de son entrée au palais présidentiel, ce qui prouve l’extrême confiance dont il jouit auprès du président. Il est le 2e responsable à se mettre à droite du président, juste à côté du ministre de la Défense.

Médecin, il a été le représentant de la confrérie à Londres. Père de 5 garçons et d’une fille, il a des relations familiales avec beaucoup de dirigeants de la confrérie. En 38 ans, aucun ministre égyptien des Affaires étrangères n’a pu rencontrer en tête-à-tête un président américain. Haddad seul l’a fait. Il a aussi rencontré Erdogan, le premier ministre turc. En Allemagne, il a discuté des aides éventuelles de l’Union européenne à l’Egypte, alors qu’aux Emirats arabes unis, il a discuté avec les responsables de la libération des membres des Frères musulmans emprisonnés dans ce pays.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire