Semaine du 5 au 11 décembre 2018 - Numéro 1253
Le guide des législatives 2015
07-10-2015
 
 

Contexte

Les Egyptiens iront voter entre octobre et décembre aux premières législatives depuis l’élection du président Sissi.

Le Haut Comité Electoral (HCE), composé de sept membres et chargé de superviser le scrutin, a annoncé le calendrier lors d’une conférence de presse le 30 août dernier.

Le scrutin se déroulera entre le 17 octobre et le 2 décembre, et est divisé en deux phases : la pre­mière concerne 14 gouvernorats et la seconde 13 autres.

L’enregistrement des candidats a eu lieu entre le 1er et le 12 septembre. Selon la Constitution (article 106), les élections parlementaires doivent se tenir tous les cinq ans.

Composition du prochain parlement

Il sera composé de 596 députés, un chiffre record dans l’histoire parlementaire de l’Egypte, longue de 150 années. Sur ce total, 448 seront élus en indépendants, 120 comme députés issus de partis, et 28 désignés par le président de la République. Selon la Constitution (article 102), le président de la République est autorisé à nommer un certain nombre de figures publiques.

La première phase

La première phase inclut 14 gouvernorats : Guiza, Fayoum, Béni-Soueif, Minya, Assiout, Nouvelle-Vallée, Sohag, Qéna, Louqsor, Assouan, mer Rouge, Béheira, Alexandrie et Marsa Matrouh.

Pour les Egyptiens de l’étranger, les élections de la première phase auront lieu les 17 et 18 octobre, alors que le scrutin pour les électeurs du territoire se tiendra les 18 et 19 octobre.

En cas de ballottage, le scrutin à l’étranger aura lieu les 26 et 27 octobre, et pour les électeurs résidant en Egypte, les 27 et 28 octobre.

286 sièges seront à pourvoir lors de la première phase : 226 sièges sont réservés au scrutin indivi­duel. Les 226 du scrutin individuel seront élus dans 103 circonscriptions, et les 60 candidats issus des partis seront élus dans deux circonscrip­tions (l’une de 45 sièges et l’autre de 15 sièges).

La répartition des 226 sièges pourvus au scrutin individuel est la suivante : Guiza (37), Fayoum (15), Béni-Soueif (14), Minya (25), Assiout (20), Nouvelle-Vallée (4), Sohag (22), Qéna (15), Louqsor (6), Assouan (8), mer Rouge (4), Béheira (27), Alexandrie (25), Matrouh (4).

La répartition des 60 sièges pourvus au scrutin de liste sera comme suit :

La circiconscription de la Haute-Egypte (nord, centre et sud), qui inclut 11 gouvernorats, élira 45 députés. Ils seront divisés ainsi : Guiza (11), Fayoum (4), Béni-Soueif (3), Minya (6), Assiout (5), Nouvelle-Vallée (1), Sohag (6), Qéna (4), Louqsor (2), Assouan (2), mer Rouge (1).

La circirconscription de l’ouest du Delta, qui inclut 3 gouvernorats, va élire 15 députés : Béheira (7), Alexandrie (7), et Matrouh (1).

Résultats finaux de la première phase

Les résultats finaux de la première phase seront annoncés le 29 octobre. Les candidats non élus lors du ballottage de la première phase (qui aura lieu les 26-27 octobre pour les Egyptiens de l’étranger et les 27-28 octobre pour les Egyptiens résidents) pourront déposer un recours contre les résultats les 29-30 octobre.

La seconde phase

La seconde phase inclura les 13 gouvernorats restants : Le Caire, Qalioubiya, Daqahliya, Ménoufiya, Gharbiya, Kafr Al-Cheikh, Charqiya, Damiette, Port-Saïd, Ismaïliya, Suez, Nord-Sinaï et Sud- Sinaï.

Les élections de la seconde phase se tiendront les 21-22 novembre prochain pour les Egyptiens de l’étranger, alors que le scrutin pour les élec­teurs en Egypte se tiendra les 22-23 novembre.

En cas de ballottage, le vote à l’étranger aura lieu le 30 novembre et le 1er décembre, alors que le vote en Egypte aura lieu les 1-2 décembre.

282 sièges sont à pourvoir au cours de la deu­xième phase, dont 222 au scrutin individuel et 60 au scrutin de liste.

La répartition des 222 sièges individuels est comme suit : Le Caire (49), Qalioubiya (25), Daqahliya (29), Ménoufiya (20), Gharbiya (24), Kafr Al-Cheikh (16), Charqiya (30), Damiette (7), Port-Saïd (4), Ismaïliya (6), Suez (4), Nord-Sinaï (5) et Sud-Sinaï (5).

Les 60 sièges des listes seront répartis entre deux cironscriptions comme suit :

La circonscription du Caire, du sud et centre du Delta, qui inclut 6 gouvernorats, élira 45 députés. Ils seront divisés comme suit : Le Caire (14), Qalioubiya (7), Daqahliya (8), Ménoufiya (5), Gharbiya (7), Kafr Al-Cheikh (4).

La circonscription de l’est du Delta, qui inclut sept gouvernorats, élira 15 députés : Charqiya (7), Damiette (2), Port-Saïd (1), Ismaïliya (2), Suez (1), Nord-Sinaï (1) et Sud-Sinaï (1).

Résultats finaux de la deuxième phase

Les résultats finaux de la seconde phase et du scrutin en général seront annoncés le 3 décembre. Les candidats non élus lors de la seconde phase pourront déposer un recours contre les résultats les 3-4 décembre. Le HCE donnera sa décision finale le 4 décembre.

Contrôle des élections

Selon la Constitution, le HCE est responsable de la supervision générale du processus électo­ral jusqu’à la formation d’une commission électorale générale, la Commission électorale nationale. Le jour des élections, environ 16 000 membres issus des différents corps judiciaires (juges, membres du Conseil d'Etat, procureurs, et procureurs administratifs) seront chargés de superviser les bureaux de vote, assistés par des membres des conseils locaux.

Système électoral pour les sièges pourvus au scrutin individuel

La nouvelle loi des circonscriptions électo­rales divise l’Egypte en 205 circonscriptions électorales individuelles et 4 circonscriptions géographiques pour les listes fermées des partis.

Ces circonscriptions électorales individuelles élisent un, deux, trois ou quatre candidats, selon la taille de la population. Les 205 conscriptions individuelles produisent un total de 448 députés indépendants.

Quand un citoyen se rend au bureau de vote, il reçoit deux feuilles : une pour les candidats indépendants et une autre pour les listes. Pour la première feuille, il élit un, deux, trois ou quatre candidats, selon le nombre de sièges individuels alloués à sa circonscription. Si un candidat indé­pendant reçoit plus de 50 % des voix à la pre­mière phase, il est élu. Sinon, il y a ballottage.

Le système de liste absolu

En vertu du système absolu adopté en 2015, la liste des partis qui remporte plus de 50 % des voix remporte tous les sièges. Le système élec­toral divise les 27 gouvernorats en quatre cir­conscriptions géographiques pour les listes : deux de 45 sièges et deux de 15 sièges. Soit un total de 120 sièges.

Les quatre circonscriptions de listes sont :

— Le Caire, le sud et le centre du Delta (6 gouvernorats, 45 sièges)

— Le nord, le centre et le sud de la Haute-Egypte (11 gouvernorats, 45 sièges)

— L’est du Delta (7 gouvernorats, 15 sièges)

— L’ouest du Delta (3 gouvernorats, 15 sièges)

Quand un électeur se rend au bureau de vote, il choisit une liste de partis. Le nombre de dépu­tés dépend de la circonscription. Si l’électeur vit au Caire, il choisira parmi des listes de 45 can­didats. S’il vit à Alexandrie, il choisira parmi des listes de 15 candidats seulement.

Supervision du scrutin

Le HCE a annoncé le 25 août que 87 organi­sations non-gouvernementales — 81 égyp­tiennes et 6 étrangères — superviseront les prochaines élections. Le HCE a également annoncé que 44 journaux et médias audiovi­suels couvriront les élections. 768 correspon­dants de médias étrangers sont inscrits pour couvrir les élections.

Quelques chiffres

54 841 millions de personnes ont le droit de vote.

350 bureaux de vote principaux et 30 000 auxiliaires

5 420 et 12 listes de partis

Les forces politiques en présence :

Indépendants :

73 % des sièges (448) sont ouverts aux candi­dats indépendants. La plupart des candidats disputant ces sièges se présentent comme indé­pendants. Les partis politiques peuvent aussi disputer ces sièges.

Partis politiques et coalitions :

Les partis politiques peuvent présenter des candidats sur les sièges individuels et ceux des listes. Le nombre de sièges réservés aux candi­dats des listes est de 120, soit environ 27 % du nombre total de sièges. Certains partis poli­tiques se présentent dans le cadre de coalitions électorales, alors que d’autres se présentent seuls. Al-Nour est le seul parti islamiste dans la course. Il présente deux listes dans deux cir­conscriptions qui représentent en tout 60 sièges.

Huit coalitions électorales non islamistes par­ticipent au scrutin, dont la coalition « Pour l’amour de l’Egypte » qui réunit des membres du néo-Wafd et du parti des Egyptiens libres. Cette coalition est perçue comme étant soutenue par le président Sissi, même s’il a nié soutenir un bloc électoral quelconque.

D’autres coalitions, comme la Coalition du front égyptien, associée au régime de Moubarak, le Courant indépendant, l’Alliance des forces socialistes, Coalition républicaine des forces sociales, le Bloc de l'Eveil nationaliste indépen­dant.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire