Semaine du 17 au 23 avril 2019 - Numéro 1271
Jeff Fortenberry : L’Egypte est un pays important dans la région car la paix y persiste
  3 questions à Jeff Fortenberry, membre républicain du Congrès américain.
Jeff Fortenberry
Névine Kamel10-04-2019

Washington,

De notre envoyée spéciale —

Al-Ahram Hebdo : Le président Sissi est aux Etats-Unis pour rencontrer le président américain, Donald Trump. Quelle est l’importance de cette visite selon vous ?

Jeff Fortenberry : Cette visite vise à renforcer la coopération entre les deux pays et à aligner les points de vue sur un certain nombre de questions d’intérêt commun. Et d’ailleurs, j’invite les deux présidents à se rencontrer plus fréquemment.

— Le président égyptien a, dès son élection, entrepris des réformes importantes qui ont mené à la stabilisation du pays. Qu’en pensez-vous ?

— L’Egypte a retrouvé une stabilité depuis l’élection du président Sissi. Celui-ci a réussi à créer une forme de nationalisme sain à travers la réalisation de l’entente religieuse. Al-Sissi a assisté à l’inauguration de la nouvelle cathédrale de la Capitale administrative et, après la cérémonie d’ouverture, a réuni les foules de chrétiens coptes pour l’inauguration de la mosquée. C’est un indicateur important de la liberté religieuse en Egypte, une histoire inconnue aux Etats-Unis et qui doit être racontée. De même, l’Egypte est un pays important car c’est l’un des seuls pays dans la région où la paix persiste. Je dois aussi saluer les réformes économiques mises en oeuvre dans le pays, qui en ont fait une destination d’investissement pour les entreprises de la région, ce qui renforce la position économique de l’Egypte dans le monde arabe.

— Les deux présidents entretiennent de bonnes relations, mais cela ne s’est pas encore traduit au niveau de la coopération bilatérale. Les membres du Congrès américain s’opposent-ils aux décisions du président Sissi ?

— Les relations sont fortes entre les deux pays, mais doivent être réactivées. Le Congrès a des difficultés avec la politique égyptienne et le président Sissi, mais le récit des faits et des succès réalisés sous la coupole du Congrès pourrait changer cette image négative. Je ne peux pas dire que l’Egypte n’a pas de problèmes, mais elle présente aussi beaucoup d’opportunités, donc nous ne devrions pas nous concentrer uniquement sur ses faiblesses, et c’est ce que j’essaie de transmettre aux membres du Congrès. Le problème est que les Etats-Unis et l’Egypte ont des relations militaires, mais nous avons perdu les relations culturelles, et les échanges économiques sont limités, et c’est ce que les deux présidents doivent maintenant relancer.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire