Semaine du 13 au 19 mars 2019 - Numéro 1266
Un plan ambitieux pour la réforme du réseau ferroviaire
  En application de la demande présidentielle de mars 2018 d’un plan d’investissement massif de modernisation, le ministère des Transports a lancé un programme 2018-2022 à hauteur de 56 milliards de L.E. concernant la réforme du réseau ferroviaire.
Un plan ambitieux pour la réforme du réseau ferroviaire
Le nouveau ministre des Transports, Mohamad Chaker, assume la lourde tâche de réformer le secteur ferroviaire.
May Al-Maghrabi06-03-2019

Ce programme contient notamment la maintenance des infrastructures, l’installation de système de signalisation et de communications, ainsi que la rénovation et l’acquisition de matériel roulant. La modernisation du réseau est cependant déjà engagée depuis 2015, moyennant le lancement de différents projets d’équipements en systèmes de signalisation automatisés pour les principaux tronçons : Alexandrie-Le Caire, l’est de Port-Saïd-Banha et Le Caire-Nag Hammadi (actuellement, seuls 15 % des systèmes de signalisation sont automatisés). La défaillance du système manuel d’orientation des trains, actuellement en place, a été la cause de plusieurs accidents ferroviaires, d’où l’importance accordée à son automatisation.

De même, pour compenser le déficit des locomotives (816 pour l’ensemble du réseau, dont les 3/4 ont plus de trente ans), l’Egypte a signé avec General Motors, en juin 2017, un contrat de fourniture de 100 locomotives diesel — fret et passagers — et de maintenance de 81 locomotives, pour un montant de 575 millions de dollars. Un autre contrat, d’un montant d’un milliard d’euros, a été signé en septembre 2018 concernant la fourniture de 1 300 wagons de trains à l’Organisme des chemins de fer d’Egypte, à partir de l’année 2019. C’est l’entreprise russe de fabrication de matériel ferroviaire Transmashholding qui assurera la fourniture de ces wagons. Le financement de la transaction sera assuré par la Hongrie, étant donné que ces contrats d’approvisionnement en équipements ferroviaires s’inscrivent dans le cadre de la coopération russo-égypto-hongroise. L’Egypte détiendra 40 % de ce marché.

A cela s’ajoutent les travaux de rénovation de 1 200 km du réseau ferroviaire, d’une longueur de 9 570 km. Ceux-ci concernent le remplacement des anciens rails, usés, par de nouveaux, plus sécurisés. En vue de fluidifier le trafic des marchandises et de désengorger rapidement les ports égyptiens, les autorités souhaitent par ailleurs que la plupart de ces lignes à grande vitesse servent également au transport de fret. Le fret ferroviaire représentait, en 2017, moins de 1 % du transport de fret en Egypte (contre 6 % dans les années 1980), avec un peu plus de 5 millions de tonnes par année. L’objectif fixé en 2014 dans la stratégie de transports du gouvernement est de passer à 25 millions de tonnes de fret transportées par voie ferroviaire d’ici 2022, et ce, grâce à une interconnexion des principaux centres logistiques : zones industrielles, ports maritimes et ports secs.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire