Semaine du 16 au 22 janvier 2019 - Numéro 1258
Un Noël pas comme les autres
  Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a inauguré, la veille du Noël copte, la cathédrale de la Nativité ainsi que la mosquée d'Al-Fattah Al-Alim, situées à la Nouvelle Capitale administrative. Deux édifices religieux symboles d'une nouvelle ère de tolérance.
Un Noël pas comme les autres
Le président Sissi lors de l'inauguration de l'église et de la mosquée.
May Al-Maghrabi09-01-2019

Chose promise, chose due. Le 6 janvier 2019, lors d’une cérémonie solennelle, riche en messages et en symboles, le président Abdel-Fattah Al-Sissi a inauguré les plus grandes cathédrale et mosquée du Moyen-Orient, installées au coeur de la Nouvelle Capitale administrative, à 45 km du Caire. Le président palestinien Mahmoud Abass, le grand imam d’Al-Azhar, cheikh Ahmad Al-Tayeb, le pape Tawadros II, patriarche de l’Eglise copte orthodoxe, des ambassadeurs arabes et étrangers, des ministres ainsi qu’un parterre des hauts responsables de l’armée ont assisté à cet événement exceptionnel dans l’histoire de l’Egypte.

Le président Sissi avait promis, le 6 janvier 2017, lors de sa participation à la messe du Noël copte à la cathédrale copte orthodoxe de Saint-Marc d’Abassiya, de construire, en signe d’unité nationale, cette mosquée et cette cathédrale. La cathédrale de la Nativité, plus grande église d’Egypte et de l’ensemble du Proche-Orient, ainsi que la mosquée d’Al-Fattah Al-Alim, troisième plus grande mosquée du Proche-Orient, construites en un temps record de 18 mois, ont été inaugurées simultanément. Une inauguration symbole de concorde qui coïncide avec la célébration du Noël orthodoxe, auquel assiste le président Sissi pour la cinquième fois depuis son accession au pouvoir en 2014. « C’est un moment important dans notre histoire. Notre message aujourd’hui au monde c’est que nous sommes un et nous demeurerons un. Nous ne permettrons jamais à quiconque de saper notre unité », a déclaré le président Sissi, en présence du patriarche copte orthodoxe et du grand imam de la mosquée d’Al-Azhar, lors de l’inauguration de la nouvelle cathédrale de la Nativité, où les coptes ont célébré Noël pour la deuxième année consécutive. En effet, en 2018, la messe de Noël avait été célébrée à la nouvelle cathédrale après l’achèvement partiel des travaux, également en présence du président Sissi.

La promesse du président Sissi visait à rassurer la communauté copte, cible d’une série d’attaques terroristes depuis 2016. Cette promesse émane surtout de l’engagement du président Sissi en faveur du respect du principe de la citoyenneté et de la coexistence pacifique entre les adeptes de diverses religions. « Je n’oublierai jamais les paroles du pape lors des attaques visant les coptes et leurs églises en 2013 lorsqu’il a dit : Vaut mieux une Egypte sans églises que des églises sans une Egypte. C’est avec ce patriotisme et cette conscience que les Egyptiens donnent au monde entier une leçon sur la coexistence, l’unité et le patriotisme », a souligné le président Sissi, tout en félicitant les coptes de leur fête et les Egyptiens de leur unité nationale.

Des gestes hautement symboliques

C’est dans ce contexte que l’inauguration simultanée de ces deux lieux de culte est plus que significative. Impressionnant de voir le pape orthodoxe inaugurer la mosquée, alors que l’imam d’Al-Azhar a inauguré la cathédrale. Mais aussi d’entendre l’appel à la première prière à la mosquée d’Al-Fattah Al-Alim, à laquelle a pris part le président Sissi avant de se diriger vers la cathédrale de la Nativité où les cloches sonnaient pour la messe de Noël. A la cathédrale, coptes et musulmans ont été tous à la même salle en présence du président célébrant cet événement exceptionnel qui a valu l’appréciation non seulement des Egyptiens, mais de la communauté internationale. « Le président Sissi conduit son pays vers un avenir incluant tout le monde quelles que soient les divergences. Je suis ravi de voir nos amis en Egypte ouvrir la plus grande cathédrale du Proche-Orient », a écrit le président américain, Donald Trump, sur son compte Twitter. Dans un message vidéo, le pape du Vatican, François, a félicité le président Sissi de l’inauguration de la nouvelle Cathédrale, souhaitant le don de la paix et de la prospérité au monde entier. Une appréciation à une épopée réalisée par les dons et les mains des Egyptiens, musulmans et chrétiens, en un temps record et surtout avec un esprit positif concrétisant le vrai sens de la citoyenneté. Et là, il suffit de rappeler que des architectes chrétiens ont travaillé sur les chantiers de la construction de la mosquée et vice-versa.

« Il s’agit de deux symboles établis en défi aux tentatives de déstabiliser le pays. De cette cathédrale, je rappelle que les musulmans doivent protéger les églises, comme l’affirment les principes de l’islam prônant la tolérance et la liberté de culte », a souligné le grand imam en inaugurant la cathédrale de la Nativité. De son côté, le pape Tawadros II a inauguré la mosquée, en qualifiant l’événement d’historique, qui vient ajouter un nouveau chapitre à la civilisation égyptienne. « Je remercie le président Sissi qui a tenu à sa promesse ainsi que tous ceux qui ont participé à la réalisation de ces deux édifices symboles », a apprécié le pape Tawadros II.

Selon l’écrivain copte Gamal Assaad, cette scène exemplaire d’unité nationale est le fruit de toute une politique adoptée par le président Sissi depuis son accession au pouvoir. « Déterminé à enraciner les principes de la citoyenneté, le président Sissi a multiplié les gestes positifs à l’égard des coptes et a pris plusieurs mesures visant à éliminer toutes sortes de discrimination à leur égard. Entre autres, la promulgation de la loi sur la construction des églises, assouplissant les procédures de leur construction et la création, il y a une semaine, d’un comité pour la lutte contre le sectarisme », indique Assaad. Sur la même longueur d’onde, le député Ossama Al-Abd, de la commission religieuse au parlement, rappelle que l’unité nationale des Egyptiens reste un trait marquant au fil des décennies. « La coexistence et la tolérance sont des éléments fondamentaux pour la stabilité de toute patrie, et c’est ce qui symbolise aujourd’hui l’inauguration de la mosquée et de la cathédrale », conclut Al-Abd.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire