Semaine du 12 au 18 décembre 2018 - Numéro 1254
Le numérique au service du développement
  Inaugurant la 22e Conférence de la technologie de l’information (ICT 2018), le président Abdel-Fattah Al-Sissi a souligné l’importance de la réforme de ce secteur, vital pour le développement.
Le numérique au service du développement
Plus de 500 entreprises de télécommunications égyptiennes et internationales ont pris part à l'ICT 2018.
May Al-Maghrabi28-11-2018

Le président abdel-fattah al-si­si a inauguré, dimanche 25 novembre, la 22e conférence et expo­sition internationale des Technologies de l’information et des télécommuni­cations (ICT), qui se tient au Caire du 25 au 28 novembre, sous le thème : « Vers la transformation numé­rique ». Le premier ministre, Moustapha Madbouli, le ministre des Télécommunications, Amr Talaat, ainsi que plusieurs ministres et hauts responsables y ont assisté. Plus de 500 entreprises de télécommunica­tions égyptiennes et internationales prennent part à cet événement que l’Egypte organise pour la 5e année consécutive.

Lors de la séance inaugurale, le prési­dent Abdel-Fattah Al-Sissi a souligné que l’Egypte accorde un intérêt parti­culier à la transformation numérique. « Pour l’Egypte, la réforme du sec­teur des technologies de l’informa­tion et des télécommunications est devenue un élément-clé du dévelop­pement et le moteur d’une économie compétitive et diversifiée basée sur l’innovation. La stratégie de l’Etat consiste à établir un système numé­rique intégral offrant de meilleures opportunités en matière d’éducation et de développement », a déclaré le président de la République.

Et d’ajou­ter que pour l’Egypte, la réforme de ce secteur vital est essentielle pour créer des villes intelligentes et fournir aux citoyens les services numériques, d’où l’importance de sensibiliser l’opinion publique à l’importance de la transformation numérique. « L’Egypte a franchi des pas impor­tants en vue de se transformer en une société numérique.

Plusieurs villes intelligentes ont été créées et utilisent les technologies les plus modernes, alors que les services numériques occupent de plus en plus de place au sein des institutions gouvernemen­tales », a ajouté le président, qui s’est dit fier de voir des initiatives se mettre en place, notamment les labo­ratoires électroniques dans les cités technologiques, à l’exemple du labo­ratoire d’innovation technologique ONU-Afrique, qui permettra de déve­lopper le potentiel des chercheurs dans le domaine de la technologie en Afrique. Le président a annoncé que l’Académie nationale pour l’autono­misation technologique des handica­pés sera prochainement inaugurée et sera conforme aux normes de qualité internationales.

Les enjeux du numérique

Plusieurs thèmes importants ont été abordés par la conférence comme le renforcement de la coopération inte­rafricaine en matière de technologies de l’information et l’impact de la transformation numérique sur la réforme du secteur public en Egypte dans le cadre du plan national 2030.

Une séance a ainsi été consacrée aux moyens d’automatiser les sys­tèmes de transport public et privé, de soutenir les paiements électroniques et de préserver la sécurité des passa­gers, en recourant aux technologies modernes. Le concept de « gouverne­ment intelligent » et les moyens d’en­courager les gouvernements à créer des plateformes interactives pour fournir les services ont également été abordés.

Le ministre des Télécommunications, Amr Talaat, a passé en revue les réalisations de l’Egypte dans le secteur des télécom­munications. Il a affirmé que l’ICT est devenue un rassemblement impor­tant pour les entreprises publiques et privées oeuvrant dans les domaines de la technologie et des télécommunica­tions. « Cette conférence attire de plus en plus d’experts et d’investis­seurs. Elle permet de stimuler la coopération entre les pays et d’échan­ger les expériences entre les ins­tances régionales et internationales spécialisées », a déclaré Talaat.

Hala Al-Saïd, ministre de la Planification, a expliqué pour sa part que si la transformation numérique est devenue aujourd’hui une priorité pour l’Egypte, c’est parce qu’elle sert les plans de développement mis en place au cours des deux dernières années. « Le gouvernement veut généraliser les concepts d’automati­sation des services publics, de gou­vernance et d’inclusion financière, ce sont là des facteurs-clés pour la réus­site de la réforme économique et administrative ainsi que pour la lutte contre la corruption », a déclaré Al-Saïd.

Selon le député Ahmad Zidane, membre de la commission des télé­communications au parlement, l’ap­pui accordé par le président Sissi au secteur des ICT en Egypte est une partie intégrante du plan de l’Etat pour améliorer la vie des citoyens en utilisant les dernières technologies. « La transformation numérique per­met d’améliorer les services gouver­nementaux dans tous les domaines, dont l’éducation, la santé et les trans­ports.

Elle facilite aussi l’accès des citoyens à ces services », indique le député. Par ailleurs, il salue les réali­sations de l’Egypte dans ce domaine. « 4 cités intelligentes ont été créées en Egypte, permettant non seulement d’accélérer le rythme de la transfor­mation numérique, mais aussi d’of­frir des milliers d’emplois aux jeunes et d’attirer les investissements », pense Zidane.

Sur un autre volet, il indique que la mise en oeuvre de la gouvernance dans les entreprises permettra de mieux lutter contre la corruption et d’engager une réforme durable et efficace dans tous les domaines. « Lorsque la gouvernance d’entre­prise est correctement établie et plei­nement opérationnelle, elle garantit la transparence et la performance des institutions et des entreprises publiques comme privées. Ce qui est certes avantageux pour le développe­ment et l’économie », conclut le député.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire