Semaine du 12 au 18 décembre 2018 - Numéro 1254
Maspero se métamorphose
  Le triangle de Maspero, sur la corniche du Nil au Caire, fait l'objet d'un important projet de réaménagement. La quasi-totalité des 4 500 familles et 840 commerçants de cette zone informelle a quitté les lieux pour faire place aux travaux, qui devront s'achever en 2020.
Maspero se métamorphose
le triangle de Maspero occupe un emplacement stratégique, dont la valeur des terrains est estimée à 120 milliards de L.E. (Photo : Mohamad Moustapha)
May Al-Maghrabi25-04-2018

« 98 % des habitants du triangle de Maspero ont quitté les lieux. Via les négociations, le gouvernement a pu convaincre les habitants de l’importance du projet de développement de ce quartier vital. Tous les habitants, à savoir 4 500 familles et les propriétaires de 840 magasins, ont été indemnisés et relogés dans d’autres quartiers », a annoncé la semaine dernière Khaled Seddiq, directeur exécutif du Fonds de développement des zones informelles. Par ailleurs, il a fait savoir que les travaux de démolition étaient en cours et qu’ils devraient s’achever fin avril pour entamer, dès le mois de juillet, les travaux de réaménagement du quartier. Il s’agit de l’un des plus importants projets de développement des zones informelles, qu’entravait depuis des décennies la résistance des habitants du quartier. S’inscrivant dans le cadre d’un vaste plan de réaménagement des zones informelles qu’a lancé le gouvernement depuis 2014, il devra être achevé en 2020.

Situé au centre-ville, derrière le bâtiment de la Radiotélévision, entre la rue Al-Galaa, la rue du 26 Juillet, la Corniche du Nil, la place d’Abdel-Moneim Riyad et Boulaq Aboul-Ela, le triangle de Maspero, occupant 303000 m2, est considéré comme un emplacement stratégique, dont la valeur des terrains est estimée à 120 milliards de L.E. Fait qui lui vaut aujourd’hui d’être l’une des zones les plus prisées par les investisseurs égyptiens et étrangers. Le projet de son réaménagement consiste à démolir les bâtiments en très mauvais état pour en faire une zone résidentielle, commerciale et hôtelière. Le projet en cours d’exécution prévoit ainsi la construction d’une zone résidentielle— dont la superficie ne dépassera 20% du terrain—, une autre commerciale et hôtelière ainsi que des bureaux administratifs et des parcs. L’Etat possède 10% des terrains de cette région, 23% de la superficie est une propriété privée, tandis que le reste de la superficie se répartit entre la société égyptienne de Maspero, une société saoudienne et deux autres koweïtiennes.

Mission difficile accomplie

Les interventions publiques sont anciennes dans ce quartier. Il a en effet déjà fait l’objet de quatre programmes majeurs de planification entre 1966 et 2005. Ces programmes n’ont toutefois pas pu freiner la dynamique de construction informelle sur les terrains publics du quartier. Ce n’est qu’au début de 2017 que le gouvernement actuel est parvenu à le faire via le dossier de réaménagement du triangle de Maspero.

Les négociations avec les habitants du triangle de Maspero — près de 20000 personnes— ont permis de parvenir à un consensus sur l’évacuation du quartier pour entamer les travaux de sa replanification. Le gouvernement avait présenté cinq alternatives aux habitants, parmi lesquelles des indemnisations de 100000 L.E. par chambre d’un domicile, la possibilité de louer les futurs appartements à des loyers allant de 2500 L.E. à 3500 L.E. par mois ou le relogement dans la ville d’Al-Asmarate, près de Moqattam, pour des loyers de 300 L.E. par mois pendant 30 ans avec une augmentation annuelle de 5%.

Suite à la présentation de ces alternatives, 70% des habitants ont accepté de quitter le quartier en contrepartie de l’indemnisation de 100000 L.E. par chambre, 10% ont choisi d’être relogés à Al-Asmarate, alors que 20 % des habitants ont décidé de retourner au triangle de Maspero après l’achèvement du plan de réaménagement. Le gouvernement devra construire des immeubles sur une superficie de 11 feddans pour les habitants qui ont décidé de revenir dans le quartier. Les propriétaires des 840 magasins du triangle de Maspero ont, eux, reçu des indemnisations allant de 3000 à 7000 L.E. par mètre carré. Quant aux propriétaires des terrains, ils seront libres, après l’achèvement du plan de réaménagement, de vendre leurs propriétés ou d’investir, tout en se conformant à la planification du projet de développement. Le gouverneur du Caire, Atef Abdel-Hamid, a annoncé, la semaine dernière, qu’un comité juridique ad hoc avait été formé pour recevoir des propriétaires les documents prouvant la possession des terrains à partir du 20 avril et jusqu’au 1er mai. « Toute personne qui ne présentera pas ces documents avant l’expiration du délai fixé se verra expropriée en vertu de la nouvelle loi sur l’expropriation des terrains pour l’intérêt public », a averti le gouverneur.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire