Semaine du 12 au 18 décembre 2018 - Numéro 1254
Les terroristes dos au mur
  L’opération antiterroriste Sinaï 2018 se poursuit avec succès. L’armée fait état de la destruction de plusieurs centaines de cibles et la saisie d’importantes quantités d’armes et de munitions. Bilan.
Les terroristes dos au mur
Au total, 105 terroristes ont été liquidés, dont une cellule de 7 membres à Al-Arich.
Ahmad Eleiba07-03-2018

Le président de la République, Abdel-Fattah Al-Sissi, a accepté la demande du chef d’état-major, Mohamad Farid Hégazi, de prolonger la durée de l’offensive antiterroriste Sinaï 2018 au-delà de la durée initiale de trois mois qui devait se terminer fin février.

« L’opération durera le temps qu’il faut jusqu’à l’éradication complète du terro­risme », a annoncé, lors d’une conférence de presse, le porte-parole de l’armée, le colonel Tamer Al-Réfaï. Selon lui, Sinaï 2018 est une opération plus vaste et plus longue que les opérations précédentes Aigle et Droit du mar­tyre qui n’ont duré que deux ou trois semaines.

Sur le terrain, l’infanterie participe à l’opéra­tion en cours au Sinaï, notamment dans la destruction des repaires et foyers terroristes au mont Halal et au centre de la péninsule. « Notre mission en tant qu’officiers de l’infan­terie, c’est de bombarder les cibles situées en dehors des agglomérations urbaines; quant aux terroristes qui se cachent parmi les habi­tants, ce sont des unités spéciales comme les commandos qui s’en chargent. La protection de la vie des habitants est notre premier souci, nos principes nous interdisent de les mettre en danger. Il nous arrive souvent de renoncer à des attaques pour épargner les habitants civils », affirme le colonel H. A., un officier de l’infanterie.

Une analyse des 14 communiqués du porte-parole de l’armée et des trois conférences de presse qu’il a organisées permet de conclure que les éléments terroristes sont présents dans le nord et le centre du Sinaï, et non seulement dans les villes proches de la frontière comme Rafah et Cheikh Zoweid.

Quant au bilan depuis le début des opérations le 9 février dernier et jusqu’au dimanche 4 mars, le porte-parole de l’armée a fait état de la des­truction de 777 cibles par l’artillerie et de 209 cibles par l’aviation (dont 6 véhicules chargées d’explosifs et deux véhicules 4x4). Au total, 105 terroristes ont été liquidés, dont une cellule de 7 membres à Al-Arich, alors que 2085 personnes ont été arrêtées, dont des criminels, des per­sonnes recherchées par la police ou des terro­ristes suspects. 1447 ont été remises en liberté. En outre, 2252 repaires, caches d’armes, de munitions et d’explosifs ont été détruits dont un dépôt d’armes souterrain.

Des armes à feu saisis et des véhicules détruits

Les terroristes dos au mur
L'une des incursions de l'armée.

Deux centres d’information et trois centres de communication utilisés par les terroristes ont également été détruits, ainsi que 510 engins explosifs et une fabrique de matières explosives comme le TNT et le C4. Les communiqués militaires ont aussi fait état de la saisie de 129 armes à feu et de la destruction ou la saisie de 164 véhicules et de 413 motos utilisés par les terroristes ainsi que d’un véhicule 4x4 transpor­tant des armes et des munitions près de la fron­tière ouest. Les gardes-frontières ont intercepté quatre tentatives d’infiltration. 461 personnes ont été arrêtées et 11 véhicules chargés d’armes et d’explosifs ont été détruits lors de ces tenta­tives.

Cinq bouches de tunnels ont été découvertes et détruites par les gardes-frontières et les ingé­nieurs militaires. Enfin, un attentat suicide pla­nifié contre les forces armées a été avorté et 4 terroristes portant des ceintures explosives et des uniformes militaires ont été tués. Durant les opérations, 10 militaires ont trouvé la mort.

Commentant l’impact des opérations mili­taires sur les habitants du Sinaï, Salah Salem, membre du Conseil national des droits de l’homme, souligne le soutien apporté par les habitants à l’armée et assure qu’il n’existe pas de problème d’approvisionnement en vivres. Selon lui, le seul problème concerne le déplace­ment, que ce soit à l’intérieur même du Sinaï ou au niveau de ses accès. Selon une source à la ville d’Al-Arich, les opérations militaires ont aidé certains habitants à récupérer leurs maisons qui étaient occupées par des terroristes.

Par ailleurs, à Ismaïliya, des tribus ont orga­nisé une conférence de soutien au président Sissi en vue de sa réélection pour un second mandat. Plusieurs chefs de tribus du Sinaï ont participé à l’événement. Le cheikh Issa Al-Kharafine, un notable du Sinaï, a rappelé que le président Sissi avait promis l’inauguration de la nouvelle ville de Rafah en décembre 2018, souhaitant que le projet national du développe­ment du Sinaï permette à beaucoup d’habitants, notamment les jeunes, de trouver un emploi. Beaucoup d’observateurs font le lien entre la fin des opérations militaires en cours et le lance­ment de ce méga-projet ambitieux.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire