Semaine du 13 au 19 mars 2019 - Numéro 1266
Annonce choc au Musée d’Edimbourg
  Un bloc de la pyramide de Chéops sera prochainement exposé dans un musée en Ecosse. Une annonce qui a suscité polémique et colère. Le ministère des Antiquités suit l'affaire de près.
Négatif photographique sur plaque de verre pris en 1865 par Smith.
Négatif photographique sur plaque de verre pris en 1865 par Smith.
Nasma Réda avec agences16-01-2019

Le musée national d’Edimbourg a annoncé, le 3 janvier dernier, qu’il entendait exposer, à partir du 8 février prochain, un bloc antique rare, provenant de la grande pyra­mide de Guiza, dans sa nouvelle galerie permanente intitulée « Ancient Egypt Rediscovered » (redécouverte de l’Egypte Ancienne). Cette pièce sera exposée parmi d’autres (masques, sarcophages, sta­tues, etc.). « Ce bloc est l’une des rares pierres de la grande pyramide, construite pour le roi Chéops, et est la seule à être exposée en dehors de l’Egypte », annonce le musée sur sa page officielle. Cette pierre, pesant 298 kg, faisait partie de la couche extérieure en calcaire blanc qui ren­dait lisses les côtés de la pyramide.

Elle est de 68,5 cm de large, 54,7 cm de haut et 86 cm d’épaisseur. Des pièces similaires à celle-ci sont encore éparpillées au pied de la pyramide. Cette pierre est arrivée au musée écossais au XIXe siècle lorsqu’en 1869, l’ingénieur Waynman Dixon est venu sur ordre de Charles Piazzi Smyth, astronome royal d’Ecosse, pour paver les allées guidant à la pyramide pour permettre la visite de l’impératrice de France. Dans ce tas de décombres, Dixon trouve une pierre d’enveloppe presque complète. Il l’offre ensuite à Smyth qui la transmet en Ecosse en 1872.

Le bloc de la pyramide de Chéops qui sera exposé en Ecoss
Le bloc de la pyramide de Chéops qui sera exposé en Ecoss

D’après le musée, cette pierre rare sera présentée pour la première fois au public depuis son arrivée au pays, et ce, pour célébrer le bicentenaire de la naissance de l’homme qui a fait venir cette pierre au Royaume-Uni, Ch. P. Smyth (3 janvier 1819-21 février 1900). « Peu de gens savent que la grande pyramide avait une apparence très différente à sa construction, grâce à un revêtement composé de blocs de calcaire poli d’un blanc cris­tallin », a expliqué, aux agences de presse, Margaret Maitland, en charge de cette exposition. « Cette pierre donnera aux visiteurs du Musée national une vision fascinante de l’as­pect de l’époque d’un des bâtiments les plus emblématiques de la pla­nète », a-t-elle ajouté.

Or, dans une tribune au quotidien Al-Ahram, le célèbre égyptologue Zahi Hawas a estimé que « la pierre qui sera exposée au musée ne pro­vient pas de la grande pyramide, parce que la couche externe de la pyramide de Chéops a été détruite au cours des siècles », et que cette couche « était probablement en gra­nit, pas en calcaire comme le préten­dra le musée ».

De son côté, le ministère des Antiquités s’est adressé au ministère égyptien des Affaires étrangères qui, à son tour, enverra au musée pour demander les documents officiels de possession de cette pièce antique. « Si cette pièce est sortie du pays de manière illicite, toutes les procédures judiciaires seront prises afin de la récupérer », a déclaré Chaabane Abdel-Gawad, chef du département des antiquités ramenées au pays.

Il est à noter que le Musée national d’Ecosse inaugurera trois nouvelles galeries permanentes dont l’une est consacrée à l’Egypte, la deuxième « Exploring East Asia » (explora­tion de l’Asie de l’Est) et la troi­sième celle de « Art of Ceramics », (art de la céramique), retraçant 4 000 ans d’histoire. Ces trois inau­gurations, d’après le musée, seront le point culminant de 15 années de travaux de transformation de cette institution.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire